Traité transatlantique : François Hollande, Captain Europa ?

Il ne faut pas signer à tout prix un accord avec les Américains, sur le traité transatlantique. Pas question que l'Europe devienne le 51è Etat des Etats-Unis. François Hollande va-t-il prendre la tête de la résistance face à l'administration américaine? Par Jean Christophe Gallien, Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne CEO de Zenon 7 Public Affairs et Président de j c g a
(Crédits : DR)

François Hollande devrait s'inspirer des Avengers, inventer et s'incarner en un Captain Europa, véritable défenseur de l'Union Européenne et de ses citoyens face à la volonté commune du Captain America Obama, de la Chancelière Angela et de quelques autres d'accélérer la conclusion d'un très probable très mauvais accord sur le Traité Transatlantique. C'est une chance unique et c'est aussi peut-être la dernière pour lui et pour l'Europe. Il doit vite entrer dans le costume.

Le Tafta ou TTIP, c'est beaucoup plus qu'un accord douanier, beaucoup plus même qu'un accord sur la coordination des réglementations européennes et américaines. Au delà de l'avenir du très prisé marché européen, l'Europe joue une grande partie de son destin global. Dans cette négociation commerciale et régulatoire se déroule un épisode décisif des nouvelles joutes planétaires. Les leaders européens devraient tous comprendre que l'Europe joue son avenir en tant qu'ensemble et puissance politique et identitaire.

Une douteuse opacité

Il ne faut pas d'accord à tout prix. L'accord doit être ambitieux, créatif et sans cesse habité de l'envie de promouvoir le rêve d'une Grande Europe, puissante et riche dans un Monde devenu multipolaire dans ses ambitions compétitives. Or le risque est énorme que rien ne se déroule ainsi.

D'abord parce qu'une douteuse opacité contrôlée règne largement autour de ces tractations. Ensuite du fait de la volonté commune de Barack Obama, qui a déjà conclu le TransPacific Partnership, un autre accord de libre échange avec 8 pays asiatiques mais sans la Chine, et Angela Merckel elle même suivie par les ex pays soviétiques européen tout comme semble-t-il par l'Espagne et l'Italie, d'aller vite pour de bonnes et surtout de mauvaises raisons.

La crainte d'une négociation en faveur des intérêts américains

Ajoutons pour noircir le trait que les autres pays membres de l'Union sont divisés sur des bases d'intérêts particuliers insuffisamment discutés en amont. La Commission est un peu seule au milieu de ce terrain miné et elle peut être, elle-même, au final, tentée d'aller vite et mal, même si elle s'en défend. L'Europe doit impérativement surmonter ses divisions nationales, programmer des priorités communément partagées et promouvoir ensemble une vision stratégique globale face à celle des USA. Il est encore temps mais pour ne parler que de 3 des 28, on peut douter des envies de Londres, Berlin et Paris, de le faire. Tout ceci fait craindre une négociation sinon bradée en tout cas largement en faveur des intérêts américains, comme toujours très préparés et déterminés autour de l'alliance entre secteurs public et privé.

Que la France prenne le leadership de la résistance conquérante!

Paris menace : « il n'y a pas de volonté d'aboutir à tout prix ». Allons-y et vite, il faut que la France prenne le leadership de la résistance conquérante. Tout reste possible ! Mais François Hollande peut-il devenir le Captain Europa que les citoyens européens attendent de leurs vœux répétés ?

L'Europe doit montrer à ses citoyens et aux autres acteurs qu'elle peut être unie et forte. Qu'il faut compter avec elle aujourd'hui et plus encore demain. Ni l'Allemagne d'Angela Merkel, tellement renouvelée dans ses envies de puissance, ni aucun autre pays européen ne pourra résister, seul, aux batailles en série de la guerre économique et géopolitique contemporaine. Cet accord sera le révélateur de la vitalité de l'ambition et du rêve que nous partageons depuis plus d'un demi-siècle et qui, lui, n'a pas de concurrent dans le Monde contemporain peut-être même dans l'histoire. Il faut le valoriser sans crainte !

Disons-le tout net : c'est à la fois une épreuve évaluatoire et une chance pour l'Union Européenne d'affirmer concrètement son rêve et sa puissance.

Certes il y a un intérêt commun à signer un contrat bien négocié. Et notamment pour mieux défendre nos positions respectives face aux ambitions légitimes des autres blocs de ce Monde multipolaire. Nous le savons tous : Bruxelles, c'est déjà un peu Washington DC. Mais déjà très habitée par les Etats-Unis et leurs intérêts, la capitale de l'Union Européenne ne doit pas ni être annexée, encore moins remplacée par celle des USA. L'Europe des 28 ne peut devenir le 51é Etat des Etats Unis d'Amérique.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 12/05/2016 à 13:53
Signaler
Hollande ne pourra plus rien, il n'arrive pas déjà à empêcher une fronde du 49-3 alors empêcher le tafta lol ! Hollande est affaiblit, l'Allemagne qui veut lka tafta a beaucoup de pouvoirs avec les nordiques, Hollande est juste sur la fin, il a d'a...

à écrit le 10/05/2016 à 20:07
Signaler
"que l'Europe devienne le 51è Etat des Etats-Unis" .. Il n'est pas question de cela, que l'Europe devienne un sous-continent dédié a la prospérité des multinationales US, une zone d'Untermenchen, c'est de cela qu'il est question..

à écrit le 03/05/2016 à 15:07
Signaler
"C'est réciproque ou c'est rien" Pauvres Socialistes ils n'ont encore pas compris qu'avec les Américain, lorsqu'on a mis le petit doigt dans l'engrenage, c'est le bras complet puis le corps qui y passe ils sont sans foi ni lois ; je vous donnerai ...

à écrit le 01/05/2016 à 12:33
Signaler
Le libéralisme européen ne fonctionne pas ? Vite, la fuite en avant : signons avec les Américains ! C'est la phase 2 du suicide à la française. Bien sûr que c'est une funeste connerie comme cela a été une funeste connerie de rentrer dans l'Otan. On b...

à écrit le 30/04/2016 à 11:36
Signaler
il y a urgence a attendre pour ses accords, union oui mais pas de mise sous tutelle financiere americaine,,? trop de secteur de production et de sante europeene et surtout francaise en dependent , l europe nais pas encore finie ,finisson la avant de...

à écrit le 30/04/2016 à 8:30
Signaler
D'un coté les USA de l'autre comme d'habitude une Europe désunie l'accord ne peut qu'être déséquilibré au profit d USA donc mauvais pour l'UE et particulièrement pour la France. les intérêts de l'industrie allemande et de ses sous-traitants ne sont p...

à écrit le 28/04/2016 à 11:45
Signaler
La France a déjà bien du mal à respecter les accords précédemment signés (je pense évidemment aux accords de Maastricht), alors à quoi bon essayer de signer d'autres accords (en y ajoutant au surplus toute une série d'exceptions..) si c'est pour ne p...

à écrit le 28/04/2016 à 8:59
Signaler
Une mauvaise négociation ne pourra que faire éclater cette UE de Bruxelles car le scepticisme sera général! A moins qu'elle ne compte sur sa propagande et ses peurs pour nous forcer a l'union et ainsi gagner du temps!

le 01/05/2016 à 12:43
Signaler
Une mauvaise négo fera éclater l'UE ? C'est ce que j'ai pensé déjà après la crise des subprimes et la rechute de 2012, plus violente encore que la crise en elle-même. Mais ne sous-estimons pas la dictature européenne, car c'est bien de cela qu'il s'a...

à écrit le 28/04/2016 à 8:48
Signaler
une des pires choses qu'il puisse arriver en France et en Europe

à écrit le 28/04/2016 à 7:24
Signaler
Notre capitaine N est malheureusement qu'un chef de pédalo Il va être renvoyé l'an prochain avec la pire gamelle depuis 50 ans

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.