Fleur Pellerin : « Faire de la France la nation des start-ups en Europe »

 |   |  204  mots
« Criteo, Deezer, Withings, Sigfox : la France a du talent ! » a fait valoir la ministre à l'Economie numérique.
« Criteo, Deezer, Withings, Sigfox : la France a du talent ! » a fait valoir la ministre à l'Economie numérique. (Crédits : Reuters)
Invitée à a conférence LeWeb, la ministre chargée de l’Economie numérique, Fleur Pellerin, a expliqué vouloir capitaliser sur l’essor du financement participatif et espère que la France devienne le leader mondial du Big data et de l’Internet des objets.

« Faire de la France la nation des start-ups en Europe. » C'est le slogan martelé par Fleur Pellerin, la ministre chargée de l'Economie numérique, lors du dîner qu'elle avait organisé à Bercy mardi soir avec la fine fleur des entrepreneurs et financeurs de l'Internet et lors de son intervention ce jeudi à la conférence LeWeb.

La ministre a déploré les problèmes de financement auxquels sont souvent confrontées les jeunes pousses en France et expliqué son ambition de développer des accélérateurs partout en France.

 

Big Data et objets connectés

Comment la ministre voit-elle dans dix ans cette France qui serait devenue la nation des startups ? « J'aimerais que la France devienne le leader mondial du Big data et de l'Internet des objets », a-t-elle répondu. Des secteurs qui sont déjà des domaines où la France est bien positionnée. Elle a en effet fait valoir qu'il existe de nombreuses entreprises françaises innovantes connaissant le succès citant « Criteo, Deezer, Withings, Sigfox : la France a du talent ! » Elle a également exprimé le souhait d'avoir « un Nasdaq européen » et que les startups parviennent à se financer auprès de fonds de capital-risque français sans partir à l'étranger…

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2013 à 13:03 :
Si on gère aussi bien les start-up que de l'industrie ou de l'agriculture, on est mal barré !
a écrit le 13/12/2013 à 14:13 :
La France c'est déjà le pays des startups car la plupart des entreprises créée ferme dès la première année (cf. autoentreprise). Le problème c'est la lourdeur, la complexité et l'instabilité fiscale qui entretient l'activité dans la fonction publique. Pour gaspiller le potentiel économique du pays on ne peut mieux faire.
a écrit le 13/12/2013 à 0:33 :
Une start-up, ce n'est pas seulement une idée, c'est un encadrement, et surtout les investisseurs. Pour plausiblement faire de la France la nation européenne des start-up, il est incontournable de faire de la France une nation du capital-risque, c'est à dire une nation où les investisseurs peuvent indécemment gagner énormément d'argent. Le parti socialiste est-il prêt à assumer ce discours? Non, ni même l'UMP ni aucun autre parti. Donc la France terre de start-up restera une utopie politique, financée par l'argent des impôts et de la dette, dans l'espoir, historiquement vain, de voir enfin miraculeusement apparaitre un champion du numérique. Un jour peut-être...
Réponse de le 13/12/2013 à 14:41 :
Allez les gars ! Mouillez le maillot, remuez vous, prenez des risques !
Vos bénéfices serviront au PS à acheter de nouveaux électeurs...
a écrit le 12/12/2013 à 17:32 :
Mme Pellerin allez vous un jour cesser de réver, on arrive meme plus a faire des chassis pour les camions et vous nous dites demain on sera en téte , le numerique etc vous qui avez l'intention de changer le la forme des deambulateurs faites deja en sorte qu'ils soient moins chérs et au méme temps penchez vous sur des lunettes moins chéres et des sonotones merci.
Réponse de le 12/12/2013 à 17:44 :
En même temps, la France est traditionnellement plus performante dans le secteur des services que dans l'industrie (en comparaison de l'Allemagne).
Inutile donc de désespérer

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :