Rennes veut innover dans le marketing territorial avec la Novosphère

 |   |  741  mots
Artefacto est un projet soutenu dans le cadre de Novosphère / DR
Artefacto est un projet soutenu dans le cadre de Novosphère / DR
Depuis mars dernier, Rennes Métropole peaufine son image de terre d'innovation. Via Rennes, la Novosphère, un réseau social unique dédié aux projets innovants, l'agglomération veut faire émerger les talents créatifs et les initiatives développées sur son territoire. 13 premiers projets sont soutenus : des meubles en 3D, aux maisons modulaires en bois en passant par la biopsie virtuelle. D'ici à un an, le réseau devrait compter 50 projets.

«Nous souhaitons valoriser les talents et l'excellence rennais».C'est ainsi que le maire de Rennes, Daniel Delaveau résume la raison d'être de Rennes, la Novosphère. Lancé le 21 mars dernier, ce tout nouveau réseau social dédié à l'innovation est destiné à mettre en avant les entreprises créatives du territoire rennais. Le site www.rennes-novosphere.com est ainsi devenu la principale vitrine de promotion de 13 premiers projets innovants, tous secteurs confondus. Le comité de sélection est constitué d'une trentaine de partenaires, rassemblant les grands acteurs économiques, universitaires et médiatiques.

Inciter les jeunes diplômés à rester

« Rennes est le troisième territoire français la plus attractif après ceux de Toulouse et Montpellier. Depuis les années 2006-2007, les villes, les régions, les départements se dotent de marques de territoires. Mais partir sur une démarche s'inspirant de marques très réussies comme Only Lyon ou I Amsterdam, n'a plus rien de différenciant » assure Vincent Aubrée, directeur de la communication de Rennes Métropole.
En se posant la question de l'attractivité de son territoire, de ses atouts et ses faiblesses, Rennes a donc décidé de miser sur sa tradition d'innovation, son urbanité. Menée avec l'agence nantaise LM Y&R, cette démarche assez pointue de valorisation, via un réseau social, des initiatives économiques, académiques ou culturelles les plus créatives, entend construire une autre image du territoire rennais : celle d'une terre accueillante pour les 25-35 ans porteurs de projets et désireux de rester dans la capitale bretonne après leurs études.

Pas de subvention, mais une aide à la communication

Pour cela la Novosphère balaie un large spectre de secteurs d'activités. Les 13 projets retenus vont du bâtiment (les constructions bon marché en bois Blockwood) aux transports (le vélo pliant d' Isocycle), en passant par la médecine ( la biopsie virtuelle de Diafir), le mécénat, le design ou les nouvelles technologies. La société Diwel commercialise ainsi des systèmes de transmissions son et vidéo sans fil auprès des professionnels du spectacle vivant et de l'événementiel. En mai dernier, Rennes, la Novosphère a aussi valorisé les travaux d'étudiants des Beaux-Arts au dernier salon international Wanted Design, à New York. Via la technologie de la réalité augmentée, la société Artefacto permet à ces jeunes artistes de présenter virtuellement leurs oeuvres.« Les différents réseaux auxquels appartiennent les partenaires de la Novosphère vont permettrent de créer des transversalités pour faire émerger des projets, ajoute Vincent Aubrée. Chaque initiative retenue reçoit une labellisation Novosphère, car elle répond à divers critères : croisement des disciplines, dimension collaborative, utilité sociale sur le territoire ou approche internationale. Notre accompagnement ne se traduit pas par une subvention car il y a suffisamment de dispositifs existants, mais par une aide à la promotion, à la communication. Les projets labellisés n'ont généralement ni expertise ni de temps à consacrer à ces domaines.»

La Novosphère, c'est plus qu'une marque, c'est un réseau

Les projets bénéficient ainsi d'une présence sur le site web de la Novosphère (descriptif, interview vidéo...), du dispositif digital de marketing viral (envoi de vidéos sur YouTube...) mis au point par LM Y&R, d'un soutien rédactionnel (plaquettes de promotion), d'une aide logistique à la construction d'un stand sur un salon voire d'une visibilité dans la presse. Au deuxième semestre, l'agglomération de Rennes a également prévu d'installer la notoriété de sa Novosphère par un plan media national et local. En 2013, elle communiquera plus spécifiquement autour des projets.

Pour appuyer cette démarche territoriale, les élus rennais ont voté une enveloppe supplémentaire de 400 000 euros, qui s'ajoute au budget communication de Rennes Métropole. Pour autant, l'aide aux projets est limitée dans le temps : elle suit généralement le business plan développé par les structures qui les portent. La communication autour du projet de biopsie virtuelle aura par exemple son point d'orgue fin 2012-début 2013. Désireuse de s'assurer un rayonnement à l'extérieur, Rennes Agglomération veut parvenir à ce que, d'ici à un an, sa Novosphère accueille une cinquantaine de projets tout en « événementialisant » sa stratégie. Vincent Aubrée est en tout cas bien décidé à ce que Rennes, la Novosphère devienne plus qu'une marque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2012 à 11:52 :
Rennes est animé par la transumance des étudiants d' octobre à mai. Ville de fonctionnaire par excellence, faussement dynamique, où NS s'est pris une dérouillée comme nulle part ailleurs. En tant que morbihanais, espérant une Bretagne réunie, j'espère que Nantes, dont le poids économique et social est bien supérieur par sa richesse et sa diversité, revienne la capitale régionale.
Réponse de le 30/07/2012 à 12:42 :
Nantes est en périphérie sud-est de la Bretagne, elle ne peut pas en être le centre.
Même Rennes est trop a l'est.
Brest est restée plus bretonne authentique.
Réponse de le 02/08/2012 à 21:26 :
Tout le département du Finistère est le plus vrai et comme vous dites le plus authentique des départements bretons. Et fiers de l'être et le revendiquer.Dommage que Rennes soit la capitale!!!!ils n'ont pas la culture bretonne dans l'âme!!
a écrit le 30/07/2012 à 7:26 :
Encore une opération marketing ? On dirait qu'on ne sait plus faire que ça en France, du tourisme et du marketing.
a écrit le 29/07/2012 à 21:52 :
Bon d accord , ce ne sont pas les collectivités qui vont innover et créer des emplois et de la valeur ajoutée ...pour une fois qu'une démarche publique met en avant les projets ou réussites d entreprises ...ne nous plaignons pas !!
Encourageons Rennes dans cette voie .
a écrit le 29/07/2012 à 16:45 :
Encore un truc créé pour developper les soirees de remises de recompense autour de petits fous et pour valoriser l'ego des elus. Encore un machin qui sert a rien a part a pomper du fric, c'est cela la France, des usines a gaz mediatiques
a écrit le 29/07/2012 à 14:04 :
Rennes, c'est pas si actif comme ville, c'est étudiant et bourge. Ils devraient créer des emplois, mais y en a pas. Les étudiants ne restent pas sur Rennes, mais vont tous à Paris.
Réponse de le 30/07/2012 à 11:55 :
Comme dit plus haut le centre ville de Rennes, c'est des bistros, des banques et des agences immobilières. Ce qui manque c'est un vrai esprit d'entreprise. Pour l'instant Rennes vit, sur le plan intellectuel, à crédit. Un jour il faudra rembourser.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :