Logiciels : Travel Technology Interactive couvre toutes les activités des compagnies aériennes

 |   |  350  mots
La plate-forme Zénith étend encore la capacité de gestion proposée par TTI en matière de transport aérien avec un logiciel qui couvre jusqu'à l'enregistrement et l'embarquement des passagers. © DR-TTI
La plate-forme Zénith étend encore la capacité de gestion proposée par TTI en matière de transport aérien avec un logiciel qui couvre jusqu'à l'enregistrement et l'embarquement des passagers. © DR-TTI (Crédits : DR-TTI)
La société marseillaise avait innové en commercialisant il y a sept ans une solution de gestion du "billet électronique" reconnue par IATA. Elle lance aujourd'hui Zénith, un nouveau progiciel qui couvre tout le spectre de l'activité d'une compagnie aérienne, de l'émission de billets, à la tarification ou réservation, en passant par le contrôle des enregistrements et des embarquements.

Créée en 2002, la société marseillaise (CA de 8,6 M? en 2012), entrée en bourse sur le marché Alternext en 2006, puis en 2011 sur NYSE Alternext, édite des solutions de gestion dédiées au transport aérien. Avec, depuis les origines, un concept basé sur l'utilisation des ressources du web afin que ses logiciels s'adaptent à tout ordinateur relié au réseau. En 2005, elle connaît un premier succès avec Aéropack, une solution qui permet d'émettre des billets électroniques aux normes IATA et qui lui ouvre les portes de l'international. Si bien qu'en 2008, elle a l'opportunité d'acquérir son principal concurrent brésilien spécialisé dans les compagnies low-cost et connu pour son système Reservaweb.
Sept ans plus tard, elle crée de nouveau l'actualité en mettant sur le marché une nouvelle plate-forme de gestion, baptisée Zenith, qui fédère en une seule solution les atouts d'Aéropack et de Reservaweb. Inventaire, émission de billets (aux normes IATA), tarification ou réservation, la solution sortie en avril couvre désormais tout le spectre de l'activité d'une compagnie aérienne. Zenith se charge même du DCS (departure control system) afin de gérer les enregistrements et embarquements.

Nouvelle « brique » en préparation

Pour l'ensemble de ses développements, TTI a bénéficié du soutien d'Oséo : 315 000 euros en avance remboursable en 2006, et un prêt de 940 000 euros en 2012. TTI prévoit désormais d'y ajouter une seconde brique pour mettre sur pied une plate-forme qui s'étendrait à tous les services désormais associés aux compagnies aériennes : bagagerie au kilo, choix de son siège ou de son menu, réservation de taxi ou location de voiture, gestion du visa ou sélection d'un hôtel.
"L'objectif est d'agréger toutes les offres de nos clients mais également celles de nos partenaires", détaille Grégoire Echalier, le directeur général de TTI. "Une première version, pilote, devrait voir le jour en 2014". TTI a consacré entre 10 et 16 % de son C.A à la R&D ces trois dernières années.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :