Urgences écologiques et sociales : la société civile est prête à passer à l'action

 |   |  578  mots
(Crédits : Pixabay / CC)
[TRIBUNE] La transition écologique et sociale ne peut se faire sans la mobilisation de la société civile. Pour garantir cohérence et efficacité, il faut structurer de véritables "communautés d’action" : un modèle d’action infiniment plus puissant que le modèle prévalant d’impact isolé, dans l’esprit des objectifs de développement durable de l’ONU.

Qui se demande encore si la maison brûle ? Les derniers épisodes climatiques qui secouent la planète illustrent l'urgence climatique et ses conséquences sociales. Le temps du seul diagnostic est révolu. La démission de Nicolas Hulot, pourtant héraut de l'écologie adoubé de tous, jusqu'au président de la République, traduit l'insuffisance des modes d'action traditionnels de l'État face à un phénomène qui dépasse la seule action publique. La dimension de la crise est immense et la transition écologique ne s'incarne ni ne se décrète seulement du sommet de l'État. Autant que l'affaire de tous, l'écologie est l'affaire de chacun. Puisqu'il s'agit de protéger notre bien commun, agissons communément.

Il y a pourtant partout des acteurs - d'ailleurs pionniers - et prêts à s'engager : les associations, les fondations, les collectivités locales, les entreprises, les chercheurs, les institutions d'aide au développement et les citoyens. C'est la multitude d'acteurs qui détient les solutions concrètes et innovantes pour préserver les fondamentaux de notre société. Forte de plus de 13 millions de bénévoles, au côté de plus de 3 millions d'entreprises, la société civile est prête à se mobiliser pour le sujet d'intérêt général absolu que représente désormais l'urgence écologique.

L'agenda 2030, une feuille de route mondiale

Il existe un cadre pour l'action, accessible à chacun, à son échelle : l'agenda 2030 de l'Organisation des Nations unies, structuré par 17 objectifs de développement durable (ODD) et sa clef de voûte, le partenariat. Quelles que soient les limites des ODD, ils ont le mérite d'offrir une feuille de route mondiale que chacun peut décliner, et ainsi s'inscrire dans un collectif local qui génère des résultats concrets et palpables.

Partout dans les territoires, et en particulier dans le champ de l'économie sociale et solidaire, des communautés d'actions sont à l'œuvre. Pôles territoriaux de coopération économique, sociétés coopératives d'intérêt collectif, innovation sociale ouverte et responsable, alliances science et société, partenariats public-privé équitables, etc. Ces formes émergentes d'action collective menée conjointement par plusieurs acteurs indépendants les uns des autres, réunissent cinq conditions :

  • Un plan d'action fondé sur une vision commune de l'enjeu et des objectifs ;
  • Un dispositif d'évaluation et de suivi partagé ;
  • Des activités distinctes mais cohérentes et non concurrentes ;
  • Un dispositif de communication permanente entre les acteurs ;
  • Une gouvernance et un accompagnement structurés.

L'écologie et le développement durable ne peuvent plus être une affaire partisane

L'intensité de la crise a cruellement changé notre rapport au monde. Ces nouvelles méthodes de collaboration ouvrent un horizon pour accompagner les transitions et bâtir un futur désirable.

L'écologie et le développement durable ne peuvent plus être une affaire partisane, car ce ne sont plus des options parmi d'autres, mais bien des choix prioritaires qui doivent s'imposer tant dans les politiques publiques que dans nos arbitrages quotidiens. Les ODD nous offrent un langage commun. Passons à l'action ! C'est en faisant ensemble et en nous faisant confiance, que nous pourrons collectivement sauver ce qu'il est encore temps de l'être.

___

Par Nils Pedersen, président de la Fonda, Jean-Paul Moatti, président-directeur général de l'IRD (Institut de recherche pour le développement), Bettina Laville, présidente du Comité 21 et Philippe Jahshan, président du Mouvement associatif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2018 à 9:32 :
Que ces gens là nous rappellent le score des écolos aux dernieres élections en France .....!
a écrit le 26/09/2018 à 8:53 :
La société civile oui en effet et depuis très longtemps mais tant que les propriétaires de capitaux et d’outils de production investiront massivement sur la destruction de la nature et le massacre des humains, la fin de l'humanité ne pourra que se rapprocher.

Alors nous avons des politiciens qui normalement devraient s'opposer à ces gens là mais pas de bol ils sont achetés par eux.

AU secours.
a écrit le 25/09/2018 à 18:31 :
Pourquoi les humains sont en souffrances dans le monde et que le «  monde dit évolué » donne plus d’importance aux arbres que aux humains ?
a écrit le 25/09/2018 à 17:01 :
Il y en a mare de ces bourgeois stupides qui parlent d'écologie .La demographie humaine est la seule réalité , et unique probleme mais ces aveugles obstinés nient la démocratie humaine . 1900 ,1.7 milliards d'humains ,aujourd'hui ,7.5 milliards !En 2050 il est prévu 11 milliards et en 2100 en seulement 82 ans soit la vie d'un humain '''''15 milliards d'humains '''''.Tracez ça sur une courbe et vous voyez immediatement le caractere exponentiel du probleme .Tout etre humain riche ou pauvre dans le moindre de ses actes pollue ,fait pression sur l'environnement ,diminue les ressources naturelles .Toutes petites économies de comportement dans le monde occidental qui, faut il le rappeller ,ne fait que 750 millions d'habitants ,soit le 1/10 de l'humanité ,serra irremediablement balayé par la demographie galopante de l'humain .Les nouveaux venus seront essentiellement dans les pays pauvres et cette pauvreté outrageante il faudra luter contre !Comment !En leur donnant de l'argent bien sur ,MAIS QUE VONT ILS EN FAIRE !Tout le monde le sait ,ils vont consommer comme nous !Qui peut croire un seul instant qu'ils vont se contenter d'un bol de riz et d'un verre d'eau !Mais tout ça ,ces petits bourgeois ,avec leur petits poumons ,leurs petites progénitures ,leurs petits soucis et leur grand confort ,ils s'en foutent royalement .Ce sont eux les assassins de l'humanité ,celle présente et celle à venir .Nous les accuserons face à nos enfants et petits enfants d'avoir empeché à cause de leur aveuglement stupide de prendre conscience du vrais, seul et unique probleme ,cause de tout nos maux ,LA DEMOGRAPHIE ANARCHIQUE DE L ETRE HUMAIN !Toi journaliste qui lira peut etre ce commentaire tu dois prendre conscience de cela agir ,écrire et ne plus donner la parole aux fossoyeurs de l'humanité qui nous engagent dans une fausse route .........
Réponse de le 26/09/2018 à 8:56 :
Bon, et à part les mots, le vent, votre grande indignation que proposez-vous concrètement?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :