Santé connectée : comment valoriser les nouvelles données ?

 |   |  491  mots
Xerfi Canal présente l'analyse d'Philippe Gattet, Precepta
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, comment valoriser les nouvelles données provenant de la santé connectée ?

La data va bouleverser tous les modèles dans le monde de la santé. Très concrètement, tout l'enjeu sera de convertir les données issus des objets connectés ou de l'Open data en services innovants.

Des services qui vont tourner autour de 4 fonctions :

  • Le coaching, qui agit sur les capacités de décision et d'action des utilisateurs (en anglais l'empowerment des utilisateurs). Par utilisateurs, j'entends : les patients / consommateurs ou citoyens et les professionnels de santé ;
  • La coordination, fonction qui agit sur les modes d'interaction des acteurs dans le système de santé ;
  • La certification, qui crée de la confiance autour de l'utilisation des données ;
  • Le diagnostic, point de départ renforcé de toute stratégie de soins.

Bref, le nouvel environnement de la santé formé par les objets connectés et le big data consacre la primauté des usages et des utilisateurs.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

De nouveaux défis liés à ces outils

On le comprend, dans ce nouvel environnement, les nouvelles données vont proliférer. Mais encore faudra-t-il être en mesure de les collecter et de les exploiter. Ce qui sous-entend d'abord de satisfaire la réglementation. Celle-ci n'est pas figée, elle va encore évoluer, notamment dans le domaine du quantified self.

Au-delà du facteur réglementaire, l'exploitabilité des data demande aux opérateurs de relever deux défis critiques :

  • D'abord, canaliser les menaces d'asservissement des utilisateurs propres aux nouveaux outils émergents (je pense à l'hyper-responsabilisation, à la dépendance à l'égard des outils de ludification ou de communautarisation mais aussi à l'hyperconnexion) ;
  • L'autre défi à relever pour les opérateurs est d'opérer en interne les transformations organisationnelles et culturelles nécessaires. Il s'agit de s'assurer d'une appropriation pertinente en interne par tous les métiers des nouveaux outils apportés par le Big Data, et non pas seulement du service informatique.

Peu de plateformes pour donner confiance

Selon les experts de Precepta, les nouvelles sources de création de valeur issues de l'exploitation des données vont se concentrer autour d'un nombre limité de plateformes. Ces plateformes vont se structurer autour d'écosystèmes d'acteurs. Elles auront alors pour fonction de centraliser les données ou les solutions applicatives qui en découlent.

On le devine, la concurrence dans le domaine de la santé ne se fera plus entre des acteurs individuels mais plutôt mais entre plateformes.

Les enjeux stratégiques posés par cette lutte entre plateformes se situent alors à trois niveaux :

  • Miser sur le déclenchement d'effets de réseaux ;
  • Procéder à une ouverture contrôlée des architectures ;
  • Définir une gouvernance des données suscitant la confiance en interne et en externe.

À l'heure de la santé connectée, les organisations data driven performantes seront ainsi celles qui parviendront à identifier « où », « comment » et surtout, « avec qui » créer de la valeur autour des données.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2015 à 14:11 :
Les enjeux sont en effet très importants, et de façon transversale il est vraiment important que les pouvoir publics s'entendent avec les principaux acteurs pour éviter des dérives qui ne manqueront pas d'apparaître dans ce qui apparait parfois comme une jungle (notamment les applications de santé, cf http://www.lahautesociete.com/blog/sante-mobile-application-medicale_e-sante/).
Hâte de voir comment les choses vont se passer avec le label "mHealth Quality" défendu par DMD Santé (http://www.veille-infosplus.fr/filagenda/files/2015/09/Dossier-de-presse-mHealth-Quality-11-septembre-2015.pdf)
a écrit le 26/10/2015 à 22:44 :
Un autre genre de services pourrait bien être aussi intéressé par ces données concernant ses clients : les assureurs. Dans le genre : j'adapterai votre contrat selon vos données de santé ... Bonus si vous êtes connecté... Vous devinerez aisément la suite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :