Vendée Globe : Mât de Misaine crée une collection griffée par Samantha Davies

 |   |  357  mots
Une collection (tee-shirts, polos, chemises, etc.) « tonique, colorée et fun » aux couleurs des envies et du tempérament de la jeune navigatrice ©MâtdeMisaine
Une collection (tee-shirts, polos, chemises, etc.) « tonique, colorée et fun » aux couleurs des envies et du tempérament de la jeune navigatrice ©MâtdeMisaine (Crédits : ©Matdemisaine)
La marque de prêt-à-porter et de sportwear Mât de Misaine se lance dans le sponsoring. Partenaire de la charismatique et talentueuse navigatrice Samantha Davies, la société vendéenne lance une collection signée « Sam Davies with Mât de Misaine ».

C'est une première pour cette PME vendéenne d'un naturel plutôt discret. « Un coup de c?ur et une opportunité », résume Frédéric Chaigneau, PDG de Mât de Misaine encore sous le charme de l'arrivée de la concurrente du Vendée Globe dans le port des Sables d'Olonne (Vendée) il y a quatre ans. «Nous avons des racines maritimes communes. Alors, lorsqu'elle m'a appelé en me disant qu'elle avait un bateau et les deux-tiers du budget pour l'édition 2012, j'ai dit banco », explique-t-il, en mettant 100.000 euros sur la table. Pas rien pour une PME qui dépense habituellement 40.000 euros dans sa communication.
Le chef d'entreprise s'est donc trouvé une égérie qui sera au départ du 7ème Vendée Globe, le 10 novembre prochain. Avec la jeune anglaise, il a dessiné une quinzaine de modèles (tee-shirts, polos, chemise, veste, pantalon, parka, cardigan, etc.), griffés « Sam Davies with Mât de Misaine ». Une collection « tonique, colorée et fun » aux couleurs des envies et du tempérament de la jeune navigatrice qui a provoqué un véritable engouement populaire et médiatique. « Et, elle est, cette année, la seule femme à participer à cette course », ajoute Frédéric Chaigneau, conscient des retombées médiatiques de son aventure. « Un risque financier bien mesuré », admet le patron de la PME, qui compte développer cette marque sur quatre à cinq ans et gagner une notoriété qu'il n'avait jusque là pas les moyens de s'offrir. S'il se garde bien de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, Frédéric Chaigneau estime que cette opération peut générer 5% à 7% de son chiffre d'affaires annuel (13 millions d'euros en 2012) et venir conforter un effort de repositionnement entrepris depuis cinq ans.
Créée en 1990 à Saint-Gilles Croix-de-vie, Mât de Misaine, s'appuie aujourd'hui sur un réseau de 30 magasins en propre et affiliés, 400 multimarques dont un tiers à l'étranger. Déjà, le lancement de la ligne « Sam Davis with Mât de Misaine » lui a ouvert les portes de magasins spécialisés comme Intersport ou Sport 2000. Une première victoire.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :