Le patron de Google attendu à Pyongyang

 |   |  307  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président du géant Internet américain Google, Eric Schmidt, se rendra prochainement en Corée du Nord, a confirmé jeudi la diplomatie sud-coréenne. Probablement pour intercéder en faveur d'un Américain d'origine coréenne arrêté en novembre.

C'est officiel mais encore obscur. Le patron de Google, Eric Schmidt, a prévu de faire un saut en Corée du Nord très prochainement. "Nous sommes informés du fait qu'il prévoit une visite à titre privé", a déclaré jeudi le porte-parole du ministère sud-coréen des Affaires étrangères Cho Tai-Young lors d'une conférence de presse. Avant de préciser que le flou régnait encore quant à la date exacte et le motif de sa visite.

Une première

Ce voyage serait une première pour un haut dirigeant de Google, le plus grand fournisseur mondial de recherche sur Internet, dans un pays considéré comme ayant l'une des politiques les plus restrictives au monde pour Internet.

Google a jusqu'à présent refusé de confirmer la visite dont ont d'abord fait état l'Associated Press et le Wall Street Journal, affirmant qu'il ferait partie d'une mission humanitaire dirigée par l'ancien gouverneur du Nouveau-Mexique Bill Richardson. Un familier de la Corée du Nord pour y avoir négocié la libération de plusieurs ressortissants américains depuis une vingtaine d'années.

Des antécédents

Or fin décembre, Pyongyang a annoncé avoir arrêté le 3 novembre un Américain d'origine coréenne, Pae Jun-Ho. Celui-ci serait entré en Corée du Nord en tant que touriste et le régime communiste l'accuse d'avoir commis un "délit", sans autre précision.

Auparavant, en 2010, l'ancien président américain Jimmy Carter avait obtenu la libération d'Aijalon Mahli Gomes, condamné à huit ans de travaux forcés pour être entré sans autorisation en Corée du Nord depuis la Chine. Un an avant, Bill Clinton avait fait libérer deux journalistes américaines, Laura Ling et Euna Lee, arrêtées elles aussi pour avoir franchi la frontière depuis la Chine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2013 à 14:24 :
Personne pour une comparaison Corée du Nord-François Hollande ? Non ? Je suis déçu là...Les lecteurs de la Tribune m'ont habitué à un peu plus de bêtise que ça...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :