L'industrie du futur, ciment des « deux France »

 |   |  808  mots
(Crédits : DR)
Il est possible de résorber la fracture entre les métropoles mondialisées et dynamiques et les petites villes, confrontées à la décroissance de leur secteur industriel. Par Michaël Valentin, cofondateur et directeur associé d'OPEO Conseil.

Après une période de prospérité sans précédent, la troisième révolution industrielle a fait apparaître peu à peu une fissure entre deux mondes aux réalités économiques divergentes.

Comme chaque révolution industrielle, celle des années 1960 a été porteuse d'une rupture économique, sociétale, technologique et organisationnelle : la globalisation et la libération des mœurs couplée avec la naissance de la robotique, de l'informatique industrielle et du juste-à-temps ont ainsi permis d'envisager un avenir meilleur avec plusieurs décennies de croissance soutenue. Mais derrière cet engouement, une réalité plus contrastée s'est peu à peu mise en place, en particulier en France : Paris, Lyon, Toulouse... Bourges, Béthune, Bar-Le-Duc... Dans les territoires français, deux réalités économiques et sociales cohabitent désormais : le monde des métropoles mondialisées qui connaît régulièrement une croissance à deux chiffres grâce à l'explosion du secteur tertiaire et du numérique contraste avec celui des petites villes et des campagnes, confronté à une décroissance du secteur industriel avec comme conséquences une montée du chômage et un fort ralentissement de l'activité économique de proximité.

Résorber la fracture, grâce à un retour de la "valeur locale"

En rupture complète avec ce modèle, l'ADN de la quatrième révolution industrielle va permettre un retour de la valeur « locale », opportunité unique pour une proximité renouvelée entre les deux mondes et la résorption de cette fracture :

-Proximité entre le secteur industriel et le secteur tertiaire : avec des produits de plus en plus intelligents et connectés, le monde des fabricants de produits et celui des services s'enrichissent l'un et l'autre pour proposer des modèles d'affaires hybrides. Bien accompagné, c'est une opportunité unique pour rapprocher les acteurs économiques des deux France.

- Proximité entre les lieux de fabrication et de consommation : la baisse du coût des robots industriels couplée à la hausse du prix de la main-d'œuvre dans les pays à bas coûts va rendre les pays occidentaux à nouveau compétitifs : pour la France « périphérique » qui bénéficie d'un prix de l'immobilier attractif et de compétences industrielles solides, ce virage est une opportunité pour se repeupler d'unités industrielles ultra-automatisées. Tandis que pour la France des métropoles ce mouvement de retour et l'émergence de l'impression 3D permettent d'envisager de nouveaux modèles d'usines très compactes qui feront du « sur-mesure haut de gamme » en périphérie de la ville, voire même dans l'arrière-boutique des magasins.

- Proximité de la fourniture et de la consommation d'énergie : grâce aux objets connectés, au big data et au numérique, l'usine du futur consomme peu, fait la part belle à l'économie circulaire et promeut le « gagnant-gagnant » avec son territoire d'implantation. Par exemple, des accords intelligents entre les industries énergivores en périphérie des métropoles et les autorités de ces mêmes métropoles permettent d'optimiser les taux d'utilisation des centrales nucléaires.

- Proximité entre le consommateur final et les producteurs : le e-commerce couplé au big data et aux plateformes de logistique collaborative permettent de raccourcir les circuits de distribution avec comme avantages majeurs une baisse de l'empreinte écologique du produit ainsi qu'une revalorisation des premiers maillons de la chaîne d'approvisionnement, souvent constitués de métiers actuellement menacés dans la France périphérique.

Proximité entre les hommes des différents mondes : avec l'hyper connexion et les progrès exponentiels de la technologie, chaque employé est connecté directement avec son client et a besoin de travailler en réseau avec des partenaires pour apporter des réponses adaptées à tout moment. Ainsi, la chasse en « meute » est plus à la mode que jamais et les territoires qui réussissent le mieux sont ceux qui parviennent à faire travailler les PME/ETI locales avec les centres de décision des groupes et les start-ups qui sont souvent dans la grande métropole la plus proche.

L'industrie, un enjeu majeur pour les Français

Mesdames et messieurs les politiques : 75 % des Français estiment que l'industrie devrait devenir un sujet majeur de la campagne présidentielle (sondage Opinion Way pour OPEO - novembre 2016). Et pour cause, l'industrie du futur c'est bien plus qu'un programme économique : c'est une opportunité unique de mettre du liant entre tous nos territoires, de faire baisser le chômage, de revitaliser la France périphérique tout en continuant à alimenter les métropoles avec des innovations permanentes, de faire rêver les jeunes générations tout en mobilisant la force de nos compétences traditionnelles. L'industrie du futur c'est une vision enthousiasmante pour remettre du ciment partout où il en manque dans notre pays.

Par Michaël Valentin, cofondateur et directeur associé d'OPEO Conseil

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :