Toulouse : Bertrand Monthubert annonce l'audit de l'université

Deux mois après une entrée remarquée sur la scène universitaire, Bertrand Monthubert, nouveau président de l'Université Paul Sabatier, explique comment il veut faire changer l'université. Après avoir suspendu le mode de financement du Plan Campus et refusé de signer la convention de financement de l'Institut d'Excellence de Toulouse, il annonce un audit du ministère à Toulouse le 17 juillet puis une rencontre à Paris avec le conseiller spécial chargé des Investissements d'avenir.
Bertrand Monthubert, président de l'université Paul Sabatier
Bertrand Monthubert, président de l'université Paul Sabatier

Emmanuelle Durand-Rodriguez. Deux mois après avoir annoncé la suspension du financement du Plan Campus (527 millions pour les universités de Toulouse), le dossier est-il en panne ?


Bertrand Monthubert. Pas du tout. Je peux d'ailleurs vous annoncer que le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche a décidé de mener une mission d'audit dans les universités concernées par des partenariats public-privé (PPP) pour ce qui concerne le patrimoine immobilier universitaire. L'audit aura lieu le 17 juillet à Toulouse. Je partage avec le gouvernement le souci de savoir comment financer des projets de grande ampleur. Ma position concernant les PPP est très pragmatique et pas du tout idéologique. Pour moi, ce sont des montages financiers qui coûtent extrêmement chers. S'il avait été maintenu, il aurait obligé l'UPS à payer entre 600 000 euros et 1 million de frais de maintenance à l'opérateur privé. L'audit devra donc déterminer quelle sera la solution financière la plus intéressante : une loi Mop (maîtrise d'ouvrage publique), un consortium appuyé par la Caisse des Dépôts ou pourquoi pas un PPP, mais pour cette dernière hypothèse, il faudra que l'on me prouve son efficacité.


EDR. En refusant de signer la convention de financement de l'Idex, certains vous ont accusé de casser le jouet. Comment réagissez-vous à ces accusations ?


BM.Je pense qu'ils n'ont pas compris... Comment casser un jouet qui est programmé pour dérailler ? A l'université, on n'est pas à l'armée ! Ici, les individus ont un regard critique et ils l'exercent. Pour arriver à mettre en place ce bel outil qu'est l'Idex, il faut arriver à entraîner l'adhésion. J'ai refusé de signer la convention de financement de l'Idex car les critiques sur la place toulousaine étaient extrêmement fortes au sein des laboratoires des universités. Elles portaient sur la gouvernance et sur l'utilisation des fonds (les diplômes étoilés, l'utilisation des chaires notamment). Je n'ai pas dit que je ne voulais pas d'Idex, j'ai dit qu'il fallait le réorienter.

EDR. Concernant l'Idex, vous étiez opposé à l'idée d'attirer des chercheurs de renom, notamment avec des salaires élevés, pourquoi ?

BM. L'attractivité oui, mais pas avec des sur-salaires... Dans une période où l'on doit être particulièrement vigilants sur l'utilisation des deniers publics, qui comprendrait que l'on donne des salaires extravagants à quelques personnes ? Je ne suis pas sûr que ce soit très apprécié de la communauté universitaire qui a surtout besoin d'emplois scientifiques et d'équipements. Il y a deux ans, Paris XVII a recruté un prix Nobel de physique. Et bien, il n'a pas eu de sur-salaire, il a été recruté comme prof de première classe, sans rien d'exceptionnel. En revanche, on lui a promis un environnement scientifique de très haut niveau, avec des labos qui tournent bien et des personnels très bien formés. Voilà ce qui compte !


EDR. Avez-vous rencontré Louis Gallois depuis qu'il est commissaire général aux investissements ?


BM. Non, mais nous avons rendez-vous (tous les présidents d'universités et la nouvelle présidente du Pres Marie-France Barthet, NDLR) avec le conseiller spécial en charge des Investissements d'avenir, Bernard Carrière, à Paris le 19 juillet. C'est une réunion très importante puisque la ministre a parlé de remise à plat des Idex, à la fois sur la gouvernance et sur les programmes.

EDR. L'Université Paul Sabatier fait-elle partie des 23 universités en déficit en 2010 et 2011 et évoquées par Geneviève Fiorasso ?


BM. Non. La situation budgétaire est fragile mais nous ne sommes pas en déficit.
 

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 14/08/2012 à 9:24
Signaler
"L'audit devra donc déterminer quelle sera la solution financière la plus intéressante : une loi Mop (maîtrise d'ouvrage publique), un consortium appuyé par la Caisse des Dépôts ou pourquoi pas un PPP, mais pour cette dernière hypothèse, il faudra qu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.