Immobilier en France : chute des transactions en 2008, nouveau repli attendu en 2009

Le nombre de transactions tous marchés confondus effectuées en 2008 en France s'est élevé à 746.400 selon la note de conjoncture des notaires . En 2007,  929.300 transactions ont eu lieu. Et si l'ancien a enregistré une baisse de 17% avec un total de 669.000 ventes, le neuf a vu ses ventes diminuer de 37,6% avec 79.400 transactions seulement. L'année 2008 a également été marquée par une baisse "minime" des prix sur l'ensemble du territoire. Ainsi, le prix des appartements a baissé de 1,5% sur l'ensemble du territoire, les maisons se sont vendues 4% moins cher. Pour les notaires, les prix des petites surfaces ont  " mieux résisté à cette baisse" avant d'ajouter que "contrairement à une idée répandue, les primo-accédants n'ont pas déserté le marché immobilier, renforçant même leur présence en 2008 (19,2% contre 19% en 2007)".   Un recul attendu en 2009 En 2009, les notaires s'attendent à ce que le marché immobilier connaisse "une contraction des volumes dans l'ancien, ladite contraction devant être de plus de 30% en moyenne au premier trimestre" par rapport à la même période en 2008.   Le doublement du prêt à taux zéro, les nouvelles mesures fiscales de la loi Scellier ainsi que le dispositif Pass Foncier devraient permettre une stabilisation en matière de contraction des volumes pour les biens neufs et ce, dans de nombreuses régions. L'étude ajoute que contrairement à 2008, les prix devraient connaitre une baisse sensible en 2009,  une baisse "extrêmement contrastée et non uniforme".   A Paris comme dans les grandes métropoles de province, les prix devraient se maintenir, voire légèrement augmenter pour "les quartiers d'excellence et les biens "zéro défaut". Pourtant, les notaires s'attendent à une baisse du montant des transactions dans les métropoles d'environ 10% tandis que les maisons et les terrains à bâtir dans les périphéries de toutes les villes "devraient subir une baisse des prix comprise entre 10% et 20%", le neuf, connaitra "une baisse, modérée, car si le foncier et les matériaux deviennent moins cher, les nouvelles normes environnementales renchérissent le coût de la construction".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.