Goupil accélère aux Etats-Unis grâce à son actionnaire américain

 |   |  351  mots
© Goupil
© Goupil (Crédits : goupil)
Le leader européen des véhicules utilitaires électriques pour les collectivités, l'industrie et les loisirs, récemment racheté par l'Américain Polaris Industries, est en plein essor sur les marchés internationaux, notamment Outre-Atlantique.

Goupil a livré 32 exemplaires de son modèle G3 aux Etats-Unis à l'automne denier. Une centaine d'autres devrait suivre cette année. L'entreprise a été rachetée en 2011 par l'Américain Polaris Industries, fabricant de véhicules tout terrain et de motoneiges, coté au NYSE (New York Stock Exchange), qui nourrit de fortes ambitions à l'export pour la société aquitaine. Jusque là, cette société de 93 personnes, leader européen des véhicules utilitaires électriques pour les collectivités, « était trop franco-française », explique René Basei, le nouveau PDG. En mois de deux ans, la PME, installée, à Bourran, au c?ur du Lot-et-Garonne, un département agricole, a lancé ses produits sur douze nouveaux pays étrangers : l'Australie, le Chili, la Turquie, la Russie...

A la conquête de 12 nouveaux pays à l'international

Car sa technologie a fait ses preuves depuis longtemps. « Goupil a été la première société à industrialiser le véhicule utilitaire électrique en 1996 », rappelle René Basei. Très vite, elle a su aussi développer les applications pour ses « voiturettes », afin de satisfaire au mieux ses clients, en ajoutant des fonctionnalités comme l'arrosage et le ramassage d'objets ou de poubelles. Résultat, depuis 2005, la société surfe sur une croissance annuelle de son chiffre d'affaires (25 millions d'euros en 2012) de près de 40% ! Elle vend plus de 1 200 véhicules utilitaires électriques par an à des clients prestigieux comme Volkswagen, Airbus, Peugeot et est présente dans les grandes capitales européennes : Madrid, Amsterdam... Ou encore les aéroports tels que Charles-de-Gaulle.

Un véhicule hybride rechargeable

A la pointe de l'innovation, Goupil a inventé en 2010 le G5, premier véhicule hybride rechargeable au monde. « Il fonctionne en autonomie de 0 à 50 km/h et permet en fin de journée de rentrer à un endroit éloigné. C'était une demande de nos clients », précise René Basei. Un pôle recherche et développement renforcé avec l'arrivée de Polaris. « Sur des problèmes pointus, nous pouvons nous appuyer sur leurs 350 ingénieurs ». C'est une nouvelle ère qui s'ouvre pour cette PME lot-et-garonnaise, qui entend désormais s'implanter durablement sur les cinq continents.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2013 à 16:27 :
Beau challenge belle réalisation, mais site illisible sous linux, une image genre popup bloque le surf.
a écrit le 10/03/2013 à 9:47 :
Dans l'espoir quelle reste en lot et Garonne, nous en avons besoins d'entreprise

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :