Le Nord-Pas-de-Calais met le turbo pour innover plus

 |   |  689  mots
La table ronde sur l’innovation réunie le 27 septembre par La Tribune à Lille : de gauche à droite Bertrand Fontaine (Bpifrance), Jean-Yves Doisy (Envie 2 E), Olivier Hermand (Leroux), Corinne Molina (Mäder), Pierre de Saintignon (premier vice-président de la Région Nord-Pas de Calais), Perrine Créquy (La Tribune), Patrick Brunier (Médef) et Henryk Klaba (OVH) © Olivier Touron/La Tribune
La table ronde sur l’innovation réunie le 27 septembre par La Tribune à Lille : de gauche à droite Bertrand Fontaine (Bpifrance), Jean-Yves Doisy (Envie 2 E), Olivier Hermand (Leroux), Corinne Molina (Mäder), Pierre de Saintignon (premier vice-président de la Région Nord-Pas de Calais), Perrine Créquy (La Tribune), Patrick Brunier (Médef) et Henryk Klaba (OVH) © Olivier Touron/La Tribune (Crédits : La Tribune)
La Tribune a réuni à Lille, vendredi 27 septembre, huit des acteurs phares de l’innovation dans la région pour recueillir leurs témoignages et leur expérience. Le premier vice-président du Conseil régional, Pierre de Saintignon, et les dirigeants de Leroux, Mäder, OVH et Envie 2E Nord, le groupe ERDF, Bpifrance et le Medef ont débattu des bonnes pratiques managériales, stratégiques et de financement.

23,6 millions d'euros ont été investis l'an dernier dans la Région Nord-Pas-de-Calais pour financer 178 projets innovants. Cet effort la place au 5e rang des régions qui investissent le plus dans l'innovation. «Notre région n'est pas la plus innovante de France, mais nous sommes en train de rattraper ce retard», a assuré Pierre de Saintignon, le premier vice-président de la région Nord-Pas-de Calais.

Devant les membres du Club Tribune réunis à Lille vendredi 27 septembre, le responsable régional a fait remarquer que les 40 ans de désinvestissement national vis-à-vis de la recherche dans le Nord-Pas-de-Calais pèsent encore aujourd'hui sur le développement économique régional. Pour y remédier, il mise sur les sept pôles de compétitivité et les 14 pôles d'excellence du territoire pour impulser une dynamique d'innovation forte dans les secteurs historiques de l'économie régionale - le ferroviaire, l'automobile, le textile, la chimie et l'agroalimentaire.

Nouveaux secteurs

«Nous devons capitaliser sur les savoir-faire issus de notre passé mais cela ne doit pas nous empêcher de nous positionner sur de nouveaux secteurs tels que les TIC, l'image, le recyclage et les biotechnologies», pointe Pierre de Saintignon. Quatre PME innovantes dans ces activités ont ensuite largement nourri le débat, chiffres à l'appui.

Mäder, le fabricant de peintures industrielles et résines composites, investit près de 10% de son revenu annuel en recherche et développement. «Nous avons multiplié notre chiffre d'affaires par vingt en vingt ans», indique Corinne Molina, présidente du directoire de ce groupe qui emploie 800 salariés.

« Se donner les moyens de ses ambitions »

OVH, le leader européen de l'hébergement de sites internet, investit 70 millions d'euros par an pour l'innovation. « Il faut se donner les moyens de ses ambitions », assène Henryk Klaba, son président, qui entend devenir leader mondial. OVH affiche une croissance annuelle de 35% depuis sa création en 1999, et devrait enregistrer en 2013 un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros.

Leroux, spécialiste de la transformation de la chicorée fondé en 1858, a rejoint le pôle Eurasanté pour étudier le génome de la plante et ses propriétés nutritionnelles. « Nous avons développé de nombreuses innovations de produits au cours des dix dernières années, jusque dans les cosmétiques. Mais aujourd'hui, nous sommes moins dans la recherche de la technicité que dans le contact avec nos clients », confie Olivier Hermand, directeur général de Leroux.

« Innover était impératif »

Pour Jean-Yves Doisy, directeur général adjoint d'Envie 2 E Nord, « innover était impératif pour préserver les 40 emplois de notre branche spécialisée dans le recyclage des écrans de téléviseurs à tubes cathodiques.» L'entreprise d'insertion a donc mis au point une méthode de recyclage des écrans plats. Sa technique d'extraction des deux grammes de métaux rares, lithium et indium, présents dans chaque écran est brevetée.

Lui aussi confronté à des évolutions réglementaires majeures, dans le cadre de la transition énergétique, ERDF noue des partenariats avec d'autres entreprises dans les énergies renouvelables et la maîtrise de la production et de la consommation énergétiques. «Nous travaillons avec 300 entreprises partenaires. Notre ambition est de créer une filière spécialisée dans ces grands enjeux de la transition énergétique», détaille Jean-Claude Baudens, directeur interrégional Manche Mer du Nord d'ERDF.

Culture du dialogue social

« Il est essentiel de rassembler les énergies et d'innover collectivement, approuve Patrick Brunier, directeur du Medef Nord-Pas-de-Calais. Dans notre région, nous avons une culture du dialogue social qui permet à tous les acteurs, quelle que soit leur couleur politique, de tendre vers un objectif commun de modernisation de notre économie.»

En concertation avec le Conseil régional, la direction Nord-Pas-de-Calais de Bpifrance a lancé le premier fonds de financement des innovations non technologiques. « Une quarantaine d'entreprises ont bénéficié de ces aides, qui peuvent atteindre 150.000 euros. Notre initiative va être imitée en Île-de-France», sourit Bertrand Fontaine, directeur régional de Bpifrance. A Lille, on ne cache pas sa fierté de voir une idée locale prend racine à Paris.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :