La France deviendra-t-elle vraiment une « startup nation » ?

 |   |  473  mots
(Crédits : Reuters)
Maddyness revient tous les vendredis pour La Tribune sur les actualités startups qu’il ne fallait pas manquer cette semaine. Une semaine marquée par le lancement officiel de la French Tech, le bilan de l’année 2013 sur l’investissement des business angels, et par les métiers d’avenir qui n’ont pas encore été créés...

Maddyness

 

La French Tech ira-t-elle en Afrique ?

A l'occasion de l'annonce officielle du lancement de la French Tech faite en grande pompe par Fleur Pellerin, la ministre à l'Economie numérique,  et malgré quelques ratés notamment sur le site du mouvement, Maddyness s'interroge déjà sur le futur des jeunes pousses technos françaises. La French Tech peut-elle par exemple se positionner dans les pays émergents et plus particulièrement en Afrique ? Les startups de la French Tech pourraient ainsi saisir de nombreuses opportunités numériques dans les pays africains à fort potentiel de croissance. Elles peuvent également s'appuyer sur les talents de la diaspora Tech d'origine africaine (ingénieurs informatiques, professionnels web, mentors, etc) présente en France.

Bilan de l'investissement des business angels en 2013, la capacité d'investissement "early stage" est bonne

ISAI vient de publier son rapport semestriel sur l'investissement des Business Angels dans les startups françaises. Celui-ci retrace 2 fois par an, l'état de santé de l'investissement "early stage" du secteur internet. Le FIBAMY (French Internet Business Angel Money Yardstick) a ainsi été créé suite au PLF2013 et au mouvement des Pigeons pour obtenir un indicateur objectif de l'activité "business angel" dans le secteur internet en France. Envie de savoir comment se porte l'investissement en France ? La synthèse du rapport, c'est par ici.

Les universités ont aussi leur fonds d'amorçage

Quadrivium 1, c'est le nom du fonds d'amorçage dont vient de se doter un collège d'universités françaises. Avec un montant de 60 millions d'euros et géré par Seventure Partners, Quadrivium 1 veut épauler l'amorçage des entreprises innovantes issues des laboratoires des différentes universités. Lancé à l'initiative de la Fondation de l'université Pierre et Marie Curie, il vient tout juste d'annoncer le premier closing de 35,5 millions d'euros.

Tout ça alors que 60% des métiers qui façonneront l'avenir n'ont pas encore été inventés

C'est le terrible et excitant constat qu'a établi Thomas Frey, Senior Futurist pour le DaVinci Institute. Terrible car la situation de l'emploi et de la formation ne cesse de se dégrader, avec des difficultés pour certaines personnes à se réorienter et à s'adapter. Mais pour les générations à venir, cette annonce paraît très excitante, car cela signifie qu'il y aura toujours de nouvelles opportunités professionnelles à créer et de nouveaux besoins à combler.

5 autres idées et opportunités business à regarder de près en 2014

Avec l'espoir que l'année 2014 soit aussi riche en innovation, en créativité et en développement que l'a été l'année 2013, voici une nouvelle liste de 5 idées et opportunités business riches d'inspiration et d'inventivité. De la maison connectée à l'hyper personnalisation des biens de consommation, Maddyness en partenariat avec Springwise vous apporte des idées du monde entier qui dessinent notre futur avec toujours plus de génie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2014 à 11:47 :
La France possède une énorme entreprise "stratup", elle possède de moins en moins de salarié et de plus en plus de clients. Et cette entreprise s'appelle l'ANPE !!!
a écrit le 31/01/2014 à 23:30 :
Le droit du travail interdit le fonctionnement de starts ups: les salariés ne peuvent pas travailler plus de 48 heures par semaines, jamais le dimanche, jamais la nuit... Les stocks options n'existent plus,, si la société grossit, c'est les 35 heures. Tout patron de start up en France est un délinquant à la merci de n'importe quel fonctionnaire (jaloux) inspecteur du travail...(vous savez, ceux qui contrôlent en moyenne 1 entreprise tous les 2 jours... (soit 5 heures de travail par semaine !!!)
Réponse de le 15/02/2014 à 9:50 :
c'est pour ça qu'il faut devenir associé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :