Luxembourg : le ver dans le fruit européen

 |   |  776  mots
(Crédits : DR)
Le grand Duché n'est qu'une zone de transit de la finance, au détriment des recettes fiscales des autres nations. Il doit s'en détourner. Par Michel Santi, économiste

Epine dorsale de l'évasion fiscale européenne. Colonie financière. Un des plus fervents représentants de l'empire de l'argent en plein cœur de l'Europe. Saboteur systématique de toutes les luttes contre la fraude fiscale depuis plusieurs décennies. Le Luxembourg caracole toujours en tête de nations jouissant encore de ce secret bancaire, véritable relique barbare privant les Etats occidentaux de recettes annuelles de l'ordre de 180 milliards d'euros.

Une masse phénoménale d'impôt soustraite aux nations

Ces pays sont en effet responsables de soustraire à nos nations et à nous - leurs citoyens - une masse phénoménale d'impôt sur le revenu, sur la fortune et de droits de succession. Il ne s'agit donc en aucun cas de concurrence fiscale, à l'image des avantages offerts par l'Irlande aux multinationales. Il s'agit tout bonnement de vol dont se rendent coupables ces pays - ou à tout le moins de complicité active de vol - dont les conséquences pour le monde entier sont aussi nuisibles que les émissions de gaz de serre.

Des zones  de transit

Nous en payons donc tous le prix fort, pendant que les dirigeants de ces prétendus paradis en profitent pleinement et que nos propres élus temporisent. Car nul n'investit aux Iles Cayman ou au Luxembourg qui ne sont que des zones de transit pour des capitaux en quête de fraude, ou au minimum d'honorabilité fiscale. Nulle main d'œuvre qualifiée ou matière grise exceptionnelle au sein de ces pays entièrement dépendants du bon plaisir -et des bons coups- de la finance.

Les dirigeants de ces vrais faux pays exposent donc leurs sujets aux caprices de l'industrie financière et leur font subir ainsi une activité économique volatile et instable, à l'image des opportunités saisies - puis abandonnées - par un univers financier versatile qui parasite l'économie réelle. Rien à vendre, rien à produire, peu de matière première, ces pays sont à la dérive avec une population vieillissante qui s'accroche à des privilèges amoraux et désormais d'un autre temps. 1.4% de croissance annuelle moyenne depuis 1970: voilà tout ce que le Luxembourg peut offrir à ses nationaux, et voilà l'activité économique médiocre qu'il peut assurer à ses résidents pour s'être lancé à corps perdu dans le casino planétaire de la finance.

Le bon dernier en termes de croissance

Voilà ce que la finance a donc rapporté au Luxembourg: d'être bon dernier du classement parmi les pays développés en termes de croissance et de confort matériel qu'il génère en faveur de ses résidents. En réalité, ce pays - qui ne bénéficie pas d'une tradition ancestrale en matière de gestion de fortune à l'instar de la Suisse - se contente d'être la plaque tournante des fonds de placement et des institutions financières multinationales offshores qui y ont environ 7'000 milliards d'euros et, ce, pendant qu'il tolère toutes les inégalités au sein de son territoire exigu. Saviez-vous en effet que le taux de pauvreté y a doublé depuis 1980 et que le taux du chômage y est passé de 2 à 7% entre 1980 et 2015, faisant du Luxembourg le pays le plus inégalitaire des membres de l'OCDE ? Le Luxembourg - qui n'est décidément pas la Suisse bénéficiant, elle, d'une vraie économie et d'une industrie florissante et compétitive à l'échelle mondiale - se retrouve donc aujourd'hui à la croisée des chemins.

Se détourner de la pieuvre financière mondiale

Il doit effectivement faire un choix crucial et se détourner de la pieuvre financière mondiale qui le salit et qui le corrompt, si son désir est bien de rester dans l'Union européenne. Le reste des nations européennes ne sauraient tolérer plus longtemps une plateforme offshore à leurs propres frontières et il n'y a aucune raison légitime à ce que ce paradis fiscal pèse toujours sur les décisions de l'Union. S'il souhaite y rester, si son objectif est de faire encore partie de la famille européenne - et d'en être digne -, le Luxembourg doit donc d'urgence se comporter une authentique nation plutôt que comme un vil coffre fort.

 Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et Directeur Général d'Art Trading & Finance.

Il est également l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience", "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique" et de "Misère et opulence", préface rédigée par Romaric Godin.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2016 à 0:30 :
assez surpris par cet article écrit par un "économiste" fondateur d'une société basée à Miami, Geneve, Beirut, U.A.E., et HONG KONG ...
a écrit le 17/12/2015 à 12:56 :
Ce Monsieur a tort sur toute la ligne,en tant que soi-disant économiste,historien,ou tout simplement citoyen.
Je m'explique,historiquement,depuis son indépendance,en 1856 le Grand-Duché de Luxembourg a été méprisé et exploité par ses voisins bien plus puissants grâce á leurs tailles,mais surtout leurs conquêtes coloniales et les pillages,ainsi que la traite d'êtres humains auxquels ils se sont livrés pendant des siècles,pour se constituer un pactole,qui est au commencement de la fortune des familles qui les dominent encore de nos jours.
Le Grand-Duché a instauré le secret bancaire en même temps que la Suisse,il me semble 1922 pour le Luxembourg,1925 pour la Suisse,sauf erreur de ma part,pour sauvegarder les intérêts des Russes qui fuyaient les bolcheviques,tiens tiens.
Au début de la crise de la sidérurgie et au moment du premier choc pétrolier,en 1973\74
le gouvernement de l'époque a réactivé la place financière au lieu de subventionner la sidérurgie moribonde,qui est toujours l'entreprise qui est,le premier employeur individuel,entre parenthèse,avant n'importe quelle banque du pays.
Le secteur financier représente,il est vrai près de 30% du pib,mais cela comprend les banques,les fonds de placement,les assurances,les sociétés de crédit,la réassurance,etc.etc.
Donc les plus de 70% du pib sont le commerce,la logistique,les transports,les satellites de communication,plus de 70 en ce moment,l'agriculture,la viniculture,la sidérurgie et l'ingénierie des installations sidérurgiques,le tourisme,la recherche biomédicale,etc.etc.
J'en oublie surement,mais tout cela sur un territoire de la moitié d'un département français.
Alors que par référendum en 1974,ou 1976,nous avons rejeté l'installation d'une centrale nucléaire sur notre sol,nos chers voisins donneurs de leçons nous ont mis devant notre porte une des plus grandes centrales,Cattenom,d'Europe,qui en cas de catastrophe anéantirait la totalité du pays.
Vu mon age déjà avancé,j'ai connu l'époque,dans les années 1950\60ou les taxes et impôts français luxembourgeois et allemands,étaient pratiquement á parité et ce sont les mêmes taxes et impôts,qui ont augmenté et se sont multipliés en France,plus vite qu'ailleurs,á cause des politiques imbéciles des gouvernants français.
La seule peur que j'ai, que de mon vivant,la France n'entraine toute la zone Euro dans sa chute programmée.
Autre remarque concernant les médias français,comme votre publication et Cash investigation,qui pour avoir l'air crédible,se servent de soi-disant experts,Suisse,ou Britanniques,laissez moi rire....
a écrit le 10/12/2015 à 21:42 :
D'un côté un article écrit par un économiste , de l'autre la défense des luxembourgeois ( tout a leurs honneurs) et des réactions de mépris ( sans réels analyses ...)

Ma question :
Pouvez vous me donner le PIB par habitants , puis le PIB par habitants en retirant la richesse produite par les banques ...
Et la je pourrais réellement me faire une opinion sur cet économiste en bien ou en mal ...Ça c'est au luxembourgeois de me le dire , merci .
Réponse de le 10/12/2015 à 22:20 :
je peux faire la même remarque à propos de la France. retirer du pub le poids de l'automobile ? et ? ça explique quoi ? Rien.
Réponse de le 10/12/2015 à 23:17 :
La banque est-elle un problème? Votre position est idéologique. Que pensez-vous des fabricants de matière grasse et de sucre ou bien du tourisme qui sabote le littoral, de la viticulture qui fait des alcooliques etc? La France a perdu son industrie financière par idéologie mais si Paris pouvait rivaliser avec Londres, la banque serait vue autrement par les Français. Pensez aux centaines de milliers d'emplois perdus par manque de finance en France....
a écrit le 10/12/2015 à 20:52 :
C'est si facile d'attaquer un tout petit pays.... M. Santi, vous ne connaissez pas le Lux. Renseignez-vous et soyez plus courageux en critiquant les USA ou la Chine qui se ménagent leurs vrais paradis fiscaux. Je suis Français et j'en ai bien honte quand je lis votre article. Quel manque de respect! Quelle arrogance et surtout: Quelle ignorance! En tant que Français il vaut mieux se faire petit et cesser de jalouser ceux qui réussissent. Ne croyez-vous pas?
a écrit le 10/12/2015 à 20:00 :
Cette haine contre le Luxembourg est vraiment suspecte. Ce petit pays donne à la zone euro une compétitivité dans le domaine financier que même Londres craint. De plus, son système social y est très performant, son taux d'imposition y est équivalent à celui de l'Allemagne. Sa population est trilingue et ne travaille pas 35 h. 85000 frontaliers français viennent y travailler pour de bons salaires. 60% des emplois y sont hautement qualifiés. Cet article sent la jalousie. Ce n'est pas de l'information. La France en déclin devient toujours plus agressive et méprisante. Elle ferait mieux de faire son autocritique si elle veut retrouver l'espoir...
a écrit le 10/12/2015 à 19:27 :
La hargne virulente des réactions prouve que l'auteur a touché un point sensible ...
a écrit le 10/12/2015 à 17:44 :
Ancien banquier français et luxembourgeois, j'ai connu autant de dérives dans le système bancaire Français que celui de Luxembourg toutes proportions gardées ....

En France on nous pourrissait la vie pour vendre tout et n’importe quoi pour « Équiper » nos clients avec le minimum de considération pour sa situation patrimoniale mais plutôt au nom des objectifs de la banque et c’est toujours le cas aujourd’hui avec L’ AMF qui ferme « presque » les yeux sur les défauts de conseils des salariés mais pas des conseillers en gestion de patrimoine indépendants...qui n'en peuvent plus ...

Mais ici s'arrête ma comparaison avec ces deux pays "amis".

Mon expérience ne suffit pas pour faire taire les débats sans fondements mais en étant que factuel, j'ai entendu et vu tellement d’aberrations que j'ai préféré arrêté le métier devant tant d’hypocrisies. Souvenez-vous combien de banques Françaises organisaient sur nos belles terres il n'y a pas si longtemps de cela, des compétitions de Golf, Voile, Polo..... juste pour organiser l’évasion fiscale de nos contribuables français alors que des textes de lois interdisaient ces pratiques.... Vous croyez qu'un contribuable français prend encore sa voiture pour aller sur place demander conseils ??? non tout est encore fait de France juste plus discrètement via des structures privées ...

Au Luxembourg Boulevard Royal ... Lorsque nous entendions parler de suppression du secret bancaire au cours des différentes réunions de travail cela se terminaient par des éclats de rires sur le sujet avec des réponses du genre « Même pas mal » de toute façon pendant que nos technocrates réfléchissent, 100 % de nos clients physique deviendront des personnes morales ( Trust, sociétés de participations financières Soparfi ) Faites un tour sur Google avec le mot SOPARFI et vous comprendrez … alors oui des impôts existent mais sans harmonisation fiscales le Luxembourg reste encore un moyen de se soustraire à notre fisc Français qui ne voit rien depuis des décennies.
Sans parler des passages alambiqués par les filiales de toutes ces banques encore préservées…. Alors oui certains diront que tout cela n'est vrai et que cela concernait que les banquiers véreux de la place .. mais il n’en est rien sur le terrain … J’ai vu et entendu des banquiers Monégasques ou Luxembourgeois dirent à leurs clients "vous n'apparaitrez pas chez nous mais votre compte fonctionnera normalement via l'ouverture dans un autre paradis" . Je ne préfère pas rentrer dans les détails mais il est facile de comprendre ce type de magouille …
Je ne parle pas des charges, des taxes, et des avantages fiscaux aux entreprises car cela relève uniquement du problème de l’harmonisation fiscale et si Macdonald ou Google ne s'en privent pas c'est tout simplement parce qu’ils peuvent le faire …. Ce qui n’est pas à confondre avec le problème du secret bancaire qui est pour beaucoup de pays encore un intérêt économique et dans le droit constitutionnel. Alors clairement Messieurs , comment se poser encore la question de savoir s’il doit y avoir un débat sur le secret bancaire quand on sait après le modeste magouilleur Français combien il y a de gros voyous encore clients de ces banques ? ….
Entre amis banquiers il était assez facile de constater que les aberrations existaient et existent encore … en France comme au Luxembourg car le monde de la finance ne fonction que sur la notion « d’opportunisme » et de l’argent facile. J'ai travaillé pendant plusieurs années à partir de 2001 au Luxembourg pour remettre de l’ordre dans les dossiers bidons avec des pseudos encore plus bidons mais dans tout cela le fusible c’était moi, pas la banque .... donc l'argent ne faisant pas le bonheur j'ai préféré tout quitter ... Je ne dirais pas que ces pays sont tous devenus très riches uniquement avec le secret bancaire mais je sais qu'ils risquent de devenir plus pauvres sans à commencer par l'immobilier qui deviendrait brutalement moins recherché .... et les banques qui devraient licencier des milliers de frontaliers .... le pire dans tout cela c'est que les média sont complétement à côté de la plaque par rapport à la réalité ... On vous montre un pauvre type avec sont listing informatique et les noms des clients d'une banque .... mais la réalité est vraiment incroyable ...
a écrit le 10/12/2015 à 16:48 :
M. Santi, puis-je vous inviter à venir visiter le Luxembourg, ses zoning industriels rempli de PME et d'artisans, ses industries de pointe (SES), son industrie des médias (RTL), de l'internet (Skype), de la logistique, etc. Le secteur financier est une petite partie de l'activité économique luxembourgeoise. L'attractivité du Luxembourg et sa réussite économique réside aujourd'hui dans sa stabilité politique et légale, un système simple et efficace sans lois modificatives incessantes. Le secret bancaire est aboli. La pauvreté est très inférieure à ses voisins. Prendre des statistiques sur des périodes de 40 ans ne fait pas de sens. Je vous invite à découvrir le Luxembourg de 2015, pas celui de 2005. C'est juste à 2h en train de Paris, en TGV.
a écrit le 10/12/2015 à 13:42 :
Produire au Luxembourg coute moins cher que produire en France, malgré des salaires bien supérieurs (smic à 1850 net).
Le Luxembourg n'est limité que par la faiblesse de sa population.
a écrit le 10/12/2015 à 13:39 :
Le secret bancaire relique barbare ? Est ce barbare qu'au niveau d'un particulier que celui-ci veuille garder l'opacité de sa vie privée devant le racket fiscal des états en profitant du secret bancaire !
a écrit le 10/12/2015 à 13:32 :
Le secret bancaire est bien terminé au Luxembourg.
L'administration fiscale française accède librement aux avoirs français au Luxembourg, je peut en attester après un contrôle fiscal sur les liens entre mes sociétés françaises et luxembourgeoises.
La fin du secret bancaire a couté quelques points de croissance de Pib au Luxembourg, mais un pays qui n'a que 20% de charges sociales, un droit du travail simple et sécurisant et une dépense publique contenue a d'autres atouts pour séduire les investisseurs.
Michel SANTI ne connaît visiblement pas son sujet, ses connaissances sur le Luxembourg sont du niveau "café du commerce".
a écrit le 10/12/2015 à 13:22 :
Ni l'auteur, ni les commentateurs ne semblent connaitre quoi que ce soit au Luxembourg.
Oui l'aspect fiscal est tout a fait supportable au Luxembourg.
Oui enormement d'entreprises ont leur siege au Luxembourg pour les questions fiscales ET surtout pour avoir de la main d'oeuvre tres qualifiee contrairement a ce que dis l'auteur.
Les luxembourgeois resident parlent minimum 3 langues quand nous Francais arrivons peniblement a 2 langues maitrisees.
Il faut degager le Luxembourg pour recuperer ces 7000 milliards ? Si vous faites ca c'est le Delaware et autres etats extra Europeen qui recupereront les fonds...
Non ce qu'il faut c'est que progressivement les autres pays s'alignent sur le Luxembourg en matiere fiscale et sociale !
On peut se faire virer sans motif, mais les preavis de la part des employeurs augmentent avec l'anciennete (jusqu'a 6 mois), le chomage existe tout comme en France...
Arretons d'etre stupides, prenons les bonnes idees la ou elles sont : dans les differents pays europeens.
a écrit le 10/12/2015 à 13:09 :
Stupide. De un, un fond est par définition investi dans plusieurs secteurs entreprises et donc n'investit pas tout dans un même pays. De deux, le Luxembourg est pays fondateur de l'eu. 3. La fiscalité est décidée au Luxembourg et je ne vois pas en quoi la "grande Nation" imposerait son standard. 4, le Luxembourg est le pays qui compte le plus de travailleurs qualifiés selon l'OCD. 5. La pauvreté a fortement augmenté surtout entre 2007-2015 à cause de la crise, tout comme le chômage. 6. Le Luxembourg à lâché le secret bancaire et autre et l'emploi dans les banques et la finance augmente depuis 2014. 7. La France à des niveaux de chômage et de pauvreté supérieure au Luxembourg. 8. Le Luxembourg se diversifie dans pleins d'autres secteurs TIC, logistique, services aux entreprises, bio-tech, fintech etc et continuera à le faire. 9. Le Luxembourg est le pays en Europe le plus polyglotte (moyenne de "3.4" parlé) 10. J'aimerai bien connaître les matières premières de la France ? (hors DOM-TOM)
En conclusion, si ce Monsieur est un spécialiste dans son domaine, moi je suis luxembourgeois et je connais mieux mon pays que lui
a écrit le 10/12/2015 à 12:01 :
Posons les questions :
-Avons nous besoin du Luxembourg : non.
-le Luxembourg a-t'il besoin de nous : oui, pour pouvoir siphonner une partie de nos ressources
Conclusion : Le Luxembourg est un parasite économique.
Partageons tous ce constat et les choses pourront changer.
Réponse de le 10/12/2015 à 13:39 :
Le Luxembourg est un concurrent fiscal très efficace. tout est efficace dans ce petit pays où n'importe quel citoyen peut croiser un ministre au bar. Par exemple la décision de réduire les allocations familiales a été prise en deux semaines et appliquée 3 mois plus tard.
On ne peut pas forcer les autres pays à être aussi irréformable que la France.
Réponse de le 10/12/2015 à 17:53 :
Combien de frontaliers français travaillent à Luxembourg et gagne plutôt bien leur vie. La France en profite très largement.
Il est assez lamentable de lire un tel article dans un journal économique français basé uniquement sur une jalousie presque maladive.
La France est tombé bien bas....
a écrit le 10/12/2015 à 9:52 :
Mieux vaut tard que jamais dénoncer le coté obscur du Luxembourg c'est bien mais après? Mis a part ce statut de paradis fiscal officiel qu'est ce qui explique que le PIB par habitant du Luxembourg est de 50% supérieur a celui de ses voisins? Le Luxembourg est un état parasite qui a bâti sa richesse en spoliant les autres états d'une partie de leurs recettes fiscales. Heureusement la commission européenne (qui a donné un message fort en élisant à sa tête Junker!) est là pour défendre ce petit état dans le besoin! Les financiers les avocats fiscalistes et les magouilleurs peuvent continuer a dormir tranquille l'UE veille sur eux!
Réponse de le 10/12/2015 à 12:44 :
paradis fiscal - PIB 50% supérieur aux autres et population plutôt riche...
c'est peut-être lié après tout. Qu'est-ce qui nous empêche de transformer la France en paradis fiscal ? ça a l'air de plutôt leur réussir .
Réponse de le 10/12/2015 à 13:51 :
Au Luxembourg, les salariés donnent le meilleur d'eux-même pendant 40h/semaine, sans garantie de l'emplois, pour des salaires compris entre 2000 et 5000€ net.
Les impôts pesant sur les entreprises sont modérés, l'impôt sur les sociétés est similaire à celui de la France mais les impôts locaux sont très faibles.
Le droit du travail est simple et clair.
Il faut avoir géré une entreprise pour comprendre ce que cela signifie en termes d'efficacité.
Réponse de le 10/12/2015 à 15:20 :
@frontalier vos qualités professionnelles vous honorent mais tout cela tient par les richesses captées par la finance luxembourgeoise qui en fait profiter les acteurs locaux mais comme ces richesses captées sont limitées eh bien elles n'irriguent que le Luxembourg et les environs immédiat Tant mieux pour vous mais cette situation est en partie supportée par l'ensemble des citoyens des autres pays. Donc les choses ne sont pas aussi simples sinon il n'y aurait plus que des Luxembourg partout!
Réponse de le 11/12/2015 à 12:08 :
Le PIB/tête plus élevé au Luxembourg s'explique tout simplement de la manière suivante: Le Luxembourg a une population résidente de quelque 550.000 personnes. Il s'y ajoute plus de 165.000 frontaliers des pays voisins (dont plus de 82.000 venant de la France) qui viennent travailler au Luxembourg tous les jours, qui contribuent ainsi à créer ce PIB et qui ramènent les salaires qu'ils touchent au Luxembourg dans leurs pays respectifs. Or, ces frontaliers ne sont pas pris en compte lors du calcul du PIB/tête d'habitant, ce qui fausse les statistiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :