Lancement à Toulouse des premières «Rencontres patrimoniales»

 |   |  644  mots
Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, Alain Di Crescenzo, et Pascale Besses-Boumard, rédactrice en chef à La Tribune (Finance et Marchés) © Rémi Benoit
Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, Alain Di Crescenzo, et Pascale Besses-Boumard, rédactrice en chef à La Tribune (Finance et Marchés) © Rémi Benoit
Organisées par La Tribune, en partenariat avec La Banque Postale, les premières « Rencontres patrimoniales » ont eu lieu mercredi 3 octobre à Toulouse. La première étape d'une tournée de conférences animées par Pascale Besses-Boumard, rédactrice en chef à La Tribune (Finance et Marchés) dans les 10 plus grandes métropoles de France. L'occasion notamment de se projeter sur les nouvelles dispositions fiscales à venir.

Comment gérer son patrimoine en temps de crise économique ? Sur quels types d'actifs orienter son épargne ? Livret A, Plan épargne logement, assurance vie, capitalisation, immobilier... des conseillers en gestion de patrimoine du Groupe La Banque Postale répondaient aux questions de Pascale Besses-Boumard, rédactrice en chef à La Tribune (Finance et Marchés). En période de crise économique et à l'heure où le projet de loi de finances 2013 est présenté par le gouvernement, ces premières « rencontres patrimoniales », organisées mercredi 3 octobre 2012 à la médiathèque José Cabanis de Toulouse, étaient l'occasion de mesurer l'impact des nouvelles dispositions fiscales sur les particuliers.

Au préalable, le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, Alain Di Crescenzo, a évoqué, devant plus d'une centaine d'invités, l'état de santé des entreprises de la région Midi-Pyrénées. « On s'en tire beaucoup mieux que les autres car notre modèle économique est performant, a-t-il souligné. Nous avons des atouts qui n'existent pas ailleurs, notamment avec Airbus, leader mondial de l'aéronautique, et le spatial, numéro un européen. Nous sommes une terre de leaders ! ». Mais il s'agit d'un territoire à deux vitesses, nuance le président de la CCI de Toulouse. Des entreprises sont dans des secteurs d'activité de pointe tandis que d'autres souffrent d'un contexte économique morose (bâtiments et travaux publics, commerce de gros...). Répondant à la question de Pascale Besses-Boumard concernant la fusion éventuelle d'EADS et du groupe aéronautique BAE Systems, Alain Di Crescenzo s'y est déclaré favorable. Une condition sine qua non pour « peser sur le marché ».

Trouver des pépites

Devant de nombreux banquiers présents dans la salle, Alain Di Crescenzo s'est enfin inquiété du moral en berne des entrepreneurs qui peinent à trouver les moyens de financer leurs investissements : « On a besoin de vous ! Vous devez être moins frileux car les PME ont besoin de financements pour investir. Le capital risque, ce n'est pas faire 25 % de retour sur investissement chaque année... Si on souhaite trouver des pépites à l'image de Google ou Microsoft, n'attendons pas des retours sur investissement à court terme. Il faut qu'on trouve des outils qui permettent de gérer le risque. Car le jour où il n'y aura plus de PME, il n'y aura plus de moteur de l'emploi ». Directement en lien avec l'intervention d'Alain Di Crescenzo, Philippe Espanol, directeur commercial régional bancaire à La Banque Postale a rappelé l'autorisation récente - depuis fin 2011 - de la possibilité pour La Banque Postale de prêter aux entreprises.

Conjoncture économique en berne, dette des Etats européens, système bancaire affaibli... les particuliers sont eux aussi dans une  zone d'incertitude pour la gestion de leur patrimoine. Incertitude encore renforcée après la présentation par le gouvernement, vendredi 28 septembre, du projet de loi de finances 2013. Dans ce cadre fiscal en évolution, Philippe Giraud, responsable du Développement des conseillers en gestion de patrimoine de La Banque Postale, et Bernard Lacoste, conseiller en gestion de patrimoine, sont intervenus afin d'informer sur les impacts de ce nouveau dispositif pour la gestion du patrimoine des particuliers.

Ces premières « rencontres patrimoniales » étaient, pour Jean-Baptiste Wittemans, agent général prévoyance et patrimoine pour le groupe Axa, « la traduction immédiate » de son quotidien. Avant d'assister à la conférence, ce dernier s'interrogeait notamment sur l'évolution de la fiscalité de l'assurance vie. « On se doit d'informer nos clients sur l'impact fiscal des nouvelles dispositions », poursuit-il. « Informer, faire connaître et valoriser notre savoir faire vis-à-vis de la clientèle patrimoniale », tels sont les objectifs affichés par Philippe Espanol, directeur commercial régional bancaire à La Banque Postale, lors de ces « rencontres patrimoniales ». Toulouse était la première étape des « Rencontres patrimoniales », organisées par La Tribune en partenariat avec La Banque postale. Prochains rendez-vous à Bordeaux et à Lyon.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2012 à 0:07 :
Ouf! Moi qui croyait que ça allait parler de rencontres interrégionales entre élus pour se présenter leurs nouvelles acquisitions et leurs futurs projets de développement culturel... Non, il ne s'agit que notre patrimoine... enfin, si on peut dire, parce qu'avec les temps qui courent, il n'est pas sûr que ce soit encore le notre pendant très longtemps. Bravo en tout cas à La Tribune et bonne route! ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :