Catherine Geindre, la manager

 |   |  568  mots
Catherine Geindre, Directrice générale des HCL.
Catherine Geindre, Directrice générale des HCL. (Crédits : DR)
Pour la directrice générale des HCL, les CHU doivent se repositionner pour maintenir l’objectif d’une médecine humaine et d’excellence tout au long de la vie des patients.

Imaginer le CHU de demain, voilà le combat quotidien de Catherine Geindre. Au sein des Hospices civils de Lyon (HCL) dont elle est la directrice générale depuis mai 2017. Mais aussi dans le cadre de la Conférence des directeurs généraux de CHU qu'elle préside depuis le début de l'année et dont elle assumait la vice-présidence depuis 2016. Son cheval de bataille : concilier équilibre économique, amélioration des missions des CHU au service des patients et bien-être des salariés grâce à une transformation majeure des modes de pensées et de l'organisation du travail. « Il n'y a aucune fatalité à ce qu'un CHU soit en difficulté financière. La preuve : un tiers des établissements français est aujourd'hui à l'équilibre. Et équilibre financier ne signifie pas moyens au rabais », martèle- t-elle. Après plus de trente-cinq ans passés dans le secteur hospitalier et plus de dix comme directrice de centres hospitaliers universitaires, elle est l'un des acteurs majeurs de cette transformation.

Changement

Diplômée de l'École nationale de santé publique de Rennes et titulaire d'une maîtrise en droit public, Catherine Geindre a démarré sa carrière comme directrice d'hôpital au sein des HCL. Établissement au sein duquel elle oeuvrera de 1984 à 2002, avant d'y revenir il y a deux ans en tant que directrice générale. Entre-temps, elle a dirigé l'Institut de cancérologie de la Loire avant d'être nommée en 2008 à la direction générale du CHU de Nice, puis à celle d'Amiens et à celle de l'AP-HM (Assistance publique - Hôpitaux de Marseille). Sur ses derniers postes, elle a été appelée à intervenir dans un contexte d'évolution fort des établissements concernés. « Je crois qu'on se forge une expérience au fil des années. Cela me permet d'avoir un regard différent, une valeur ajoutée sur les processus de transformation. »

Pragmatisme

« Les CHU doivent évoluer. Nous n'avons plus besoin aujourd'hui des mêmes choses qu'il y a cinquante ans. Ils doivent s'adapter pour proposer une médecine
humaine et d'excellence tout au long de la vie des patients. La transformation est indispensable », explique-t-elle. Des valeurs qu'elle cultive au sein des HCL.

« Grâce au retour à l'équilibre de nos finances, fruit d'un gros travail mené depuis une dizaine d'années, nous pouvons porter un programme ambitieux pour l'avenir. » Baptisée Pulsations 2023, cette feuille de route écrite avec 1 700 professionnels des HCL est axée sur trois piliers : faire référence sur les missions du CHU en développant l'excellence et l'innovation notamment en cancérologie, renforcer la personnalisation des prises en charge des patients et donner un nouveau souffle managérial permettant de mobiliser l'ensemble des personnels et d'améliorer la qualité de vie au travail. « Nous avons des positions novatrices, par exemple sur la coconstruction des parcours de soins avec les patients. Ils doivent devenir acteurs pour ne plus subir leur traitement. » Catherine Geindre milite également pour une diffusion des compétences à travers les territoires grâce à des partenariats avec les trois autres CHU de la région ainsi qu'avec les établissements de moindre envergure. Pour cette passionnée d'histoire de l'art, de voyages et de capsules de champagne, la clé de la transformation passera par le management. « Il faut faire comprendre, partager les valeurs et le sens. Je prône ce management pragmatique, avec une recherche de consensus. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :