Le Crédit Foncier développe son prêt viager hypothécaire

 |   |  431  mots
Le Crédit Foncier développe son prêt viager hypothécaire La Tribune.fr - 04/05/2009 | 12:38 - 365 mots Boite à outils de l'article : Boite a outils de l'article :    Enregistrer au format mp3 Une solution à destination des seniors qui se voient refuser un emprunt. Selon le Crédit foncier, 58% des Français de plus de 60 ans sont propriétaires mais ne peuvent pas, la plupart du temps, obtenir un prêt auprès de leur banque ou d'établissement de crédit. Depuis une ordonnance du 23 mars 2006, une solution existe : le crédit viager hypothécaire. Le principe ? Obtenir un crédit garanti par un patrimoine immobilier (résidence principale ou secondaire, investissement locatif...). L'avantage : l'emprunteur n'a pas de mensualité à rembourser. A son décès, la banque récupère le bien. Si la valeur du logement est inférieure au coût total du crédit (capital plus intérêts), la banque supporte la différence. Inversement, si la valeur est supérieure, la différence reviendra aux héritiers. Ce système de prêt peut s'avérer particulièrement utile pour les seniors qui ne disposent pas de suffisamment de liquidités pour payer leur maison de retraite par exemple et qui ne veulent pas faire supporter le coût à leurs enfants. L'offre du Crédit foncier, Réversimmo, est accessible à partir de 65 ans et le taux du crédit est de 8,95% par an. Elle permet néanmoins d'obtenir entre 15% et 75% de la valeur du bien, en fonction de l'âge de l'emprunteur, avec un minimum de 20.000 euros (voir détail plus bas). Une expertise pour estimer la valeur du bien, coûtant 600 euros, est facturée mais est prise en charge par le Crédit foncier si le client donne suite à l'offre de prêt. Depuis son lancement en juin 2007, Réversimmo a déjà séduit plus de 4000 personnes pour des montants prêtés estimés à 340 millions d'euros. L'âge moyen de l'emprunteur s'établit à 76 ans, pour un montant de 85.000 euros sur des biens estimés en moyenne à 330.000 euros. Cette solution peut s'avérer très pratique dans de nombreux cas. Elle est toutefois assez chère (8,75% par an) et les montants que l'on peut emprunter seront plus faibles si la baisse de l'immobilier se poursuit. Age          Montant prêté 75 ans     15% à 45% de la valeur du bien 80 ans     20% à 55% de la valeur du bien 85 ans     30% à 60% de la valeur du bien 90 ans     40% à 70% de la valeur du bien 95 ans     50% à 75% de la valeur du bien Retrouvez tous nos articles sur vos finances au www.latribune.fr/Finances.html Alexandre Phalippou

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :