Données personnelles : Google écope d'une amende de la CNIL

 |   |  270  mots
(Crédits : reuters.com)
C’est la sanction pécuniaire la plus élevée prononcée par la Commission Informatique et Libertés et la deuxième contre Google. Un montant cependant dérisoire pour le moteur de recherche aux milliards de trésorerie.

La Commission Informatique et Libertés avait prévenu. La CNIL considère la politique de confidentialité de Google non conforme à la loi française et l'a fait savoir à de nombreuses reprises au géant américain de l'Internet. Elle a finalement décidé de lui infliger une amende de 150.000 euros, la sanction pécuniaire la plus élevée qu'elle ait jamais infligée comme elle l'indique dans son communiqué.

La CNIL reproche à Google de mal informer les internautes de la collecte et de l'utilisation de leurs données à caractère personnel par ses différents services, du moteur de recherche à YouTube en passant par Gmail, les cartes, Picasa, etc. Selon l'autorité, les internautes ne sont « pas en mesure d'exercer leurs droits d'accès, d'opposition ou d'effacement. »

Déjà sanctionné en 2011 pour Street View

La Commission considère que Google « ne respecte pas les obligations qui lui incombent d'obtenir le consentement des utilisateurs préalablement au dépôt de cookies sur leurs terminaux » qui permettent de pister la navigation des internautes. Elle dénonce aussi le fait que la firme de Mountain View « ne fixe pas de fixe pas de durées de conservation pour l'ensemble des données qu'elle traite. »

Surtout, Google « s'autorise, sans base légale, à procéder à la combinaison de l'intégralité des données qu'elle collecte sur les utilisateurs à travers l'ensemble de ses services. » En 2011, la CNIL avait déjà sanctionné Google d'une amende de 100.000 euros au sujet de la collecte massive de données réalisées par ses « Google cars » photographiant les rues pour la fonction Street View de son service de cartographie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2014 à 13:12 :
Ce n"importe quoi !
L’état à besoin de l'argent et voici sa dernier carte, Google a changé la façon de regarder le monde, beaucoup d'utilité a ses produits, cette amende est seul pour récupérer quelques billets, n'iq.
a écrit le 09/01/2014 à 13:23 :
150 000 €... Ridicule.... Pour Google, il faudrait 1,5 milliard d'€ pour que cela réellement dissuasif!
a écrit le 09/01/2014 à 11:53 :
Protection des données personnelles! On croit rêver. Ca n'existe pas en France. Le fisc y sait tout et les feuilles d'impôt des personnages qu'il n'aime pas se publient parfois dans des journaux satiriques. Alors... A côté de ça, Google est un ange.
a écrit le 09/01/2014 à 11:33 :
Et ils osent faire un plan com. de cette amende !! Heureusement que le ridicule ne tue pas
Réponse de le 10/01/2014 à 16:15 :
C'est le prix du budget de leurs prochaines vacances en Polynésie française. Une amende plus élevée révélerait le pot-au-rose... A chaque année son amende mais soyez-sûr que vos données sont protégées grâce à la Commission Nationale pour l'Information en Libre circulation. Surtout ne bloquez pas l'accès aux services de Google car cette amande (à croquer) est très dissuasive.
a écrit le 09/01/2014 à 10:34 :
Mettons nous à l'échelle des amendes US, la CNIL doit facturer pour commencer 1,5 milliards d'euros ensuite ou passe à 5 milliards puis 10 puis 15.
a écrit le 09/01/2014 à 9:38 :
Ceci explique les petits encadrés qui s'ouvrent sur les pages de certains sites (essentiellement sites de vente par correspondance) depuis quelques jours. En gros : "Si vous voulez continuer sur ce site, dites-nous que vous acceptez les cookies." Et comme nous ne voulons pas changer nos habitudes, nous acceptons.
Et hop, le tour est joué !
Réponse de le 09/01/2014 à 10:19 :
Sauf qu'il suffit de répondre non ou rien ou régler son navigateur en conséquence. La rétention de l'IP est autrement dévastatrice et ne peut être refusée facilement. C'est notamment elle qui permet de faire des prix en fonction de l'activité de l'internaute (ou plutôt de son adresse IP ce qui est très différent) comme par exemple pour la SNCF qui modifie ses prix, en les augmentant quand un intérêt s'est manifesté pour un voyage.
a écrit le 09/01/2014 à 9:11 :
le montant est tellement dérisoire devant ce géant que l'infraction devient intéressante. Pourquoi, on ne fait pas de plainte dans les tribunaux et des menaces de suspension de service en France? je pense que c'est plus mauvais pour l'image de ce média et en plus, on peut avoir plus de 150keuro.
a écrit le 09/01/2014 à 8:35 :
Ils feraient mieux de faire un procès en bonne et due forme, ce qui permettrait de prononcer des peines à la hauteur des préjudices. Toute limitation des montants d'amendes est un avantage évident et une distorsion de l'égalité devant la loi au profit des grands groupes.
a écrit le 08/01/2014 à 22:09 :
C'est une excellente méthode pour motiver les entreprises a travailler en France!!
A Uivre
a écrit le 08/01/2014 à 21:29 :
Cette entreprise frôle le milliard d'euros de CA dans l'hexagone, milliard facturé depuis l'Irlande ... 150000 euros est une plaisanterie, c'est ce que leur paient une petite PME ici !
a écrit le 08/01/2014 à 20:48 :
C'est en revendant les infos collectées qu'ils gagnent le plus. Alors, ils sont pas prêts d'arrêter, surtout que 150 000 euros d'amende, ça doit les faire marrer :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :