Scandale Gowex : dépôt de bilan, perquisitions et mises en examen

 |   |  389  mots
L'ex-directeur général de Gowex, Jenaro Garcia Martin, a été libéré sous réserve de payer une caution de 600.000 euros dans les quinze jours.
L'ex-directeur général de Gowex, Jenaro Garcia Martin, a été libéré sous réserve de payer une caution de 600.000 euros dans les quinze jours. (Crédits : DR)
Le fournisseur d’accès WiFi gratuit s’est déclaré en cessation de paiement lundi. La femme du directeur général, qui a été libéré sous caution, fait partie des neuf personnes mises en cause pour la falsification des comptes qui remonterait à 2004.

Nouveaux rebondissements dans le scandale Gowex : des perquisitions ont lieu depuis ce matin au siège du fournisseur d'accès WiFi à Madrid, afin de trouver des documents attestant des falsifications des comptes qui remonteraient finalement à 2004, soit depuis dix ans ! Le juge chargé de l'enquête a mis en examen neuf personnes dont l'épouse de l'ex-directeur général, Jenaro Garcia Martin, qui était chargée des relations investisseurs, et l'ex-directeur financier de la société madrilène, rapportent les médias espagnols ce mardi. Jenaro Garcia Martin, qui avait avoué avoir maquillé les comptes « depuis au moins quatre ans », a été remis en liberté hier, sous réserve du versement d'une caution de 600.000 euros dans les quinze jours. Une caution élevée justifiée selon le juge Santiago Pedraz par la peine encourue - plus de dix ans de prison pour falsification comptable et délit d'initié - et par les 3 millions d'euros au moins détenus par Garcia Martin dans un compte au Luxembourg qui va être saisi.

 Des sociétés écrans et des prête-noms

 L'ex-directeur général n'a cependant pas été interdit de quitter l'Espagne, ni placé sous contrôle judiciaire, et a pu conserver son passeport. Gowex s'est déclaré en cessation de paiement lundi, « en raison de la situation de blocage financier et de nombreuses résiliations et annulations de projets par des clients. » L'action Gowex, qui capitalisait 1,9 milliard d'euros en avril dernier, est toujours suspendue sur Alternext et le marché alternatif de Madrid (MAB). Elle avait perdu 60% de sa valeur en deux séances après la publication d'un rapport accablant de la mystérieuse société Gotham City Research, qui avait vu juste en dénonçant le chiffre d'affaires et les bénéfices gonflés de Gowex. Le juge soupçonne Jenaro Garcia Martin d'avoir eu recours à 20 sociétés écrans, qu'il gérait sous des prête-noms, pour falsifier les facturations. « Je demande pardon à tout le monde Je le regrette du fond du cœur » avait déclaré l'ex-patron sur son compte Twitter après sa confession et sa démission. Les salariés de Gowex (environ 150 personnes) ont publié un communiqué pour se désolidariser des agissements de leur ex-patron la semaine passée, avant le dépôt de bilan qui semblait inévitable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2014 à 10:36 :
Le scandale c'est aussi les organismes supposés contrôlés les comptes et leur incompétence voire pire mise en lumière... Après quel crédibilité du discours politique appelant à investir les petits épargnants en bourse après un tel naufrage... combien de petits porteurs escroqués en France, Espagne ...
a écrit le 15/07/2014 à 23:04 :
Ce qu' il y a de bien c' est ce retour en arrière au bon vieux temps des années 1950-1960 on l' on trafiquait le lait, le beurre, le vin, les comptes etc...
Une législation c' est mise en place plutôt efficace.. les tordus se sont rangés des voitures et par je ne sais quel miracle ultra libéral, depuis 10-15-20 ans maximum, c' est la ruée vers l' or, tout est permis, les portes du saloon grandes ouvertes, on tripote sur tout, n' importe quoi et à échelle industrielle.. c' est passionnant à suivre comme " évolution ".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :