Désherbage écologique : Oeliatec primée par la Région Bretagne

 |   |  217  mots
(Crédits : Oeliatec)
Le spécialiste breton d'alternative aux pesticides a reçu le Trophée Eau et Biodiversité en février par la Région Bretagne lors des Trophées de l'innovation des 20 ans du Carrefour de l'eau.

Elle n'a pas inventé l'eau chaude mais Oeliatec en profite quand même pour piétiner les plates-bandes des fabricants de glyphosate. Sans chimie, sa solution écologique de désherbage à l'eau chaude a d'ailleurs été primée en février par la Région Bretagne lors des Trophées de l'innovation des 20 ans du Carrefour de l'eau. L'entreprise de Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes s'est vue remettre le Trophée Eau et Biodiversité. Ses machines de désherbage remplacent en effet les solutions phytosanitaires tout en fonctionnant avec la récupération des eaux recyclées.

Un remède de grand-mère

S'inspirant d'un remède de grand-mère visant à cuire les mauvaises herbes, ces engins électriques et multifonctions pulvérisent à basse pression des gouttelettes d'eau portée à 120 °C. Certains modèles, dont le prix peut grimper à 100.000 euros, associent aussi le lavage à haute pression, l'arrosage et l'hydrocurage.

Ancien revendeur de produits phytosanitaires, Jean-Pierre Barre, le gérant d'Oeliatec, fondée en 2010, a anticipé la pression écologique. Il vend aujourd'hui ses machines dans toute l'Europe, à des revendeurs, des entreprises et des collectivités.

Chaque année, Oeliatec (4,9 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018, 30 salariés) investit 150.000 euros en R&D. Sa division agricole vend aussi des désherbeuses aux viticulteurs, aux pépiniéristes, aux maraîchers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2019 à 11:31 :
Voici la preuve qu'il vaut mieux miser sur l'innovation plutôt que sur les politiques si l'on veut balayer les solutions obsolètes. Sans compter que ça va beaucoup plus vite.
a écrit le 16/03/2019 à 18:14 :
Quel est le bilan énergétique?

Chauffer de l'eau est très énergivore, remplacer le glyphosate par des litres de gasoil ou des tranches de centrales EPR n'est pas forcément très judicieux.

A moins que le chauffage ne puisse être initié par des capteurs solaires thermiques et complété par ... ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :