Energies renouvelables : Ideol jette de nouvelles fondations pour l'éolien offshore

 |   |  442  mots
Utilisable de 30 à 100 mètres de fond, cette éolienne marine présente l'avantage de sa simplicité de montage : toute l'installation se fait à quai, la fondation avec son éolienne étant ensuite remorquée sur site. © Ideol
Utilisable de 30 à 100 mètres de fond, cette éolienne marine présente l'avantage de sa simplicité de montage : toute l'installation se fait à quai, la fondation avec son éolienne étant ensuite remorquée sur site. © Ideol (Crédits : ideol)
La société, spécialisée dans la conception et l'installation de fondations flottantes pour l'éolien en mer, ouvre des nouvelles perspectives à cette énergie renouvebale avec la possibilité d'équiper des zones profondes

L'éolien en mer pourrait connaître une évolution majeure avec la solution de fondation flottante brevetée d'Ideol, start-up créée en juin 2010 à La Ciotat (16 personnes, ne génère pas encore de C.A.), entre Marseille et Toulon, par Paul de la Guérinière et Pierre Coulombeau. "La spécificité de notre solution tient à la forme particulière du flotteur en anneau, avec une piscine intérieure dimensionnée pour que les efforts sur les bords dus au ballottement de l'eau soient opposés à ceux induits par la houle, permettant d'atténuer les mouvements du flotteur", explique Paul de la Guérinière, président d'Ideol.
Cette solution, compatible avec les principales éoliennes disponibles sur le marché, ouvre des nouvelles perspectives pour l'éolien marin avec la possibilité d'équiper des zones profondes, mais doit également permettre à l'entreprise de se positionner sur les projets actuels pensés avec des fondations au sol.

Premier démonstrateur en 2014

"L'éolien en mer va naturellement aller vers du flottant, avec des projets loin des côtes, sans impact visuel et où les vents sont plus forts", poursuit-il. Utilisable de 30 à 100 mètres de fond, cette fondation présente aussi l'avantage de sa simplicité de montage : toute l'installation se fait à quai, la fondation avec son éolienne étant ensuite remorquée sur site.
La construction du démonstrateur devrait débuter au 2e trimestre 2014 pour une mise à l'eau prévue début 2015, avec une phase d'industrialisation prévue à horizon 2016-2017. Le coût estimé pour la construction et l'installation en mer d'une fondation flottante est de 1 M? par mégawatt.
"Notre objectif est de produire et installer un projet type de ferme éolienne (500 MW soit 100 machines, ndlr) en 12-18 mois, indique le président. Nous prévoyons de générer du CA en ingénierie dès début 2016 et nous visons à moyen terme des marchés essentiellement européens dont un projet de 20 GW sur une zone à 35 à 40 mètres de fond en Grande-Bretagne et en Allemagne à horizon 2020". La France présente en outre un fort potentiel du fait du vieillissement du parc nucléaire.
Après avoir levé 1 M? en juin 2011 pour financer la conception de sa solution, Ideol (titulaire de deux brevets) vient de lever 7 M? (*) pour assurer la réalisation d'un démonstrateur de 2 MW en partenariat avec le fabricant d'éoliennes Gamesa et l'Université de Stuttgart d'ici début 2015.

(*) L'entreprise a reçu un financement européen dans le cadre du projet Floatgen et entrée au capital du FCPR Demeter 3 Amorçage géré par Demeter Partners et du FCPR Emergence Innovation 1 géré par Sofimac Partners et Soridec
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :