Bataille pour la présidence du futur Conseil national du numérique

 |   |  365  mots
Copyright Reuters
Deux candidats se sont déjà fait connaître à l'Elysée, Didier Quillot et Jean-Baptiste Descroix-Vernier. Eric Besson doit présenter les conclusions du rapport de Pierre Kosciusko-Morizet cette semaine.

Le futur conseil national du numérique (CNN), censé défendre les intérêts du secteur Internet, n'est pas encore créé, mais il suscite déjà des vocations. Parmi les candidats à la présidence, Didier Quillot. Le patron de Lagardère Active a déjà fait part de son intérêt pour le poste de président à l'Elysée, ainsi qu'à Pierre Kosciusko-Morizet, en charge de rédiger un rapport définissant les contours et les missions du futur CNN. Interrogé, Didier Quillot dément. En tout cas, Lagardère Active n'a pas répondu à la consultation lancée par le patron de PriceMinister.

Le patron de Rentabiliweb également intéressé

D'autres ont aussi envie du poste. A commencer par Jean-Baptiste Descroix-Vernier, plutôt mieux en cour au Chateau. Le PDG de Rentabiliweb avait été mandaté officieusement par l'Elysée pour réfléchir au casting du CNN. Celui qui vit à plein temps à Amsterdam avait rencontré le chef de l'Etat lors du déjeuner des entrepreneurs du Net en décembre dernier, auquel il avait participé au côté de Jacques-Antoine Granjon (Vente-privée), du bloggeur Versac ou de Xavier Niel, le fondateur de Free. En raison de sa mission, Jean-Baptiste Descroix-Vernier n'a pas jugé bon de répondre à la consultation. Ces démonstrations d'intérêt interviennent alors que Pierre Kosciusko-Morizet a publiquement déclaré qu'il ne voulait pas faire partie du CNN.

Eric Besson doit présenter les résultats de la mission cette semaine

Si Eric Besson avait chargé Pierre Kosciusko-Morizet de définir le CNN, c'est Claude Guéant qui avait repris le dossier en main début janvier. Pour la création du CNN, le casting sera donc défini par l'Eysée. En attendant, le ministre de l'industrie et du numérique est censé présenter cette semaine ses conclusions sur le CNN. Il devra notamment définir les objectifs du Conseil, son fonctionnement, et la physionomie du collège. A priori, le collège devrait être composé de personnalités qualifiées (le nombre reste à définir) et doit accueillir aussi deux parlementaires (droite, gauche, sénat et assemblée nationale doivent être représentés).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2011 à 11:45 :
on trouvera à l'adresse ci-dessous le rapport remis par PKM à E; Besson sur la création du CNN:
http://bit.ly/evAwIC

@ruoma: il me semble pourtant que PKM (le frère) a indiqué dans plusieurs interviews qu'il ne partageait pas forcémment les options de sa souer (quand elle était au numérique)
Rappellons que le rapport confié par Besson l'a été au titre de PM, et qu'il a été changé à la dernière minute, sur demande du Président de la républqiue (cf préambule)
a écrit le 21/02/2011 à 19:36 :
bon sang, si c?est Decroix Vernier ça va dépoter?j?aime bcp ce mec, farouchement anti hadopi ( moi aussi) hyper intelligent et carrément décalé. Ca m?etonnerait par contre que sarko nomme un type qui soutient ouvertement les écolos et qui lutte contre la politique gouvernementale en matiere numérique depuis plusieurs années .
Sarko va certainement préférer Quillot, plus consensuel mais a mon avis bcp moins bien implanté sur Internet.
a écrit le 21/02/2011 à 16:00 :
@Ruoma :

Je suis navré de devoir vous le dire, mais il est parfois bon de se relire avant de tenir des propos publics..., et ce n'est d'ailleurs pas elle qui a commandé le rapport à son frère, mais Eric Besson, en sa qualité de Ministre de l'Industrie, de l'Energie et de l'ECONOMIE NUMERIQUE.

Quelle aurait été la logique que la Ministre de l'écologie commande un rapport pour la constitution d'un Conseil national du numérique ?
a écrit le 21/02/2011 à 12:23 :
La droite est vraiment décomplexée...
On apprend dans cet article que Pierre Kosciusko-Morizet a remis le rapport que lui a commandé la ministre de l'écologie... Nathalie Kosciusko-Morizet qui n'est autre que sa s?ur. Ils sont d'ailleurs coutumiers du fait, puisqu'à l'époque où elle n'était encore que secrétaire d'état, il avait déjà reçu et honoré plusieurs commandes.
Alors, au choix : conflit d'intérêts ou oligarchie ? Aucun complexe, je vous dis.
D'autant moins que ce "détail" n'est pas relevé dans l'article.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :