L'Etat islamique peut-il enfin unifier l'Europe ?

 |   |  1165  mots
(Crédits : Reuters)
De la Suisse aux Etats-Unis, les Unions se sont construites d'abord par l'action militaire et politique, et non par l'économie. La lutte contre l'EI, pourrait contribuer à rapprocher l'Europe politique. Par Hans-Werner Sinn, président honoraire de l'Ifo

 Pendant la crise financière, les membres du Nord de la zone euro ont sauvé leurs homologues du Sud en offrant d'énormes plans de sauvetage et en tenant la promesse de la Banque centrale européenne de sauver l'euro à tout prix. Toutefois, quand l'Allemagne a récemment demandé un système de quote-part pour faire face à l'afflux massif de réfugiés, ses partenaires n'ont pas fait preuve de la même solidarité. Et maintenant que la France ébranlée par les attentats de Paris a déclaré la guerre à l'État islamique, d'autres pays européens haussent les épaules, marmonnent leurs condoléances et espèrent en silence que le conflit va les épargner.

Un long chemin vers l'union politique

La conclusion est facile à tirer : bien que l'Europe ait beaucoup progressé vers une union budgétaire, il lui reste un long chemin à faire vers l'union politique.

Un demi-siècle après la création d'un marché commun et 15 ans après le lancement de la monnaie commune, l'Europe est toujours dépourvue d'une force de police unifiée et d'une politique étrangère unique. Ce qui est peut-être le plus problématique, c'est que l'UE abrite encore 28 armées, avec 28 commandants en chef vaguement reliés entre eux uniquement par l'OTAN.

Certains dirigeants européens (dont le Président français François Hollande et le Président du Conseil européen Jean-Claude Juncker), semblent ne semblent pas perturbés par cette réalité. Ils font valoir que l'Europe doit encore accélérer les progrès vers une union budgétaire, en introduisant un régime commun d'assurance des dépôts, un budget unique, des euro-obligations, en plus grand partage des risques financiers et une uniformisation du système de prestations de chômage, le plus vite possible.

 Le maintien de faux prix relatifs

Ils ont tort. En fait, de telles mesures ne peuvent qu'exacerber les défauts structurels de la zone euro. Elles risquent de maintenir de faux prix relatifs (le résultat de la bulle de crédit inflationniste dans le Sud qui s'est formée après l'adoption de l'euro), qui empêchent les pays du sud de la zone euro de redevenir compétitifs. En conséquence, le chômage structurel en France et en Europe méridionale persisterait.

En outre, les mesures proposées risquent d'aggraver les problèmes de dette publique de l'Europe, en réduisant encore plus les écarts de taux d'intérêt entre les pays, en maintenant les bulles des prix des actifs et en détruisant la fonction allocative du marché des capitaux. C'est l'erreur commise par les États-Unis après leur fondation, lorsque plusieurs séries de mutualisation de la dette ont créé une bulle de crédit non viable qui a poussé neuf États et territoires sur 29 à la faillite entre 1835 à 1842, ce qui a conduit à la guerre de Sécession.

L'union budgétaire rend plus improbable l'union politique

Les inconvénients du renforcement de l'union budgétaire de l'Europe ne s'arrêtent pas là. Paradoxalement, des progrès continus vers une union budgétaire rendraient l'union politique de plus en plus improbable pour une raison simple mais importante : la France.

Étant de loin la plus grande puissance militaire européenne, la France a contrecarré toutes les tentatives de regroupement des forces armées de l'Europe. En 1954, l'Assemblée nationale française a rejeté le traité visant à établir une Organisation de Défense de l'Union Occidentale.  En 2005, la France a rejeté la proposition d'une Constitution de l'Union européenne, qui aurait pu marquer le début du processus d'unification politique. Les présidents Français successifs ont déclaré que la France n'accepterait pas des États-Unis d'Europe, même sous la forme d'un objectif lointain de la politique européenne.

 Pourquoi la France préfère  l'union budgétaire

 Mais la France (dont le système bancaire et les industries sont fortement exposés au Sud de l'Europe), est l'un des principaux bénéficiaires de l'union budgétaire. Lorsque la crise financière mondiale a commencé, l'exposition des banques françaises en Grèce à 58 milliards d'euros (61,7 milliards de dollars), était deux fois plus importante que celle des banques allemandes. De ce fait, il est compréhensible que la France préfère une unification budgétaire à une unification politique. Mais si les autres pays européens acceptent cette préférence et que l'Europe poursuit sa trajectoire d'intégration déséquilibrée, il n'y aura plus aucun moyen de pression pour convaincre la France de soutenir l'union politique.

EI pourrait changer la donne, donnant la priorité à la politique

Peut-être que le massacre terroriste tragique de Paris va modifier cette aversion des Français à l'égard de l'intégration politique. En insistant sur le fait que même un pouvoir militaire puissant a parfois besoin de soutien, l'attaque pourrait changer la donne dans l'effort de création d'une union politique européenne. Pour ce faire, les pays de l'Europe doivent naturellement s'unir pour aider la France dans sa lutte contre l'État islamique. En outre, la France et autres pays de l'UE doivent aider l'Allemagne, l'Autriche, la Suède, la Hongrie et la Slovénie à atténuer la crise des réfugiés en acceptant un système de quotas.

Le militaire, d'abord

Alors que l'Europe s'efforce de construire une union durable, stable et prospère, elle doit s'inspirer des modèles des États-Unis et de la Suisse. Ces deux unions ont commencé par être des organisations militaires et de défense, puis se sont développées seulement par la suite en unions budgétaires. Il leur a fallu des décennies, voire des siècles, pour acquérir des budgets publics suffisants pour commencer à s'engager dans la redistribution de revenus. Et toutes les deux interdisent le genre d'opérations de renflouement budgétaire ou monétaire, pour des États individuels ou des cantons, comme celles que l'UE a menées pendant la crise financière.

Il est temps pour l'UE de modifier son approche de l'intégration. Au lieu de continuer à faire pression en faveur d'une intégration fiscale asymétrique, elle doit s'efforcer de mettre en œuvre les éléments clés d'une union politique, notamment une force de police intégrée, un droit d'asile commun, une politique étrangère unique et par-dessus tout, une armée unifiée. Si les événements récents nous ont appris quelque chose, c'est que les menaces envers l'UE ne proviennent pas d'un mauvais partage du risque budgétaire, mais d'une coordination insuffisante face aux défis de politique étrangère et de sécurité.

Hans-Werner Sinn, professeur d'économie et de finances publiques à l'Université de Munich, président de l'Institut de recherche économique Ifo et membre du Conseil consultatif du Ministère allemand de l'économie. Il est l'auteur, le plus récemment, de The Euro Trap: On Bursting Bubbles, Budgets, and Beliefs.

© Project Syndicate 1995-2015

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2015 à 16:15 :
A croire que l'on a provoqué tout cela pour obtenir ce résultat!! C'est dans la m...e que l'on reconnait ses amies!! Et...encore de l'enfumage américaine!
a écrit le 30/11/2015 à 13:06 :
Instruction a charge qui oublie toute les responsabilités de l'Allemagne (euro trop fort, mercantilisme, protection des intérêts allemands en Grèce, mais surtout en Irlande vs Chypre, élargissement a l'est rendant tout approfondissement impossible, pacte germano américain, soumission à Washington,.. Et en dernier les propos lénifiants de la chancelière sur son Amour de la paix... Pour ne rien faire contre Daesh!
Deutsche Hypocrisis! Et écran de fumée...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :