On a tous eu notre chance du premier matin !

 |   |  486  mots
Antoine Metzger, président de NGE.
Antoine Metzger, président de NGE. (Crédits : DR)
IDÉE. Nous, entrepreneurs, avons un rôle décisif, « quoi qu'il en coûte » sur le moment ! Nous sommes la génération de chefs d'entreprise qui a les clés pour éviter le pire. Par Antoine Metzger, président de NGE, 4è groupe de BTP français.

On se souvient tous de notre premier matin, dans notre premier job. Et puis, quelques années plus tard, on se souvient aussi du premier stagiaire, du premier apprenti arrivé à la fraîche qu'il a fallu rassurer, accueillir... réveiller ! On sait parfois ce qu'ils sont devenus et certains ne nous ont d'ailleurs jamais quitté, pour grandir et s'épanouir avec nous.

Pour que cette chance du premier matin profite encore à tous les jeunes sortis de l'école en pleine pandémie ; à toutes ces nouvelles énergies en recherche d'emploi, de stages de fin d'études, de contrats de professionnalisation ou d'alternance ; nous, entrepreneurs, avons un rôle décisif, « quoi qu'il en coûte » sur le moment ! Nous sommes la génération de chefs d'entreprise qui a les clés pour éviter le pire. Si nous n'intervenons pas au mieux de nos capacités d'accueil, d'insertion et de formation, c'est aussi l'avenir et le dynamisme de nos métiers que nous hypothéquons.

La jeunesse représente une chance pour nous

Alors que le président de la République annonce "la reconstruction d'une économie forte, écologique, souveraine et solidaire", où la jeunesse portera le principal de la dette écologique et budgétaire du pays, j'ai envie de dire à cette jeunesse qu'elle représente une chance pour nous. Parce qu'elle est notre relève, celle qui va permettre de dessiner un futur collectif, durable et habitable pour tous, avec la fougue et l'audace dont la jeunesse est capable.

Si la France doit se reconstruire, nous, en particulier, entrepreneurs du BTP, sommes les premiers artisans de cette période qui s'ouvre, parce que la mobilité, les liens, les transports et les lieux de partage sont vitaux pour notre pays. Si nous voulons nous redéployer rapidement sur des activités qui répondent aux nouveaux usages dans nos quartiers, nos villes et nos campagnes, il ne faut pas attendre 5 ans ! C'est avec les jeunes d'aujourd'hui que se configure ce futur.

Lire aussi : Reprise d'activité dans le BTP: un soutien du gouvernement en trompe-l'oeil

C'est elle qui bouscule nos certitudes


Sans la jeunesse, prétendre à la reconstruction, à l'unité et au renouvellement des idées, des pratiques professionnelles et managériales est illusoire. C'est elle qui interroge les modèles et bouscule les certitudes. C'est elle qui permet de se réinventer et de faire tomber les dogmes qui engourdissent les organisations.

Nous sommes nombreux à partager cette même conviction : la véritable richesse d'une entreprise, ce sont les femmes et les hommes qui la composent, quels que soient leur âge, leur origine et leur diplôme ; c'est maintenant plus que jamais le moment d'en faire la preuve pour toute une génération. Une génération avec laquelle nous construirons des ouvrages dont nous serons fiers. Ne laissons pas tous ces jeunes passer à côté de leur chance !

Lire aussi : Quelle stratégie à l'international pour NGE ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2020 à 11:32 :
Ça dépend des secteurs d’activités , vous avez des jeunes dans une multinationale qui a la chance d’avoir toutes les grosses marques d’Europe , qui font leur chiffre d’affaire mondiale .

Ces entreprises ou le plus vieux à 27 ans : qui dirige une équipe de 6 personnes , tous des jeunes ..qui manque d’expériences et de cadrage , le jeune de 27 ans ( un ancien coach sportif ) dans un service finance ,ne sait pas ce qu’il fait et pourquoi , juste la notoriété attire ces jeunes , finalement pas besoin de compétences dans cette multinationale, car le chiffre d’affaire de cette entreprise comble les «  lacunes «  et «  l’incompétence «  de cette équipe

Ces jeunes ont une chance ?
Ils prendront leur retraite la bas ... tant que les ventes des marques dans le monde continuera ...

Je vous le dis juste « l’argent « 
est le moteur et le reste les DG s’en fichent bien .
a écrit le 17/06/2020 à 11:52 :
Un enthousiasme dynamique et éveillé très agréable en cette période d'incertitude majeure mais bon vous ne pouvez nier que quelques uns ont eu beaucoup plus de chances du petit matin ou pas d'ailleurs, que la plupart hein.
a écrit le 17/06/2020 à 11:42 :
Embauche de main d’œuvre étrangères corvéables sans limite et payé au lance pierre voilà la réalité dans le BTP comme la construction, transport et logistique, l'agriculture, restauration hostellerie... Pas étonnent de la difficulté de recrutement dans ces secteurs délaissés par les jeunes français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :