Coppernic met aussi la technologie des mobiles au service de la démocratie

 |   |  382  mots
En 2012, la PME a fourni au Ghana 33 550 terminaux capables de vérifier instantanément l'identité des électeurs ghanéens grâce à leurs empreintes digitales. Le terminal lit le code barre sur la liste d'émargements, vérifie l'empreinte digitale et affiche le verdict. Lumière verte ou rouge : c'est instantané. © Coppernic
En 2012, la PME a fourni au Ghana 33 550 terminaux capables de vérifier instantanément l'identité des électeurs ghanéens grâce à leurs empreintes digitales. Le terminal lit le code barre sur la liste d'émargements, vérifie l'empreinte digitale et affiche le verdict. Lumière verte ou rouge : c'est instantané. © Coppernic (Crédits : Coppernic)
L'entreprise d'Aix-en-Provence développe des terminaux mobiles pour les techniciens itinérants. Elle vient de mettre au point une machine capable de vérifier l'identité des électeurs via un lecteur biométrique.

Depuis la création de Coppernic fin 2008 à Aix-en-Provence, Jacky Le Cuivre, fondateur et actuel PDG, a fait le choix d'un secteur d'activités en pleine croissance : la mobilité. L'entreprise (27 salariés, CA de 14,994 millions d'euros en 2012) développe des terminaux mobiles pour les techniciens itinérants.
Relève de compteurs, vérification d'identité (passeports, visas, permis de conduire, etc.), vérification de titres de transport, contrôle d'accès (sécurité des sites portuaires et aéroportuaires, contrôles routiers, sécurisation des chantiers BTP...), Coppernic dispose d'une large gamme de lecteurs mobiles capables de se connecter facilement aux réseaux disponibles afin de répondre à des besoins précis.

Des « costumes sur mesure »

Chacun des produits de Coppernic possède un dénominateur commun : le terminal. La société l'achète auprès des grandes firmes du secteur, comme Motorola, avant d'adapter la machine aux besoins spécifiques de ses clients : "On taille des « costumes sur mesure » dédiés à des appareils standards, ce qui nécessite de la R&D en permanence !", résume Jacky Le Cuivre.
Le dirigeant a structuré la société autour de deux équipes : les électroniciens effectuent les modifications sur la machine et les informaticiens développement les logiciels. Cette expertise a permis à Coppernic de remporter en 2012 un marché au Ghana d'une valeur de 8,5 millions d'euros dans un secteur jusqu'à présent vierge de toute innovation : les élections. Elle a ainsi fourni 33 550 terminaux capables de vérifier instantanément l'identité des électeurs ghanéens grâce à leurs empreintes digitales. Le terminal lit le code barre sur la liste d'émargements, vérifie l'empreinte digitale et affiche le verdict. Lumière verte ou rouge : c'est instantané. Une innovation qui a permis à la start-up de doubler son chiffre d'affaires entre 2011 et 2012.

Un succès qui en appelle d'autres...

Pour cette opération et afin de réduire les coûts, les équipes aixoises ont développé entièrement le terminal. "Notre machine a permis de publier les résultats de l'élection ghanéenne dès le lendemain du vote". Un succès qui en appelle d'autres : Coppernic compte mettre au point une machine multi configuration, adaptable à tous les pays. Ou du moins de tous ceux qui souhaitent mettre la technologie au service de la démocratie.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :