« Produit en Bretagne » lève des fonds pour partir à l'assaut du marché international

 |   |  408  mots
Bretagne Excellence, la nouvelle filiale export de « Produit en Bretagne » a besoin de ses adhérents pour accroître ses moyens financiers de 430 000 euros. © DR
Bretagne Excellence, la nouvelle filiale export de « Produit en Bretagne » a besoin de ses adhérents pour accroître ses moyens financiers de 430 000 euros. © DR (Crédits : DR)
Vingt ans après sa création, l'association « Produit en Bretagne », première marque collective de développement territorial, veut sortir des frontières hexagonales. Sa filiale Bretagne Excellence projette d'augmenter son capital de 430 000 euros pour mieux exporter les produits régionaux en Europe et au-delà.

« C'est une formidable aventure qu'il ne faut pas louper. Aucune région n'a osé le faire encore. » C'est avec un peu d'emphase que Jakez Bernard a voulu souder les entrepreneurs membres de « Produit en Bretagne », autour d'un nouveau projet, le développement international. Vendredi 8 février à Saint-Malo, le président de ce label de promotion des entreprises qui produisent en Bretagne, a profité de l'assemblée générale des 20 ans de l'association pour annoncer la couleur : Bretagne Excellence, la nouvelle filiale export de « Produit en Bretagne » a besoin des adhérents pour accroître ses moyens financiers de 430 000 euros.

Aider les TPE et PME à l'export

Fondée en juin 2011, Bretagne Excellence veut passer son budget de 770 000 euros à 1,2 million d'euros afin d'amplifier ses actions internationales. Présidée par Thierry Simonin, la structure a pour vocation d'exporter le meilleur de la Bretagne, issu des PME et TPE. Une première gamme d'une cinquantaine de produits d'épicerie emblématiques issus de Capitaine Cook, Henaff ou Loc Maria, est déjà commercialisée en grande distribution en Belgique et en Allemagne.
Elle est aussi présente au Liban, en Afrique, en Chine, en Italie, et le sera prochainement en Suisse. « La priorité 2013 est le développement en Europe, souligne Thierry Simonin. Pour le grand export, nous passons par des importateurs et des distributeurs. » A terme, l'objectif est d'exporter jusqu'à 300 produits premium, frais et surgelés compris.
Désireuse de montrer l'exemple, « Produit en Bretagne » apportera 100 000 euros à cette augmentation de capital dont la souscription est ouverte jusqu'au 29 mars prochain. Bretagne Excellence se présente en effet comme le pendant à l'international de ce que « Produit en Bretagne » a réussi dans l'Hexagone.

4 000 produits « made in BZH »

A l'heure où le « Made in France » est remis en avant, « Produit en Bretagne » (1,38 million d'euros de budget en 2012 financé à 85 % par les cotisations) n'est pas peu fière d'avoir pris une certaine avance. Fondée pour pérenniser l'emploi régional et limiter les délocalisations, c'est la seule marque collective économique de cette envergure en France. L'association fédère 304 entreprises (agro-alimentaire, biens et services, culture et création...) représentant 100 000 salariés sur les cinq départements (Loire-Atlantique comprise) et 15 milliards d'euros de chiffre d'affaires.
Gage de sérieux des entreprises, de qualité et de valeurs communes, son logo, un petit phare sur fonds bleu et jaune, est apposé sur 4 000 produits. De 97 % en Bretagne, son taux de notoriété frise les 50 % en Ile-de-France.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2013 à 14:50 :
jérôme
Réponse de le 30/04/2013 à 14:51 :
jérôme
a écrit le 13/02/2013 à 15:16 :
Le label Produits en Bretagne ne comprend que les 5 départements bretons, les 4 de la région administrative actuelle et la Loire-Atlantique. Le Mayenne, la Sarthe, ll Maine et Loire et la Vendée ne sont pas concernés par ce label
Réponse de le 13/02/2013 à 21:03 :
Exact. Et c'est aussi pour cela que ça marche : ce n'est pas une initiative bretonnante refermée sur elle-même mais un concept qui, dès l'origine, s'est voulu ouvert sur la Loire-Atlantique (le département le plus industrialisé et peuplé des 5). Un bon exemple qui prouve que, sur le plan économique, un rapprochement du 44 avec la Bretagne administrative actuelle aurait du sens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :