Eole Water sait produire de l'eau... en brassant de l'air

 |   |  434  mots
Le procédé d'Eole Water, société fondée en 2008 par Marc Parent, est simple : l'air est aspiré puis refroidi ; la condensation ainsi obtenue crée l'eau alors utilisable potable. 1 000 litres d'eau peuvent être ainsi récupérés par jour. © Eole Water
Le procédé d'Eole Water, société fondée en 2008 par Marc Parent, est simple : l'air est aspiré puis refroidi ; la condensation ainsi obtenue crée l'eau alors utilisable potable. 1 000 litres d'eau peuvent être ainsi récupérés par jour. © Eole Water (Crédits : Eole Water)
La PME installée dans les Alpes-de-Haute-Provence a mis au point une éolienne capable de produire de l'eau potable par condensation de l'air. Un prototype est en train d'être installé à Dubaï, alors qu'une levée de fonds de 3 millions d'euros est en préparation.

C'est connu : si certains savent très bien brasser de l'air, leur production s'avère assez insignifiante voire nulle. Ce n'est pas le cas, loin de là, d'Eole Water qui a réussi à produire de l'eau à partir de la condensation de l'air. Cette petite entreprise basée à Sainte-Tulle, dans les Alpes-de-Haute-Provence a en effet mis au point une éolienne un peu particulière, née de l'esprit inventif de Marc Parent, fondateur d'Eole Water en juin 2008, et qui s'appuie sur un procédé simple : l'air est aspiré puis refroidi ; la condensation ainsi obtenue crée l'eau alors utilisable comme toute eau potable provenant d'une autre source. 1 000 litres d'eau peuvent être ainsi récupérés par jour.
Si sur le papier le principe est clair, pour convaincre les clients et investisseurs, la pratique l'emporte à la théorie. C'est pourquoi Eole Water est en train de finaliser les travaux d'installation de son prototype à Dubaï, installation qui sera fin prête en avril prochain.

Démonstration grandeur nature

Avec ses 30 mètres de hauteur et ses 12 tonnes, la WMS 1 000 a pour mission de séduire les acheteurs potentiels que sont les grandes entreprises, les particuliers richissimes et philanthropes ainsi que les apporteurs d'affaires. Car comme le précise Thibault Janin, le directeur marketing et communication de la PME, "au Moyen-Orient, les acheteurs ne sont pas les utilisateurs".
Eole Water place beaucoup d'espoirs dans cette démonstration grandeur nature, d'autant qu'elle est en train d'aborder une nouvelle étape de sa croissance. Après la phase de développement du produit qui a vu les premiers tests réalisés en plein désert se révéler concluants, aujourd'hui c'est l'accélération de la phase de production (initiée en 2012) et la poursuite des travaux de R&D qui deviennent prioritaires.

Objectif : ouvrir une usine

Pour cela Eole Water - qui emploie 7 salariés - prépare une nouvelle levée de fonds de l'ordre de 3 millions d'euros, "auprès de business angels ou d'investisseurs à caractère industriel", explique Thibault Janin. Un premier tour de table de 1,5 million d'euros a déjà été réalisé en mai 2010 auprès du fonds de capital-risque parisien Entrepreneur Venture qui détient un peu moins de la moitié du capital.
L'idée est "d'ouvrir une usine afin d'augmenter la cadence de production, pour l'heure plutôt artisanale". Un projet qui pourrait même inciter la PME à partir s'installer sur d'autres terres, pourquoi pas helvétiques, la Suisse s'étant montrée particulièrement intéressée par l'innovation d'Eole Water dont le marché est essentiellement un marché export.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2013 à 14:28 :
Royalties pour nos politiques...mais bravo pour le systeme
a écrit le 30/01/2013 à 12:51 :
on est gouverné par un tas de gens qui brassent de l'air .... coté production on ne voit que des nouvelles taxes !
a écrit le 30/01/2013 à 12:12 :
Produire de l'eau en brassant de l'air, hou la la, j'en connais qui risquent l'inondation !!!
a écrit le 30/01/2013 à 12:04 :
Ce que je ne comprends pas dans cette histoire, c'est la qualité de l'eau récupérée. Il est fréquent de recycler les condensats sur les groupes d'air conditionné industriels pour des usages non domestiques. Les condensats c'est de l'eau quasiment pure avec des sels marins. Alors 1m3 par jour pour tant d'énergie dépensée cela m'apparait ridicule, autant investir dans une installation de dessalement d'eau de mer.
Réponse de le 30/01/2013 à 16:12 :
Il y a des zones arides a l intérieur des continents.
a écrit le 30/01/2013 à 11:46 :
30 mètres de haut, 12 tonnes .... pour 1 m3 d'eau par jour !!!
Réponse de le 30/01/2013 à 12:18 :
C'est un début !!! Vérifier les caractéristiques techniques des premiers PC, des premières voitures,etc...Il faut bien commencer par quelquechose.
a écrit le 30/01/2013 à 8:51 :
Je trouve cette histoire triste. Avoir besoin d'investisseurs suisses, alors que la mission du fond stratégique d'investissement (qui a du changer de nom) est vraiment de financer de telles entreprises à savoir àtechnologie innovante et à potenttiel à l'export.
Bon vent a cette bonne idée.
a écrit le 30/01/2013 à 7:00 :
notre Président aussi!
Réponse de le 30/01/2013 à 9:24 :
La Hollande est le pays des moulins à vent...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :