Alexandre Mérieux, le meneur

 |   |  431  mots
Alexandre Mérieux, Président Directeur Général du groupe bioMérieux.
Alexandre Mérieux, Président Directeur Général du groupe bioMérieux. (Crédits : DR)
À la tête d’un groupe de 10 500 collaborateurs, Alexandre Mérieux fait partie de ces patrons lyonnais réservés mais efficace, qui ne jurent que par leurs équipes… avec succès.

Il est discret et ne s'en cache pas. Alexandre Mérieux préfère consacrer son temps à ses équipes plutôt qu'aux médias. D'ailleurs, le dernier portrait qui lui est consacré date de sa prise de fonctions en décembre 2017, lorsqu'il est devenu PDG du groupe bioMérieux, leader mondial du diagnostic de maladies infectieuses. L'entreprise, fondée par son père Alain Mérieux en 1963, représente aujourd'hui plus de 2,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 10 500 collaborateurs. Âgé de 45 ans, ce diplômé de biologie (université Lyon 1) et d'HEC Montréal a toujours travaillé dans l'entreprise familiale, d'abord en Amérique du Nord, puis en France, principalement dans des fonctions marketing. Avant d'accéder à la fonction suprême, il a notamment dirigé l'unité de microbiologie et des opérations industrielles du groupe, puis œuvré comme directeur général de 2014 à 2017.

À l'écoute

Plébiscité par ses équipes, Alexandre Mérieux confiait l'année dernière aux Échos vouloir exercer un management « plutôt latin », c'est-à-dire, selon ses mots, « chaleureux et à l'écoute ». Lors des 50 ans de l'entreprise familiale, en 2013, il avait ainsi rappelé que son engagement était porté par « une confiance profonde dans la force des équipes ». Une déclaration qui se vérifie dans les faits. L'attachement de la famille pour son territoire ne s'est jamais démenti et, sous sa direction, bioMérieux à continuer d'investir dans son implantation originelle à Marcy-l'Étoile, près de Lyon. Alors que l'entreprise réalise plus de 80 % de son chiffre à l'international, 35 % de la masse salariale est restée localisée en France.

Leadership

Si Alexandre Mérieux a su prendre toute sa place en tant que président-directeur général du groupe, il n'était pas destiné, à l'origine, à cette fonction. C'est la disparition brutale de ses frères qui l'a mis en ligne pour succéder à son père. Mais sa vision pour l'entreprise - inextricablement liée à sa mission de santé publique - et ses résultats - 8 % de croissance organique l'année dernière, 10 % en 2017 - l'ont rendu plus légitime que n'importe qui pour assurer cette mission. Un investissement qui s'inscrit dans les traditions d'entrepreneuriat et de leadership bien ancrées dans la famille. Son arrière-grand-père, Marcel Mérieux, fut élève de Louis Pasteur, son grandpère Charles voulait « vacciner tous les enfants du monde » et son père a bâti la multinationale dont il a hérité. Quant à son grand-père maternel, il n'est autre que Paul Berliet, fondateur du groupe Berliet devenu plus tard un autre géant, Renault Trucks. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :