Fabrice Romano, le visionnaire

 |   |  421  mots
Fabrice Romano, Fondateur de Keranova.
Fabrice Romano, Fondateur de Keranova. (Crédits : DR)
L’entrepreneur est animé par une ambition : développer de nouvelles technologies afin d’optimiser les chirurgies de l’œil.

La science dans tous ses états. Voici ce qui anime les journées, et parfois les nuits, du Lyonnais Fabrice Romano. À 56 ans, l'homme avoue d'ailleurs n'avoir sur sa table de chevet que des revues scientifiques. Le vétérinaire de formation, rapidement spécialisé en ophtalmologie, a trouvé sa voie dans les technologies de santé plutôt que dans le métier de praticien. « Dès la fin des années 1980, j'ai compris que l'avenir de la chirurgie se trouvait dans la robotisation. Pour moi, il est évident que les machines peuvent intervenir de façon plus précise, plus rapide et plus efficace, insiste-t-il. Je me suis lancé à fond dans cette voie, mais avec une mentalité de chirurgien. C'est-à-dire avec l'intérêt du patient toujours au cœur de mes préoccupations. »

Robotisation

Souvent qualifié de serial entrepreneur, il a créé plusieurs entreprises. Dont deux pépites de la robotisation de la chirurgie de l'œil. La première, Eye Tech Care, lancée en 2008, a mis au point une technologie révolutionnaire pour traiter le glaucome. Une belle réussite qui a nécessité 20 millions d'euros de levées de fonds. « Je me suis retiré de l'opérationnel en 2013, tout en restant un des actionnaires principaux, car l'entreprise entrait dans une phase business. Je préfère la création et le développement », se souvient Fabrice Romano. Deux ans plus tard, il a replongé dans une autre aventure, celle de Keranova avec une nouvelle ambition : révolutionner la chirurgie de la cataracte grâce à une technologie développée par des chercheurs stéphanois. « Les premiers patients humains viennent d'être traités. Les résultats sont exceptionnels ! » Là encore, sa vision de l'avenir de la chirurgie de l'œil, l'innovation et la plus-value induite par les technologies développées par ses équipes (30 personnes), ont réussi à séduire les investisseurs. Lancement commercial prévu pour 2021.

Consultant bénévole

Celui qui se définit comme profondément empathique met un point d'honneur à accompagner les jeunes entrepreneurs. « Je suis consultant bénévole pour beaucoup de jeunes pousses. Je suis très sollicité. Évidemment, je ne peux pas répondre favorablement à tout le monde, mais toutes les semaines je rencontre de jeunes entrepreneurs du secteur de la santé », explique-t-il. Et d'insister : « Je n'ai pas beaucoup de temps, mais je préserve au maximum ces moments d'échange et d'accompagnement. Je considère qu'après tous les soutiens dont j'ai bénéficié, c'est mon devoir ! »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :