Le chinois Lenovo s'offre les serveurs d'IBM pour 2,3 milliards de dollars

Le groupe américain a annoncé ce jeudi avoir signé un accord avec le chinois pour lui vendre sa division de serveurs d'entrée de gamme. Au printemps dernier, les négociations avaient échoué car IBM estimait trop faible l'offre de 2,5 milliards de dollars faite par Lenovo.

2 mn

Au printemps dernier, la cession avait échoué sur des questions de prix alors que Lenovo avait valorisé l'opération à moins de 2,5 milliards de dollars. Un prix jugé trop bas par IBM pour une activité qui dégage encore 4,9 milliards de dollars de revenus annuels selon Morgan Stanley. Le groupe américain réclamait ainsi entre quatre et six milliards de dollars.
Au printemps dernier, la cession avait échoué sur des questions de prix alors que Lenovo avait valorisé l'opération à moins de 2,5 milliards de dollars. Un prix jugé trop bas par IBM pour une activité qui dégage encore 4,9 milliards de dollars de revenus annuels selon Morgan Stanley. Le groupe américain réclamait ainsi entre quatre et six milliards de dollars. (Crédits : Reuters)

Lenovo-IBM : dernier acte? IBM a annoncé ce jeudi la cession de ses serveurs d'entrée de gamme x86 au groupe chinois. Montant de la transaction: 2,3 milliards de dollars. 

Une semaine plus tôt, des informations avaient fuité dans la presse sur la reprise des négociations entre Lenovo et IBM. 

"Tout le monde serait gagnant"

La cession à Lenovo des serveurs x86 d'IBM, qui font tourner les "data centers" des entreprises, doivent permettre tout à la fois au groupe chinois de se renforcer dans le stockage de données et à IBM de poursuivre sa transition vers les logiciels et les services. Le groupe américain avait déjà cédé son activité de fabrication d'ordinateurs à Lenovo en 2005 pour 1,75 milliard de dollars.

"Tout le monde serait gagnant car IBM sortirait des serveurs et Lenovo y doublerait ses marges", commentait Alberto Moel, analyste chez Sanford C. Bernstein à Hong Kong, interrogé par Reuters au moment où les rumeurs sur les négociations reprenaient. Il estime que l'activité de serveurs d'IBM vaut entre 2,5 et 2,9 milliards de dollars et que le groupe américain sera cette fois disposé à conclure, après plusieurs trimestres de résultats décevants. C'est finalement pour un montant inférieur à cette fourchette que la transaction a été conclue. 

La montée en puissance de Lenovo

Au printemps dernier, la cession avait pourtant échoué sur des questions de prix alors que Lenovo avait valorisé l'opération à moins de 2,5 milliards de dollars. Un prix jugé trop bas par IBM pour une activité qui dégage encore 4,9 milliards de dollars de revenus annuels selon Morgan Stanley. Le groupe américain réclamait ainsi entre quatre et six milliards de dollars.

A noter que selon une étude de Gartner publiée début janvier, Lenovo est désormais le numéro un mondial en termes de ventes de PC devant HP et Dell. Très actif, le groupe chinois est également le troisième acteur du marché des smartphones et faisait par ailleurs partie des repreneurs potentiel de Blackberry il y a quelques mois

(Article créé le 21/01/2014 à 10:17 mis à jour le 23/01/2014 à 12:33)

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 24/01/2014 à 4:18
Signaler
Et si Lenovo installait des circuits/codes espions au profit de l'etat chinois dans ses serveurs ??

à écrit le 24/01/2014 à 2:06
Signaler
Je propose qu'au lieu de $ nous parlions de roupie de sansonnet. Cela ferait mojns colinisé.

à écrit le 23/01/2014 à 16:22
Signaler
J'ai travaillé pour ce qui était IBM-Microélectronics de 1995 à 2003. Une descente aux enfers d'une boite sclérosée, peuplée d'apparatchiks incompétents et collés à leurs promotions, anciennetés, et ça été la vente à la découpe, ou l'abandon pur e...

à écrit le 23/01/2014 à 16:16
Signaler
Ils maîtriseront toute la filière. Une question de temps.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.