Cyber-espionnage : les États sont les plus grands pirates

 |   |  307  mots
L'étude de Verizon Data Breach Investigations Report attribue 11% des cas d'espionnage informatique à des organisations criminelles organisées et 87% à des Etats. (Photo : Reuters)
L'étude de Verizon "Data Breach Investigations Report" attribue 11% des cas d'espionnage informatique à des organisations criminelles organisées et 87% à des Etats. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
En 2013, les intrusions malveillantes motivées par l'espionnage provenaient pour 49% de Chine et d'autres pays d'Asie orientale, mais les pays d'Europe orientale, notamment russophones, ont été soupçonnés dans 21% des cas. précise l'opérateur américain Verizon Communications dans son rapport annuel "Data Breach Investigations Report".

Le piratage informatique à des fins d'espionnage se développe rapidement. Des groupes comme des services officiels de certains pays d'Europe de l'Est y jouent un rôle croissant, montre l'une des plus importantes études annuelles sur le sujet.

Ainsi en 2013, les intrusions malveillantes motivées par l'espionnage provenaient pour 49% de Chine et d'autres pays d'Asie orientale, mais les pays d'Europe orientale, notamment russophones, ont été soupçonnés dans 21% des cas, précise l'opérateur américain Verizon Communications dans son rapport annuel "Data Breach Investigations Report".

Les tentatives d'espionnage ont triplé

Ces deux régions se classent de très loin en tête de l'échantillon étudié, dans lequel plus de la moitié des données détournées l'ont été à des victimes établies aux Etats-Unis.

En revanche, dans environ 25% des cas, l'origine géographique de l'intrusion n'a pas pu être déterminée, précisent les auteurs de l'étude.

Si le nombre total d'incidents identifiés comme étant des tentatives d'espionnage a triplé à 511, cela s'explique en majeure partie par le fait que le rapport sur 2013 prend en compte de nouvelles sources. Mais il reste en hausse sur la base des seules sources utilisées l'année précédente, précise Bryan Sartin, l'un des enquêteurs de Verizon.

Les États sont les espions dans 87% des cas

L'étude attribue 11% des cas d'espionnage informatique à des organisations criminelles organisées et 87% à des Etats.

Dans certains cas, des organisations criminelles cherchaient sans doute à revendre les données détournées à des Etats ou à des concurrents des entreprises prises pour cible, explique l'étude, menée avec Intel, McAfee, Kaspersky Labs, d'autres sociétés privées et des administrations publiques.

"Nous assistons à un début de rapprochement entre le crime organisé classique et l'espionnage", résume Bryan Sartin, selon lequel cette tendance devrait se poursuivre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2014 à 12:11 :
l'Awards du Cyber-espionnage d'or est décenercé à .... ?
a écrit le 22/04/2014 à 11:21 :
c'est pas une nouveauté ..
a écrit le 22/04/2014 à 10:38 :
Ha? on va avoir les Cyber-espionnage ... concours ! ????
a écrit le 22/04/2014 à 10:37 :
Résultats logiques. Seulement, il est dommage que l'étude se soit limitée aux attaques contres des intérêts américains. Parce que si l'on prend en compte les attaques dont sont victime le reste du monde, alors les Etats-Unis sont sans doute les premiers "pirates".
a écrit le 22/04/2014 à 10:35 :
Faut-il en rire ou en pleurer. Bien sûr, les informations parues dans cet article sont sûrement vraies. Mais l'absence d'allusion à l'activité des Etats-Unis dans ce domaine, dans un article paru en France, laisse pantois. Les pourcentages seraient bien différents si on y ajoute la part US.
a écrit le 22/04/2014 à 9:56 :
Verizon, qui a dans ses contributeurs : United States Secret Service, Defense Security Service of the USA, US department of homeland security... Bon je vais m'arrêter là, tout a été dit ;) (Tout ça étant sur la 2e page de leur rapport ~~)
Réponse de le 22/04/2014 à 10:50 :
Merci beaucoup pour votre commentaire qui est très pertinent.
a écrit le 22/04/2014 à 9:48 :
un article signer par la nsa ? ah non ! verizon !... éh bé !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :