« Il peut y avoir de la concurrence à trois opérateurs mobiles » (Montebourg)

Le ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique a martelé son souhait de voir le marché se consolider mais en relativisant les risques de remontée des prix du fait de la présence de Free, le disruptif.
Delphine Cuny

3 mn

Le ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique « incite publiquement les opérateurs à chercher des rapprochements selon les combinaisons qu’ils voudront. »
Le ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique « incite publiquement les opérateurs à chercher des rapprochements selon les combinaisons qu’ils voudront. » (Crédits : reuters.com)

Arnaud Montebourg persiste et signe… mais arrondit les angles. Auditionné ce mardi par la commission des Affaires économiques du Sénat, le ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique a martelé la nécessité, selon lui, de revenir à trois opérateurs mobiles. Il a tenté cependant de rassurer sur les conséquences pour les clients, en réponse aux craintes exprimées par exemple par l'UFC Que choisir, et de relativiser la volonté d'ingérence du gouvernement. 

« Favoriser la consolidation et le retour à trois opérateurs n'est pas synonyme d'entente. Je voudrais dire aux associations de consommateurs qu'il peut y avoir de la concurrence à trois opérateurs. La présence de Free, qui est le disruptif du secteur, maintiendra une pression sur les prix » a fait valoir Arnaud Montebourg.

Le ministre avait pourtant plaisanté fin janvier et revendiqué même le rôle consistant à « organiser les ententes », jugées nécessaires à ses yeux. Il a cependant reconnu qu'une entente avait été condamnée « à juste titre » dans le secteur entre les trois opérateurs dans les années 2000 et qu'il ne fallait pas « condamner tel ou tel opérateur. »

Pas intrusifs dans les décisions des opérateurs

Le ministre, qui était monté au créneau en faveur de l'offre de Bouygues en vue du rachat de SFR, contre celle de Numericable, retenue par Vivendi, s'est défendu de pratiquer l'ingérence dans les affaires des opérateurs télécoms. « Nous ne sommes pas intrusifs dans leurs décisions stratégiques », a-t-il affirmé. Pour autant, il estime que « nous n'avons pas résorbé les effets sismiques de l'arrivée du nouvel opérateur, Free Mobile » et que la situation n'est « pas durable et même dangereuse » quand les opérateurs se livrent à « une concurrence déchaînée par les prix. » Or « le rapprochement de SFR et Numericable ne règle pas le problème, qui reste devant nous. »

 « J'incite publiquement les opérateurs à chercher des rapprochements selon les combinaisons qu'ils voudront bien mettre en œuvre. »

 Le ministre avait déjà déclaré publiquement à la mi-mai que « Monsieur Bouygues est parfaitement en mesure d'imaginer des solutions avec d'autres que SFR. Je l'y invite, il le sait, je le lui ai dit. » Le fait qu'Orange étudie un éventuel rapprochement avec Bouygues Telecom, une opération lourde et complexe, a également été perçu comme une démarche dictée par l'État, actionnaire de référence de l'opérateur historique.

Delphine Cuny

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 04/06/2014 à 13:52
Signaler
zut sa dialectique c'est pris les pieds dans le tapis.

à écrit le 04/06/2014 à 13:39
Signaler
Nous nous sommes fait PLUMER pendant des années et voilà un "ministre" qui juge nécessaire d'organiser les ententes sur les prix... Chapeau. S'est bien fait acheté par bouygues, le gars...

à écrit le 04/06/2014 à 11:47
Signaler
Il ne sait pas qu'il est Ministre de léconomie pour la développer et non pas pour la détruire, al bloquer, la paralyser, la rendre méfiante, la monter contre le gouvernement, l'isoler du monde extèrieure, la nationaliser, etc ... Bref, il faudrait qu...

à écrit le 04/06/2014 à 9:03
Signaler
a 2 aussi il y a concurrence mais aussi plus facile pour s'entendre en cercle ferme a trois cela est parfaits et a 4 il y toujours le petit qui veut grandir alors il fait ce que le ministre ne veux pas la concurrence

à écrit le 03/06/2014 à 22:13
Signaler
Nos 3 opérateurs historiques l'avaient parfaitement montré.... ou pas. Celui qui ne connait pas le passé n'a aucune chance de comprendre l'avenir

à écrit le 03/06/2014 à 21:38
Signaler
mais probablement pas que non...

à écrit le 03/06/2014 à 20:22
Signaler
Si on le comprends bien, c'est a cause de Free que les 3 autres ont morflé, donc il faut passer a 3, mais en conservant Free, pour continuer a bousiller les prix des autres. Il comprend ce qu'il dit parfois ? :-)

à écrit le 03/06/2014 à 20:09
Signaler
Le rôle d'un ministre n'est pas d'organiser la concurrence mais d'organiser le marché pour que la concurrence soit saine... Montebourg n'a manifestement pas la formation adéquate pour ce poste.

le 04/06/2014 à 0:26
Signaler
Il faut qu'il retourne illico sur les bancs de l'école

à écrit le 03/06/2014 à 20:09
Signaler
Arrêtez le il pédale complètement dans la choucroute.

le 03/06/2014 à 22:18
Signaler
et toi, tu n'as jamais rien compris,

à écrit le 03/06/2014 à 19:54
Signaler
Et pendant ce temps là nos telecom prennent du retard. Aucun opérateur ne veut investir dans les réseaux fibrés et la mobilité. Le tel français prend du retard. Bravo Montebourg pour créer l'incertitude qui donne à chacun prétexte à ne rien faire.

le 04/06/2014 à 13:45
Signaler
Vous n'y connaissez rien en informatique, à priori. La fibre est faite pour les entreprises et les copieurs de films. Dans quelle catégorie êtes-vous..?? Hé oui : c'est ça d'avoir le meilleur réseau téléphonique au monde. Les box sont suffisantes. E...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.