Trop chère New York !

Logements à prix prohibitifs, frais de scolarité vertigineux... La classe moyenne new-yorkaise a de moins en moins les moyens de vivre à Manhattan. Contrainte, elle se résout à partir pour s'installer un peu... ou beaucoup plus loin.

6 mn

Si, globalement, les ouvriers et les employés n'habitent plus Manhattan depuis longtemps, c'est désormais au tour des professions intermédiaires de quitter le borough central de la ville de New York, pour trouver, ailleurs, de meilleures conditions de vie.
Si, globalement, les ouvriers et les employés n'habitent plus Manhattan depuis longtemps, c'est désormais au tour des professions intermédiaires de quitter le borough central de la ville de New York, pour trouver, ailleurs, de meilleures conditions de vie. (Crédits : reuters.com)

C'est généralement à contrecoeur qu'ils se décident au départ. Lassés de s'entasser dans un petit deux-pièces (ou plus rarement trois-pièces), épuisés de devoir se battre pour que leurs enfants aient accès à une bonne école, inquiets de voir leurs salaires stagner tandis que le coût de la vie augmente inexorablement. À Manhattan, la classe moyenne a le blues et se trouve de plus en plus souvent contrainte de partir. Dans les autres boroughs (Brooklyn, Queens, Bronx, Staten Island), plus loin dans l'État de New York ou dans les États contigus (New Jersey, Connecticut). Le mouvement se fait par vagues, en fonction de la situation économique générale et personnelle.

Ainsi, entre 2010 et 2013, 254.000 personnes, dont beaucoup appartenant à la classe moyenne, se sont résolues à quitter l'une des cités les plus chères au monde. Une migration qui inquiète sérieusement les hommes politiques, toutes tendances confondues. Car, comme le rappelait en février 2013 la démocrate Christine C. Quinn, alors présidente du conseil municipal de la ville de New York, dans un rapport intitulé La Classe moyenne se réduit, « la vile de New York a besoin de sa classe moyenne pour se développer et maintenir un équilibre entre les intérêts des riches et des pauvres ». Son existence même permet aux citoyens de garder toute leur confiance en la société, considère par ailleurs le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, qui sinon se retrouvent minés par les trop grandes inégalités. Alerté par le fait que New York est la ville la plus inégalitaire du pays, le maire Bill de Blasio - et avant lui Michael Bloomberg tente d'apporter des réponses à cette problématique d'autant plus délicate que derrière le terme de « classe moyenne » se cachent des réalités très diverses.

En effet, la catégorie qui aujourd'hui est appauvrie et en voie de disparition dans la métropole pourrait être qualifiée « d'ancienne classe moyenne ». Elle se compose de policiers, enseignants, ouvriers, petits commerçants. Au fur et à mesure, une population très éduquée, diplômée, qualifiée et à hauts salaires s'y substitue.

Comme Boston, Denver ou San Francisco, New York devient le lieu où convergent chaque année des milliers de jeunes extrêmement spécialisés, notamment dans les nouvelles technologies. Ailleurs, ils appartiendraient à la classe supérieure, ici ils font simplement partie de la classe moyenne. Ce n'est évidemment pas à eux que les responsables pensent lorsqu'ils s'alarment du départ d'une partie des New-Yorkais, mais plutôt à ceux qui se retrouvent confrontés à trois problèmes majeurs.

Handicaps

Première difficulté : l'emploi et les salaires. Si la ville a mieux traversé la crise que d'autres municipalités, en une décennie, le paysage professionnel s'est radicalement transformé. Entre 2000 et 2013, la ville a gagné 250.000 postes dont environ 200.000 offrent des rémunérations extrêmement basses dans le domaine de la santé, de la vente au détail, des loisirs et de l'hôtellerie.

Les 50.000 restants correspondent à des métiers très qualifiés dans la finance ou la haute technologie et proposent de gros salaires. Entre ces deux extrêmes, on constate la disparition de milliers de fonctions traditionnellement occupées par la classe moyenne, en particulier dans le public et l'industrie manufacturière qui a longtemps constitué l'âme de la ville. Ce qui explique que le taux de chômage moyen dans ce secteur soit de 6,2% en 2012 contre 2% avant 2008. Et lorsque, par chance, des salariés parviennent à conserver leur activité, la rétribution s'avère souvent insuffisante pour rester à dans The Big Apple.

Or, deuxième handicap, dans le même temps, les prix des logements et de la vie courante ont connu une hausse vertigineuse. En dix ans, les loyers ont augmenté de 75% tandis que les revenus n'ont progressé en moyenne que de 4,8%. Lorsqu'on n'a pas la possibilité d'habiter dans un logement social ou un appartement à loyer dit « maîtrisé ou stabilisé », le tarif peut être majoré tous les ans, sans aucune limite. Résultat : un New-Yorkais dépense entre 30% et 50% de son revenu pour se loger.

Quant à l'achat d'un bien immobilier, la situation n'apparaît pas plus aisée : les prix ont grimpé trois fois plus vite que les salaires et une fiscalité très lourde sous forme de taxes foncières, à la fois de la ville et de l'État de New York, frappe les propriétaires. Parallèlement, le coût de l'électricité, du téléphone, des assurances voitures, du fuel, du parking et même... du lait ne cesse de croître. En principe, un célibataire ou, mieux, un couple parvient encore à régler les factures. Mais la situation devient difficilement tenable lorsque la famille s'élargit.

Les enfants, une forte motivation pour s'exiler

Car, préoccupation supplémentaire, l'arrivée d'un bébé oblige les parents à décupler leurs efforts pour offrir un cadre de vie acceptable à leur progéniture. Et ce n'est évidemment pas un hasard si seuls 17% des habitants de Manhattan ont des enfants, soit moitié moins que dans le reste du pays.

À la difficulté de pouvoir s'agrandir, s'ajoutent les frais liés d'abord à la garde, puis à la scolarité des petits. Peu confiante dans l'éducation publique, souvent à raison, la classe moyenne lui préfère le privé. Mais à l'année, une école primaire peut coûter entre 7.000 et 40.000 dollars, suivant le quartier, la notoriété et le programme proposé. Sans compter les nombreuses et inévitables activités extrascolaires.

Pour répondre à ces défis et endiguer l'exode, Bill de Blasio vient de lancer un plan de construction et de rénovation de logements qui seront accessibles aux plus modestes comme à la classe moyenne.

Avec l'arrivée de 200.000 nouveaux appartements sur dix ans, ce projet permettrait aussi la création de 194.000 emplois dans la construction. Il voudrait aussi ouvrir des classes de prématernelle publiques. Mais on n'y est pas encore, faute de moyens. Alors, en attendant, partir devient la solution. Loin dans les boroughs, car les parties de Brooklyn et Queens qui touchent Manhattan sont déjà hors de leur portée.

À South Bronx où le système scolaire laisse encore à désirer, ou Staten Island sur laquelle les promoteurs commencent à jeter leur dévolu. Mais ce sont surtout les grandes banlieues de Westchester County et Long Island dans l'État de New York, ou celles du New Jersey et du Connecticut qui accueillent le plus de familles. Du coup, certaines de ces (lointaines) banlieues sont en train de devenir branchées grâce à l'arrivée très récente de populations jeunes et hautement éduquées, constate Mitchell Moss, professeur de planification urbaine à New York :

« Ils s'y installent non seulement parce qu'ils y trouvent de bonnes écoles, des maisons spacieuses et de bons transports en commun », mais aussi parce qu'ils peuvent y façonner l'environnement socioculturel. « Une classe sociale inventive est en train de recréer son mode de vie urbain dans les banlieues », affirme le professeur.

Un nouvel eldorado pour la classe moyenne ?

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 02/10/2014 à 16:38
Signaler
Remplacez NY par Paris et vous avez exactement la même chose. Une ville où ne restent que les millionnaires et les touristes.

à écrit le 28/09/2014 à 12:57
Signaler
la vie économique des villes/régions = fonction du paysage économique et quelque soit la personne politique à la tête d'une ville comme NY, rien n'y changera, il faudra faire des courbettes aux entreprises pour qu'elles augmentent les salaires. D'ail...

à écrit le 28/09/2014 à 10:31
Signaler
C'est pourquoi les exilés fiscaux vont en Belgique c'est moins cher que NY.et en plus l'école pour les petits est gratuite et les soins médicaux aussi et de plus de meilleur qualité qu'en France.

à écrit le 28/09/2014 à 10:27
Signaler
New york a une bulle ,il faut que les prix baissent de 30% ,la solution demandez conseil à Attali,Duflot,Montebourg,C'est la faute au dollar fort, a Merckel, il faut instaurer l'isf à NY comme le maire l'a promis.

à écrit le 28/09/2014 à 10:26
Signaler
Cela n'est pas étonnant, les seuls qui peuvent se loger à Manhattan ou au centre ville de la grosse pomme sont ceux qui bossent dans la finance de Wall Street, les professions libérales, les restaurateurs, les patrons de bars et les commerciaux et i...

à écrit le 28/09/2014 à 6:49
Signaler
USA : Droit du travail ultra minime, travail la nuit, travail le dimanche. Quelle est la solution de PIERRE GATTAZ, fils de YVON ? Quelle est la solution du MEDEF?

à écrit le 27/09/2014 à 15:08
Signaler
Pour le prix d'un studio a PARIS vous pouvez avoir dans la region stephanoise une grande villa avec 5 chambre 3000m2 de terrair avec son cour de tennis privé sa piscine olympique se 4 garages les parisiens sont des pigeons que les speculateurs adoren...

le 27/09/2014 à 15:52
Signaler
2 questions s'imposent. comparer Paris et St Étienne? risqué! Et Qui veut habiter à St Étienne?

le 27/09/2014 à 21:27
Signaler
@kelygo: tout est question de choix personnel. Il; faut aussi vivre selon ses moyens et ne pas courir à la carotte :-)

le 28/09/2014 à 10:14
Signaler
En même temps à Saint-Etienne il n'y a pas de boulot et franchement qui rêve de vivre à saint-Etienne ?

à écrit le 27/09/2014 à 12:51
Signaler
Moins chère que Paris. Et alors qu'en dites vous ? du blabla...

à écrit le 27/09/2014 à 12:29
Signaler
C’est insupportable de lire de telle chose, new york connait un boom immobilier, et des rues entières ont des immeubles vides, seulement voila les investisseurs étrangers spéculent ...

à écrit le 27/09/2014 à 12:29
Signaler
C’est insupportable de lire de telle chose, new york connait un boom immobilier, et des rues entières ont des immeubles vides, seulement voila les investisseurs étrangers spéculent ...

à écrit le 27/09/2014 à 11:44
Signaler
C est pareil à Paris, les loyers sont délirants. 750 euros par mois pour un 20 m2.

le 27/09/2014 à 12:37
Signaler
d'après Savills, Paris est 4e pour le coût d'installation derrière Londres, Hong Kong et NY.

le 27/09/2014 à 12:54
Signaler
La presse parisienne se tait dès qu'il s'agit de parler de la bulle immobilière à Paris, il y a une surenchère des prix des immeubles et cela ne va pas tarder à exploser. On préfère parler plutôt de la vie "trop chère" à New York comme si cela nous r...

le 27/09/2014 à 16:24
Signaler
eh oui le jour où le bulle immo de paris éclatera l'interpol aura pas de mal sur sa planche. à bon entendeur...

le 27/09/2014 à 19:56
Signaler
les loyers parisiens surtout pour les petites surfaces n ont rien a voir avec ceux de londres et New York. 750 euros pour un 20 m2? A new york ce serait plutot 1500/ 2000 dollars....(1200/1500 euros)

le 28/09/2014 à 11:02
Signaler
Ne vous inquiétez pas inspecteur, tout les franciliens connaissent la galère de se loger à un prix abordable, c'est à dire un logement décent qui ne vous sucre pas au moins 40% de votre salaire. Cet article parle de Newyork pour montrer que le phéno...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.