Jeremy Rifkin : «La Bretagne doit devenir une région pilote du développement durable»

Très écouté par la Commission européenne, par certains chefs d'Etat et des personnalités politiques dont Angela Merkel, l'économiste américain conseille aussi les territoires. Avec les élus de l'agglomération de Rennes, le chantre de la Troisième révolution industrielle a planché ce week-end sur "l'invention" de la métropole de demain.
DR Jeremy Rifkin, à Rennes, lors des rencontres Viva-Cités.
DR Jeremy Rifkin, à Rennes, lors des rencontres Viva-Cités. (Crédits : dr)

Pour sa première intervention en France auprès d'une collectivité territoriale, Jeremy Rifkin a posé un regard plutôt favorable sur les orientations menées par la métropole rennaise en matière de développement. « La Bretagne a lancé un certain nombre de programmes et d'initiatives notables en faveur du développement durable. Elle doit s'en servir pour définir un schéma directeur et devenir une région pilote ». C'est ainsi que ce spécialiste de la prospective économique, a résumé lundi, auprès de la presse, la réunion de travail qu'il venait de tenir avec une quarantaine d'élus et de partenaires économiques de l'agglomération rennaise et de Bretagne. Au cours de cet échange auquel ont ainsi assisté, des représentants de grands groupes comme Total, Suez Environnement, Orange, du pôle Images & Réseaux ou de Bretagne Développement international, Jeremy Rifkin a confronté les actions de la capitale bretonne à sa théorie de la Troisième révolution industrielle. Sous l'?il d'un observateur de la Commission européenne, qui a déjà adopté une première préconisation - réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre - il est revenu sur les cinq piliers de la vision qu'il défend dans son dernier ouvrage (Editions LLL).

"Il faut quitter le carbone d'ici à trente ans"

« Nous sommes à un moment charnière. Tout ce qui dépend du pétrole et des énergies fossiles, très chères, n'est plus tenable. Il faut quitter le carbone d'ici à trente ans. La Troisième révolution industrielle sera l'ère de l'énergie verte, de la décentralisation, de la communication horizontale et collaborative. » En clair, de même qu'Internet a démocratisé la diffusion de l'information, il va démocratiser la distribution de l'énergie, estime Jeremy Rifkin. Sur fond de séisme économique et de changements climatique, le prospectiviste milite pour un internet de l'énergie fondé sur le recours aux énergies renouvelables (soleil, vent, marées, etc.). Dans les 20 prochaines années, les bâtiments existants doivent devenir des structures produisant leur propre énergie. « Fer de lance de ce modèle, l'Allemagne a déjà transformé 1 million de bâtiments et créé 310 000 nouveaux emplois », observe Jeremy Rifkin. La clef du système repose toutefois sur le stockage et le transport de cette énergie verte : à la manière d'internet, en vue d'un partage et d'une redistribution à bas coût vers les voitures, les bus...
Dimanche soir à Rennes (*), Jeremy Rifkin avait expliqué son ambition d'un nouveau modèle économique et d'un ordre social plus démocratique et collaboratif, auprès d'un public de 800 personnes. Parmi lequel, beaucoup de jeunes : ils sont « sensibles à cette notion de pouvoir horizontal et décentralisé car habitués au partage de données (peer to peer) », sourit Jeremy Rifkin.

(*) Dans le cadre de Viva-Cités, semaine de rencontres et de débats autour du projet communautaire

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 27/10/2013 à 13:09
Signaler
Le GRAND OUEST et la NOUVELLE INDUSTRIE les SMART ENERGY SYSTEMS GRACE A SES POLES DE COMPETITIVITE, son IRT, ? Le Pôle Images & Réseaux à vocation mondiale, réunit les acteurs des technologies de l'information, des télécoms et de l'audiovisuel en Br...

à écrit le 23/10/2012 à 17:17
Signaler
Y a des tonnes d'algues vertes car on a laissé les éleveurs de porcs rejeter leur lisier dans les rivières. Et qui paye ? Toujours nous. Quand fera t 'on attention à l'environnement en Bretagne ? Autre exemple de retard, les maisons ne sont pas bien...

à écrit le 01/10/2012 à 21:47
Signaler
Tout ça sent la manip des zélateurs de l'Agenda 21 de l'ONU, que les français ne connaissent pas mais dont les effets sont déjà ressentis. Simplement personne ou presque ne sait que leur source est ce traité et la manière dont il finit par faire disp...

le 01/10/2012 à 23:58
Signaler
Rennes est presque une banlieue de Paris (2H en TGV), au dépend du centre Bretagne. L'aménagement breton qui ne possède pas de centrale nucléaire peut donc être une sorte d'avant garde décentralisée. Il ne faut pas qu elle se plante : éolien, hydroli...

le 02/10/2012 à 14:36
Signaler
@ Breizh ma bro: la méthanisation ? Pourtant, il y a de la matière première avec tous les élevages industriels de porcs. Que fait la région Bretagne ?

le 02/10/2012 à 18:09
Signaler
la bretagne ne chome pas elle avance! et sa recherche a besoin de capitaux....

le 02/10/2012 à 19:02
Signaler
@simplecitoyen je trouve votre jugement bien négatif ou alors nous n'avons pas lu le même livre.....

le 03/10/2012 à 10:22
Signaler
Je partage votre avis chorus, j'ai dû lire le même livre que vous ! L'idée de partager la production d'électricité est à mon sens essentielle; le hic c'est de la stocker, travaillons dans ce sens plutôt que de critiquer dans le simple but de détruire...

le 03/10/2012 à 22:56
Signaler
Des livres, il en a écrit beaucoup. Et il est vrai que je suis probablement plus critique à son endroit que ne mérite celui auquel vous vous référez. Mais je trouve toujours instructif de regarder le lien qui unit (ou non) plusieurs idées maîtresses ...

à écrit le 01/10/2012 à 20:14
Signaler
Le développement durable en bretagne, est très influencé par les milieux parisiens (qui y possèdent souvent des maisons de familles, donc soucieux de valoriser leurs biens). Les industriels qui souhaitent développer des activités (notamment l'agro-al...

le 01/10/2012 à 21:53
Signaler
+1

le 01/10/2012 à 22:16
Signaler
J'ai une maison de famille à Saint Michel en Grèves (22): la plage est toute verte des algues du même nom. J'attend les solutions innovantes. Pour les sports nautiques, c'est fichu... Franchement, je préférerais que ce soit une région pour retraités ...

le 02/10/2012 à 10:11
Signaler
moi j'habite en centre bretagne je suis tranquille peinard a la campagne ce developpement durable peut etre une bonne chose je commence a en sentir les effets neanmoins il faut faire gaffe de ne pas tomber dans les extremes ex :il commence a y avoir ...

le 02/10/2012 à 12:19
Signaler
Depuis des années qu'on parle de développement durable en Bretagne, on construit des éoliennes à tout va sans concertation avec les riverains. Le cas le plus fréquent est comme suit: une bourgade paumée (disons Plouarzel dans le Finistère Nord), expo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.