Le dogme ultra-libéral, c'est fini

 |   |  774  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la fin du dogme de l'ultra-libéralibéralisme.

C'est un paradoxe, mais le modèle social français, si décrié, est peut-être aujourd'hui un de ceux qui s'exporte le plus. Piégés dans la litanie répétitive, qui fait de la France un pays d'un autre temps, replié sur ses avantages acquis anachroniques, nos cerveaux hexagonaux peinent aujourd'hui à assimiler le fait que le temps des certitudes est révolu partout dans le monde. Le système capitaliste cherche sa voie et nul pays n'échappe à l'introspection de son modèle, notamment les pays anglo-saxons.

 Thérésa May, gardienne du dogme ?

Et ces pays sont bel et bien en train de tourner définitivement la page de l'ère Reagan-Thatcher, celle de l'ultralibéralisme triomphant. Cela est vrai aussi bien du côté des intellectuels que des politiques. Ceux qui attendaient d'ailleurs avec l'arrivée de Theresa May, un «bégaiement» de l'histoire, une piqure de rappel thatchérienne en ont été pour leurs frais. Certes Thérésa May a bien pour slogan de faire du Royaume-Uni le champion mondial du libre-échange. Mais cette emphase a d'abord vocation à rassurer les marchés sur le fait que le Royaume-Uni ne s'oriente pas vers un repli protectionniste.

Et au-delà de cette réaffirmation, destinée aux investisseurs, le programme porté par Thérésa May traduit plutôt la volonté de renouer avec un État interventionniste, autour de 3 axes décisifs :

  • premièrement, un projet productif  à la fois défensif concernant l'industrie, le contrôle des centres de décision et offensif sur les secteurs porteurs ;
  • deuxièmement, une réforme de la gouvernance, renforçant la présence de représentants salariés dans les conseils d'administration, et introduisant une dose de cogestion à l'Allemande ;
  • troisièmement, un renforcement de la protection sociale, avec une volonté affirmée de ne laisser personne sur le côté de la route, autrement dit de mieux partager, individuellement et spatialement, les fruits de la croissance.

L'actualité au Royaume-Uni c'est donc bien de redonner de la substance à l'Etat providence, et de promouvoir une économie inclusive.

On pourrait dire au fond la même chose d'Obama

Même si son bilan social demeure très mitigé : l'Amérique d'Obama, c'est d'abord une politique budgétaire contracyclique, qui ne s'est pas fixé de limite pour remettre à flot la croissance. C'est une politique industrielle active, c'est un socle de couverture santé universelle qui a été élargi. C'est l'objectif de rehausser le salaire minimum, qui a certes été bloqué au plan fédéral mais qui a été relayé dans certains États ou certaines grandes entreprises. Et c'est aujourd'hui dans le cadre de la campagne électorale la montée en puissance de propositions diminuant le coût d'accès à la santé et à l'éducation.

Bref quand les économies anglo-saxonnes parlent de réforme aujourd'hui, c'est pour se mettre au chevet de leur État providence et finalement emprunter aux systèmes sociaux d'Europe continentale les pièces du pacte social qui leur font défaut aujourd'hui.

Un nouveau logiciel pour les économistes

Et beaucoup d'économistes anglo-saxons en conviennent aujourd'hui, l'affaiblissement du pouvoir de négociation des salariés a été poussé trop loin et la mauvaise répartition des fruits de la croissance pèse sur la croissance potentielle. Les guerres de chapelle se sont apaisées, et l'on voit aujourd'hui des économistes comme Larry Summers, autrefois chantre de Friedman, d'une finance décomplexée se libérer de ses dogmes. Se joindre à Paul Krugman pour constater que les déséquilibres macro-économiques que l'on observe aujourd'hui, appellent un effort de l'investissement qui ne peut-être impulsé que par l'État. Sans parler d'Olivier Blanchard, ancien chef économiste du FMI, convenant que les logiciels théoriques dont il dispose sont aujourd'hui obsolètes, appelant à une refondation.

On est loin de l'indigence du débat d'expert français. Où chacun campe sur ses certitudes. Où les uns affirment la suprématie de la micro-économie sur la macro et réciproquement. Où les théologies néolibérales et keynésiennes s'affrontent de façon stérile, où les représentants du savoir académique, les Tirole, les Cahuc, par exemple, pour ne donner que deux exemples récents de librairie, font mine d'être les dépositaires d'enseignements d'une science exacte qui ne souffrirait d'aucune contestation. On aimerait aussi qu'en France, l'esprit de doute s'installe, que les cerveaux se mettent en mouvement, libérés des chapelles, pour participer à la refondation qu'Olivier Blanchard appelle de ses vœux.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2016 à 15:06 :
ils viennent de dire au G20 qu'il faut civiliser le capitalisme.
la France a un rôle à jouer.
comme je disais l'autre jour, il faut restaurer la Nouvelle France en Amérique Nord. :-)
a écrit le 09/09/2016 à 14:56 :
"Où les théologies néolibérales et keynésiennes s'affrontent de façon stérile, où les représentants du savoir académique, les Tirole, les Cahuc, par exemple, pour ne donner que deux exemples récents de librairie, font mine d'être les dépositaires d'enseignements d'une science exacte qui ne souffrirait d'aucune contestation."... Ecrire une telle phrase, c'est être champion du Monde de la mauvaise foi.. Ramener Tirole et Cahuc a des succès de librairie, c'est faire injure à des hommes, à moins que cela ne soit destiné à faire le parallèle à Pickety. Faire semblant de croire qu'il existe encore des pays où l'ultra libéralisme est en place, c'est avoir vraiment un problème de vision...sous un air docte, un discours nul..
a écrit le 09/09/2016 à 14:32 :
Trente ans pour comprendre ça .... enfin, mais dommage c'est trop tard..... réchauffement climatique, pollution généralisée, ras le bol des populations.... montée des extrémismes etc....
a écrit le 09/09/2016 à 10:37 :
Vu que vous dites ce que je dis ici depuis que je viens je peux difficilement dire que votre analyse est remarquablement géniale même si je le pense profondément bien entendu.

Maintenant nous sommes dans la théorie, oui le néolibéralisme, que vous nommez ultralibéralisme mais c'est faux puisque se traduisant dans les faits par des subventions massives des États envers les multinationales et leurs actionnaires milliardaires, envers la finance internationale donc, pour les plus riches c'est une socialisation des pertes supportée par tous les citoyens du monde, sans parler du dramatique constat écologique, alors que pourtant principaux responsables des maux de notre économie réelle et de notre humanité, et par une individualisation des gains prenons l'exemple si scandaleux, parmi cent, de ces centaines de milliards d'euros que versent les pays aux milliardaires qui ne sont que des intermédiaires parce que on ne sait pour quelle raison les banques publiques n'ont pas le droit de prêter directement aux états elles doivent passer par ces intermédiaires qui se font marges bénéficiaires hallucinantes alors que ces mêmes gens ne payent pas d'impôts dans ces mêmes pays entassant leurs fortunes colossales dans des paradis fiscaux.

A une époque on exécutait ou au mieux on tondait les spéculateurs quand ils allaient un peu trop loin dans la ruine du pays, dorénavant, grâce à leurs serviteurs politiciens on les acclame tout en faisant peser le poids de la crise qu'ils génèrent et alimentent sans cesse sur le dos des salariés.

Le constat lié à ces véritables parasites, ces fléaux même, est donc réel maintenant de dire que c'est fini est faux là aussi puisque ce sont eux qui possèdent tous les capitaux et donc tous les moyens de production et ils continuent de dicter aux politiciens les politiques économiques à appliquer aux citoyens du monde allant forcément et uniquement dans leur seul sens à eux.

Nous avons donc sous les yeux de quoi faire ce dramatique bilan maintenant rien ne change et rien ne changera car demander à ces gens d'arrêter de détruire le monde alors que grâce à cela ils gagnent des milliards et vivent pour cela, c'est rêver. S'ils en sont à ce stade c'est parce que ça fait belle lurette qu'ils ont perdu toute humanité et "plus on possède et plus on est possédé".
a écrit le 09/09/2016 à 8:06 :
Le "dogme" signifie que l'on adapte les moyens au but programmé, comme l'UE de Bruxelles, contrairement au "pragmatisme" qui adapte son but en fonction de ses moyens! Le "dogme" aime bien se travestir en "pragmatisme" en inversant "but" et "moyen" dans sa communication!
a écrit le 09/09/2016 à 7:52 :
Il suffirait de prendre en compte le role de l'énergie: l'énergie remplace le travail et doit participer au financement des charges sociales au même titre que le travail et le capital.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :