Vitamine T conjugue insertion et croissance verte

 |   |  367  mots
(Crédits : DR)
Dans ce groupe de 2 500 salariés, l'insertion des personnes en difficulté passe par l'efficacité économique des filiales qui les emploient. De quoi poursuivre leur croissance.

De 55% en 2006, la part des aides publiques entrant dans le financement de Vitamine T est descendue à 13% en 2014. Dans le même temps, ses rentrées financières ont grimpé de 19 à plus de 50 millions d'euros. Preuve que cette entreprise d'insertion parvient à réunir avec succès efficacité économique et intérêt général. Cette réussite, elle la doit à un changement de gouvernance initié en 2008.

En devenant une société à actions simplifiées (SAS), le groupe Vitamine T se donnait alors les moyens de réinvestir les bénéfices réalisés par sa vingtaine de filiales en vue d'accroître leur développement dans la croissance verte et l'économie circulaire. Cette SAS est détenue par une association dont le conseil d'administration compte de nombreux chefs d'entreprises. Sans l'intervention de ces partenaires du secteur privé, la mutation n'aurait sans doute pas pris une telle ampleur.

« Depuis, nous investissons entre 4 et 4,5 millions d'euros par an. Principalement dans nos outils industriels », indique André Dupon, président du groupe.

Spécialisée dans la collecte, le traitement et la valorisation des déchets d'équipements électriques et électroniques, sa filiale Envie 2E vient de s'équiper d'une ligne de démantèlement des écrans plats basée sur un procédé innovant de sa conception. Elle se diversifie dans le recyclage des déchets d'équipements d'ameublement. Autre entreprise du groupe, Mobilille s'est équipée pour prendre en charge l'entretien et l'approvisionnement des stations V'Lille, le vélo en libre-service de Lille. Avec Nord Ferro, le groupe s'investit dans la déconstruction ferroviaire, en partenariat avec plusieurs acteurs industriels dont Hiolle Industries et Ramery Environnement.

Vitamine T a poussé l'audace jusqu'à faire entrer des entreprises privées dans le capital de certaines de ses filiales. Le groupe Van Gansewinkel, leader du traitement de déchets au Bénélux, est actionnaire d'Envie 2E. Adecco est entré dans le capital de Janus, la filiale d'intérim. Soluval, spécialisée dans la déconstruction de véhicules hors d'usage, est détenue à 40% par la Macif. Selon André Dupon, Vitamine T serait la seule entreprise de l'économie sociale et solidaire à avoir un tel modèle de gouvernance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2014 à 10:36 :
CETTE ENTREPRISE A DE L AVENIR ?IL Y A TANT DE PRODUITS A RECYCE ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :