Immobilier : «Le marché toulousain n'est pas en crise»

 |   |  385  mots
DR
DR (Crédits : dr)
Contraction des volumes, mais pas des prix : les notaires de la Ville rose décrivent un marché de transition qui a tendance à se radicaliser selon les territoires. Maître Philippe Pailhès est expert immobilier à la Chambre des notaires de Haute-Garonne. Interview.

Quelle est votre analyse du marché immobilier ancien fin 2012 ?

2012 aura été une année charnière avec des réformes immobilières majeures, une très forte instabilité fiscale et un changement gouvernemental... Ces facteurs ont pesé sur le marché. A Toulouse, nous avons observé une contraction des volumes de ventes, en particulier sur les terrains à bâtir (-18 %) et les appartements anciens (-14%) et un marché très hétérogène. Néanmoins, les prix ne baissent pas. Dans le département de la Haute-Garonne, ils sont stables avec un prix moyen à 2 440 euros/m2 et à Toulouse la progression des prix a été faible : + 1,4 % dans les appartements anciens. C'est pourquoi, on ne peut pas parler de crise.

En quoi le marché est-il hétérogène ?

D'une part le marché souffre davantage à l'extérieur qu'à Toulouse. Sur le segment des maisons, même si les échanges se maintiennent, ce sont les moins aisés qui subissent les premiers les effets du retournement conjoncturel et le marché avance à plusieurs vitesses. Nous avons d'un côté le marché des maisons très accessibles mais éloignées de la ville, entre 200 000 et 250 000 euros, de l'autre le marché des belles maisons entre 500 000 et 600 000 euros et, entre les deux, l'essentiel du marché entre 250 000 et 350 000 euros pour des biens situés dans les premières couronnes, et qui souffre particulièrement. Même chose dans le segment des appartements anciens. A Toulouse, nous notons désormais des écarts de prix considérables. Saint-Etienne est le plus cher de la ville, en hausse de 15 %, le prix médian s'y affiche à 4 150 euros/m2, tandis que dans les faubourgs un patchwork se dessine : la Reynerie affiche un prix médian à 1 260 euros/m2, St Cyprien est à 3 010 euros, et le faubourg Bonnefoy progresse de 5 % à 2 290 euros/m2. En dix ans le marché des appartements anciens à Toulouse a enregistré une hausse de 71,9 %.

Quelle est la tendance depuis le début de l'année ?

Nous observons un bon niveau d'échanges et des prix en hausse de 2 % au premier trimestre 2013. Je le répète, le marché n'est pas en crise, il est d'ailleurs peu probable que les prix s'effondrent au centre ville. Néanmoins, nous en avons terminé avec les fortes spéculations suite à des reventes. Les acheteurs doivent désormais envisager l'immobilier comme une valeur refuge.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2013 à 11:47 :
Les notaires sont collecteurs d'impots, soit un peu plus de 70% donner à l'état dans leurs honoraires.
Quant aux chiffres délivrés par les notaires, justement ceux sont "les bons". Ils proviennent de la base de données permettant ces statistiques, qui est constituée de plus de 10 000 prix de vente réels (hors commission, droits, frais divers, mobilier). Il s?agit de références fiables dont la transparence et la rigueur ont permis d?obtenir la caution scientifique de l?INSEE.
Et en effet, le marché se normalise. Pas d'effondrement spectaculaire, ni en volume, ni en prix ! Pas en Haute-Garonne en tout cas.
a écrit le 27/03/2013 à 11:21 :
c'est les idioties qu'on peut lire dans les commentaires ! le marché se normalise voila tout ! les 10 dernière années ont été spéculatives, notamment grâce à la souplesse des banques à octroyer des crédits immobilier et aussi a l'allongement de la durée de ceux ci. Concernant les notaires, 75 % des frais de notaire correspondent aux taxes et divers dû à l?état; d'autre part, le notaire est le lien indispensable à la récolte de ces taxes, il n'y a pas d'autre système pour récupérer ces impôts, après, sont-ils trop payés? c'est un autre débat. la fin du monopole des notaires c'est la porte ouverte à toutes les spéculations immobilières, les arrangements entre amis, l?augmentation des inégalités à l'accession en fonction du pouvoir financier etc.

a écrit le 27/03/2013 à 9:21 :
Les notaires défendent leur pain mais en réalité le marché s'effondre. Il faut mettre fin au monopole des notaires cela mettrait fin aux honoraires démentiels pratiqués par la profession et de mentir sur l'état du marché des maisons appartements..................................
a écrit le 26/03/2013 à 17:10 :
On passe de valeur spéculative à valeur refuge. Encore quelques mois et on sera à valeur d'usage !
a écrit le 26/03/2013 à 16:24 :
Normal, les nordistes de normandies, bretagne, vont aller vivre dans le sud...y a plus de place.
a écrit le 26/03/2013 à 15:22 :
"Nous observons un bon niveau d'échanges et des prix en hausse de 2 % au premier trimestre 2013. Je le répète, le marché n'est pas en crise" Blablabla ... nous sommes le pays où les prix sont les plus élevés au monde par rapport au pouvoir d'achat. Vivement que le rythme de faillite des AI et des intermédiaires qui contribuent à la bulle s'accélère. La situation n'en sera que plus saine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :