A Douai, un premier centre de recherche privé autour de la foudre

 |   |  496  mots
(Crédits : DR)
A Douai, dans le Nord, l'entreprise Indelec vient d'ouvrir le premier centre de recherche privé dédié à la foudre en France. Cet investissement d'1,7 million d'euros (financé à 10% par la communauté d'agglomération du Douaisis), devrait permettre au leader français en matière de protection de la foudre, de garder une longueur d'avance.

C'est un laboratoire d'essais haute tension... Capable de déclencher la foudre ! De son petit nom LiRi (pour Lightning innovation & Research institute), le cœur de ce centre high tech bat pour un générateur dit de Marx (sorte de circuit électrique géant provoquant une impulsion haute tension allant jusqu'à 1,6 million de volts) relié à un autre générateur, de tension continue cette fois. C'est une variation électrique très brusque sur un temps extrêmement court qui permet de déclencher artificiellement un éclair de quelques mètres.

« En recréant le phénomène de foudre à échelle réduite, nous pouvons tester de manière très fine nos paratonnerres, en analysant leur façon de réagir à la microseconde près », souligne Arnaud Lefort, (par ailleurs président de la CCI International en Hauts-de-France) qui co-dirige l'entreprise avec son frère Bertrand, ingénieur.

Un terrain de jeu très utile pour le petit dernier, un prototype de paratonnerre connecté capable de communiquer via le web. Le dispositif peut paraître très simple à mettre au point mais il ne fait évidemment pas bon ménage avec les coups de foudre...

Créer un campus

Indelec arrive déjà, dans des conditions réelles et notamment sur ses sites d'essai en Floride ou en Indonésie, à déclencher l'éclair à un endroit donné. L'ambition ultime de LiRi, c'est aussi de créer une communauté de chercheurs, ingénieurs, partenaires, startups et acteurs du marché de l'énergie et du bâtiment, amenés à travailler ensemble en mode « open innovation ». Indelec ambitionne même de créer un véritable campus, pour former les ingénieurs de demain.

En consacrant 5% de ses 30 millions de chiffre d'affaires à la recherche et au développement, Indelec dépose chaque année plusieurs brevets. Dernière innovation en date dans la gamme désormais bien connue des Pevectron, le 3T Fast Connect, qui permet ainsi de vérifier à distance que l'installation fonctionne correctement.

« Nous travaillons également, en partenariat avec l'université de Lille, à développer une technologie laser afin d'anticiper le phénomène de la foudre », avance Arnaud Lefort.

Longueur d'avance

C'est l'ensemble de cette recherche et développement qui a permis à Indelec de maintenir une longueur d'avance sur ses quatre à cinq concurrents français. Parmi les clients qui font confiance à l'entreprise douaisienne, on trouve les grandes entreprises nordistes comme Lesaffre, Leroux, Soufflet, Téréos mais aussi Total, Smart ou encore les Aéroports de Paris. Il faut dire que la foudre n'épargne personne. Industries, stades, plates-formes logistiques, etc. : 25% des entreprises seraient foudroyées, en moyenne, une fois tous les cinq ans.

Même traitement pour les bâtiments historiques : c'est pourquoi Indelec a équipé le château de Versailles, le Mont-Saint-Michel, la Tour de Londres ou l'Acropole d'Athènes et même le temple d'Angkor Vat au Cambodge. Aujourd'hui, près de 130.000 paratonnerres Indelec sont installés aux quatre coins du monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2018 à 6:14 :
I would like have an update on the progress of the products as well as the company.
Thanks
Jerard
a écrit le 05/03/2018 à 15:48 :
Quand y a un câble de descente (mise à la terre) d'un paratonnerre sur un bâtiment (église par ex), garder une distance de sécurité (plusieurs mètres) en passant à côté, la foudre est une 'vilaine fille' qui ne se contente pas de suivre les fils conducteurs, elle peut très bien préférer l'air au métal. Bon, se promener sous l'orage est dangereux, pas trop recommandé mais ça peut arriver.
Recherche privée financée à 10% par la communauté d'agglomération du Douaisis, donc à 90% privée ? :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :