Objets connectés et Big Data : les nouveaux enjeux économiques

 |   |  824  mots
(Crédits : DR)
La montée en puissance des données est à l'origine de trois principaux risques, concernant la sécurité, la protection de la vie privée, et un changement du modèle de concurrence entre entreprises. Par Patrick Waelbroeck, Professeur d'économie industrielle et d'économétrie, Télécom ParisTech. Dans le cadre du Printemps de l'économie

Qu'elles soient privées ou publiques, les données représentent aujourd'hui la ressource qui modifiera profondément la manière dont les consommateurs et les citoyens interagissent avec les services privés et publics au quotidien. L'omniprésence des capteurs, des objets connectés intelligents, des caméras et des drones de surveillance vont rendre la frontière entre monde virtuel et monde réel de plus en plus poreuse pour créer ce que Google appelle d'ores et déjà le "web physique". Les bénéfices économiques des écosystèmes de données sont nombreux : amélioration de la qualité des produits et services, meilleure gestion des ressources énergétiques et du transport, meilleure prévision de la demande, adéquation plus grande entre l'offre et la demande (CRM et VRM), gestion plus efficace des systèmes de soin, meilleure connaissance de soi, etc. Il y a cependant des risques et des coûts qu'il faudra anticiper, pour que le développement du numérique ne se fasse pas au détriment de la confiance qu'ont les différents acteurs économiques les uns envers les autres.

 La sécurité, premier risque

Premier risque, la sécurité. En effet, les risques liés à la sécurité sont démultipliés dans des infrastructures connectées, composées entre autre de capteurs, de serveurs et de logiciels. Il faudra réfléchir au cycle de vie des données échangées. Certains spécialistes parlent même du "silence des puces" pour traduire l'idée que des objectifs de sécurité devraient peut-être être intégrés directement dans le code informatique qui gèrent la transmission des données. Il faudra également donner les bonnes incitations économiques aux principaux acteurs du secteur pour qu'ils réduisent le plus possible les failles de sécurité et ne transforment les objets de notre quotidien en "nids à virus". Il s'agira donc de définir clairement la chaîne de responsabilité et les droits de propriété associés aux données émises par les objets connectés.

 Et la protection de la vie privée?

Deuxième risque, l'ubiquité des capteurs et des objets connectés mettra à mal la protection de la vie privée. Même si l'identification des clients permet de mieux cibler les offres, la surveillance peut réduire les choix de consommation. Ainsi, une personne qui codétenteur d'un compte bancaire souhaite faire un achat sans que son conjoint ne le sache, n'utilisera pas la carte bancaire associé et préfèrera un moyen de paiement anonyme, comme le paiement en espèce, les cartes prépayées, le paiement par SMS.

 Un avantage concurrentiel pour les acteurs les plus proches du consommateur

Enfin, les objets connectés et le Big Data vont changer la nature la concurrence entre les acteurs d'un écosystème traditionnellement organisé autours de silos verticaux relativement fermés et indépendants. Les entreprises peuvent avoir des intérêts stratégiques à rendre leurs systèmes de communication et de traitement de données incompatibles avec ceux de leurs concurrents, voire de filtrer les données et de présenter l'information de manière biaisée. La nature économique des données est telle que les acteurs les plus proches du consommateur final auront également un avantage concurrentiel. Il faudra garantir une certaine forme de neutralité des objets qui permettra aux données de circuler dans l'Internet des objets sans entraves. Il s'agit de s'assurer que l'économie du Big Data et des objets connectés soit porteuse d'innovations dans un environnement concurrentiel sain.

Patrick Waelbroeck est titulaire d'une thèse en économie de l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et professeur d'économie industrielle et d'économétrie à Telecom ParisTech. Ses travaux portent sur l'économie de l'innovation, l'économie de la propriété intellectuelle, l'économie de l'Internet et des données personnelles. Il est cofondateur de la chaire « Valeurs et politiques des informations personnelles » de l'Institut Mines Télécom qui aborde les problèmes des données personnelles et du Big Data sous différents angles : juridique, économique, technique et philosophique. Patrick Waelbroeck enseigne l'économie de l'Internet et des données dans le mastère spécialisé Big data de Télécom ParisTech ainsi qu'aux ingénieurs élèves du Corps des Mines.

printemps éco logo

 http://www.printempsdeleco.fr/

 Pour sa 3° édition le Printemps de l'économie propose d'explorer les défis du 2I°siècle autour du thème mais où va donc la planète ? Développement durable/climat ; croissance et bien-être ; innovation et entreprises ; mondialisation ; développement du numérique seront les thématiques abordées à l'occasion des nombreuses conférences organisées du 13 au 17 avril à Paris. L'ambition est d'offrir au grand public la possibilité de réfléchir et d'échanger pour mieux saisir les enjeux et agir... chaque jour un auteur vous livre son point de vue...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2015 à 19:57 :
Il n'empêche que la propagande tourne à plein régime. J'espère qu'ils vous paient bien...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :