L'Etat, une entreprise comme les autres ?

 |   |  1228  mots
Yoann Bazin et Viriginie Martin
Yoann Bazin et Viriginie Martin (Crédits : DR)
Le mythe de l’État géré comme une entreprise revient en force. Mais comment penser l'égalité des citoyens avec le référentiel de l'entreprise? Virginie Martin, politologue, Kedge Business School, et Yoann Bazin, directeur de la recherche ISTEC

Performance des services publics, évaluation des politiques publiques et des fonctionnaires, libéralisation et privatisation, faillite du modèle social, ... Comme un leitmotiv il est de bon ton de dire ou de d'employer dans les cercles de la haute administration française des termes tout droit sortis du champ de l'entreprise. Mis sous la coupe de cette philosophie managériale, l'Etat pourrait enfin efficace, rentable, sans dette et, même moderne.

Mais est-ce si sûr ? Faut-il vraiment que l'Etat soit considéré à la manière d'une entreprise ? Permettons-nous un moment de poser la question tant ce toc idéologique est dans les bouches de beaucoup de cadres et dirigeants d'entreprise, d'acteurs de la société civile, mais aussi de politiques. Avec quelques exemples bien concrets que sont des hommes venant de l'entreprise tels Trump ou Berlusconi.

 Comme si le couple Etat-efficacité ne pouvait aller de pair

En France c'est un peu l'esprit d'Attali, de Lamy, et autre Minc qui transpire ici en même temps que la philosophie présente au cœur du pouvoir façon inspection générale des Finances dont le credo pourrait être : plus d'efficacité et moins d'État, comme si le couple État et efficacité ne pouvait pas aller de pair.

De façon corollaire, les politiques aiment à se disputer le nombre de fonctionnaires auxquels il faudrait couper la tête, tels des dirigeants de sociétés en faillite contents de pouvoir enfin justifier un plan social. Ce qui est somme toute logique, puisqu'ils se présentent comme les agents d'un Etat qui serait en manque cruel d'efficacité, à la recherche d'une « gouvernance » efficiente et innovante.

Des termes sortis tout droit du monde de l'entreprise, des termes repris sans cesse par les hommes et femmes politiques actuels qui abusent d'une métaphore qui n'est pas une simple image et qui peut produire des effets désastreux.

 Comme si le politique empêchait l'intelligence, le diagnostic, les idées

Pour aller jusqu'au bout de ce système et de cette logique, des mouvements hors partis peuvent se créer, mouvement dont l'existence même fait dire que c'est hors des partis que l'on peut enfin être « efficace ». Efficace en quoi ? La question reste bien sûr entière... N'empêche que tout se joue comme si la compétence se trouvait nécessairement hors des partis traditionnels. Et comme si le politique empêchait l'intelligence, le diagnostic, les idées, la pensée opérante.

Ces propositions s'accompagnent ainsi de rhétoriques de délégitimation de la sphère politique et des logiques républicaines (importance des programmes, centralité des élections, primauté des services publics, neutralité de l'état).

 Ce qu'il faut peut-être voir dans ce mécanisme c'est tout simplement un Etat en voie d'affaiblissement, que des entrepreneurs de la chose publique voudraient rendre « performant » (mais au regard de quoi ?) en le traitant comme une entreprise. Dans ce contexte en effet, et dans ce monde fait d'experts de tout et de rien, autant confier la gestion de l'Etat aux Bernard Tapie d'un autre genre, ceux sortis tout droit de la haute fonction publique et des cabinets de conseils.

 Une vieille lune du monde anglo-saxon

Le premier problème que cela pose est que cette idée qui paraît si moderne, voire progressiste est en fait une vieille lune du monde anglo-saxon. Elle reprend même les codes classiques du new public management qui était en vogue dans les années 1980 et 1990 dans les sillages de Margaret Thatcher en Angleterre et de Ronald Reagan aux Etats-Unis. Cette nouvelle école française, finalement très old school et toute importée - 20 ans plus tard - a eu des conséquences importantes, voire graves.

On se rappellera de l'état dramatique du transport ferroviaire britannique après sa libéralisation ainsi que des coupures d'électricité chroniques de la Californie... Sans oublier bien sûr la folle crise financière de 2008 qui est en partie le fruit d'une politique ultra-libérale qui avait promis de libérer la finance de toutes contraintes règlementaires. Et aujourd'hui les rapports de l'Efficiency Unit, l'institution britannique d'évaluation des agences publiques, démontrent à quel point ce New Public Management n'avait pas apporté les économies promises et avait trop souvent été accompagné d'une dégradation de la qualité des services.

 L'État n'est décidément pas une entreprise

L'Etat n'est décidément pas une entreprise et il est incohérent de penser que ses services publics puissent être gérés comme des filiales. Malgré cela, nombre de candidats veulent toujours moins fonctionnaires à l'instar de Fillon, ou veulent à tout prix autonomiser pour mieux manager, comme si le privé faisait systématiquement mieux que le public. Et on se rappellera qu'à la fin, que ce soit par leurs impôts ou leurs paiements, les usagers restent ceux qui financent ; alors à qui profite le crime ? Valérie Pécresse avait commencé avec les universités, Emmanuel Macron propose de continuer ; il l'a même déjà initié très activement et dans de nombreux secteurs en tant que Ministre avec sa loi éponyme. Dans leur logique, il faudrait que les ministères, les hôpitaux ou encore les universités puissent être « mieux » « managés ».

Mais cela pose, justement et paradoxalement, un problème d'efficacité !

 Comment penser l'égalité des citoyens avec le référentiel de l'entreprise?

D'un point de vue philosophique, tout cela renvoie à un problème plus large. Si l'Etat est une entreprise, alors citoyens-employés et citoyens-consommateurs se doivent d'être rationnels, performants, et peuvent surtout être mis en concurrence ; voire licenciés ? Mais comment penser l'égalité des citoyens dans ce référentiel ? La déclaration des Droits de l'homme et du citoyen perd-elle son sens pour devenir obsolète ? Les citoyens doivent-ils impérativement devenir rentables pour leur Etat-entreprise ? Car s'ils ne le sont pas, ils sont alors « assistés », et ne pourront trouver grâce aux yeux du système qu'en montrant leur motivation, leur esprit d'entreprise et leur capacité à « se vendre ».

On se rappellera qu'au 19ème siècle, avant la création de l'Etat social - socle du droit du travail, des minima sociaux et des systèmes de solidarité maladie et retraite - l'entreprise libérée de toutes contraintes avait écrasé ses employés jusqu'à l'agonie. Si l'État libéral se retire de la règlementation du secteur privé, l'étend par la privatisation des services publics, et s'organise lui-même comme une entreprise, qu'allons-nous devenir ? On comprend mieux pourquoi, dans cette philosophie, le fonctionnaire que son statut protège des pressions de l'efficience pour qu'il puisse offrir la meilleure qualité de service possible doive absolument être éradiqué.

 Les chantres de cette perspective managérialiste de l'Etat cachent souvent leurs arguments derrière une forme de simple bon sens - « notre modèle social est à bout de souffle, tout le monde le sait... » - mâtiné de technique qu'on ne peut contester sans passer pour incohérent ou rêveur - « l'Etat est en faillite, c'est inéluctable... » Dès lors, l'opposition est impossible, et la dimension politique de ces propos totalement niée. Mais quand bien même cette perspective serait viable, on se rappellera que même les décisions managériales sont politiques, et qu'elles sont souvent de « droite »...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2018 à 11:05 :
Eh oui, l'Etat est devenu une entreprise. Les obligations d'état ont été remplacées par des levées de fonds sur les marchés financiers et un investisseur, ça veut du retour sur investissement, dans les meilleurs délais. Du coup, nos présidents successifs ressemblent plus à des liquidateurs, soucieux de l'avis des agences de notations et de la règle des 3%, chargés de presser le citron "origine France"que d'élus capables de raviver le siècle des Lumières. On se compare, sous couvert d'homogénéisation européenne, à nos voisins européens (voyons comment s'organise la concurrence ...) pour mieux raboter : Les retraités sont mieux lotis que leurs homologues européens ? Qu'à cela ne tienne : Un p'tit coup de rabot - (et je ne suis pas retraité) -. Par contre, l'homogénéité ne s'applique pas aux taxes. Côté social, seules les mesures qui ne coûtent rien, sinon une loi, sont proposées.
a écrit le 21/03/2017 à 21:54 :
Quelques questions/remarques en réaction:

- Quel dirigeant peut témoigner avoir eu du plaisir à procéder à un plan social ?
=> Même si cela peut paraître surprenant pour certains, les dirigeants d'entreprises sont motivés par les perspectives d'embauches synonymes de réussite et non pas l'inverse. Il faut vraiment être loin de l'entreprise pour penser qu'un dirigeant se lève le matin avec l'envie de licencier pour son simple plaisir.

- En quoi adopter une attitude responsable en matière de gestion est-il incompatible avec une action publique saine et de qualité ?
=> Les récentes générations qui nous ont précédées justifient l'état actuel des finances publiques en expliquant que cela n'est pas comparable avec l'analyse qui serait faite s'il s'agissait d'une entreprise ou d'un particulier. Ce discours est démagogique, permet de ne pas prendre de responsabilité, de cautionner la médiocrité de la qualité de certains services publics fournis et de continuer à repousser le problème des dettes publiques aux générations futures.

- Pourquoi la sécurité de l'emploi garantirait la qualité du service public ?
=> Un étranger à qui j'ai expliqué que nos fonctionnaires ne pouvaient pour ainsi dire pas être licencié m'a posé la question suivante: "Mais pourquoi continuent-t-ils à travailler alors ?". Sans vouloir dire que les fonctionnaires ne travaillent pas (ce n'est pas mon propos), cette réaction est pleine de bon sens: la nature humaine est ainsi faite qu'en l'absence de contrainte, les efforts fournis ont tendance à se limiter au minimum. En effet, les résultats en matière de sécurité routière montrent que malgré toute les bonnes campagnes de communication et autres actions pédagogique, il n'y a finalement qu'en punissant et en touchant au porte-monnaie que le nombre de mort sur nos routes a sensiblement baissé.

- L'éducation nationale dont les fonctionnaires connaissent une absence quasi totale de management fournie-t-elle une prestation satisfaisante ?
=> Chaque étude produite prouve le contraire. De nouveau, il est démagogique de dire qu'il suffit de dépenser plus ou sans rigueur pour gagner en qualité: je m'autorise à penser que dépenser mieux donnerait de meilleurs résultats sans endetter nos enfants ou petits-enfants, même si ce raisonnement n'attire pas les voix de nombreux électeurs.

- Enfin, ces raisonnements visant à considérer qu'une gestion rigoureuse n'est pas compatible avec la sphère publique n'ont-ils pas contribué ou ne contribuent-il pas à conforter la plupart des français dans l'ignorance ?
=> En effet, il est parfaitement choquant que les programmes scolaires n'intègrent pas dans les fondamentaux de tous les français les rudiments de base de l'économie et/ou de la finance alors que chacun aura un jour ou l'autre:
- à juger d'un programme politique dont une large partie est économique ;
- à avoir une banque et/ou à faire un emprunt bancaire.

Mais peut-être qu'il est plus avantageux pour nos élites de maintenir le français moyen dans son ignorance et pour certains électeurs de se contenter de discours confortant leur situation ?
a écrit le 21/03/2017 à 14:46 :
L'état n'est pas une entreprise. dans une entreprise les salariés ne vote pas pour choisir leurs pdg lol.
a écrit le 21/03/2017 à 11:55 :
L’État n'est pas une entreprise, il en est le CE!
a écrit le 21/03/2017 à 10:18 :
Même s'il est impensable de gérer l'état comme une entreprise cela n'empêche pas une réflexion générale sur ce que devrait être les missions du service public à l'heure d'internet .Autre exemple :pourquoi ne pas imaginer une simplification de certaines démarches ou aides ? Dans les faits cela est impensable, irréalisable , pourquoi ? Les politiques vont décider d'uniformiser les critères d'accès aux différentes possibilités existantes et de confier la gestion des dossiers à un seul et même service ....une fois la décision prise ils s'en désintéressent et confient le dossier à l'administration choisie qui devra se battre jusqu'à épuisement avec celles écartées et qui joueront l'obstruction pour faire échouer la réforme ...pour ne pas perdre leurs pouvoirs ........
a écrit le 21/03/2017 à 10:08 :
Il est un peu inquiétant qu'il soit nécessaire de rappeler de telles évidences.
a écrit le 21/03/2017 à 10:05 :
Merci d'avoir rédigé cette tribune qui est un rappel salutaire.
Non, l'Etat n'est pas une entreprise : son origine et sa finalité ne sont pas ceux d'une société commerciale. Son temps d'action non plus (qui s'étale sur des siècles).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :