"La Finlande a été trompée" par Microsoft (ministre des Finances)

 |   |  454  mots
Il est temps pour Microsoft de faire preuve de responsabilité sociale, a insisté le ministre du Travail Lauri Ihalainen. (Photo : Reuters)
"Il est temps pour Microsoft de faire preuve de responsabilité sociale", a insisté le ministre du Travail Lauri Ihalainen. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La suppression de 18.000 emplois annoncée jeudi par l'américain Microsoft dans le monde entier, dont 12.500 chez Nokia, est un coup dur pour la Finlande, siège historique de l'ancien numéro un mondial des téléphones, acquis officiellement en avril par le géant du logiciel.

"La Finlande a été trompée" par Microsoft, a lancé le ministre des Finances finlandais Antti Rinne.

Après Steve Jobs, accusé par le Premier ministre Alexander Stubb d'avoir volé ses emplois au pays nordique, en "mettant K.O. Nokia", c'est au tour de Microsoft d'être pointé du doigt par Helsinki. La suppression de 18.000 emplois annoncée jeudi par l'américain Microsoft dans le monde entier, dont 12.500 chez Nokia, est un coup dur pour la Finlande, siège historique de l'ancien numéro un mondial des téléphones mobiles que le géant des logiciels a officiellement acquis en avril.

>> Lire "Steve Jobs a pris nos emplois"

1.100 postes supprimés en Finlande

Il faut dire que le pays devrait subir la destruction d'environ 1.100 emplois chez Nokia. Le site d'Oulu (nord-ouest), emblématique pour les ingénieurs de la marque finlandaise, va définitivement fermer. Au total, 500 salariés spécialisés dans les téléphones dits "classiques", et non les smartphones, sont concernés.

"C'est un grand choc", s'est attristé auprès de l'AFP la dirigeante syndicale d'Oulu Tiina Nortamo. "On nous prend nos emplois malgré les promesses qui nous avaient été faites" par Microsoft après l'annonce du rachat en septembre, a-t-elle déploré.

La promesse non tenue de Microsoft

L'ex-patron de Microsoft Steve Ballmer, remplacé par Satya Nadella début février, avait en effet promis à l'époque que le groupen'avait pas "de plan significatif pour relocaliser les postes de travail (...) dans le cadre de la fusion" avec Nokia. 

"Si les hommes politiques ont cru que les promesses (de Microsoft) étaient éternelles, ils devraient se regarder dans un miroir", a ironisé auprès de l'AFP un analyste de la banque Nordnet Jukka Oksaharju.

A ses yeux, Microsoft avait à l'époque "tout intérêt" à garder le savoir-faire de Nokia à l'intérieur du groupe "jusqu'au bout" :

"Je ne crois pas que Microsoft savait (au moment de l'acquisition des portables de Nokia) qu'il allait licencier autant des personnes."

"Faire preuve de responsabilité sociale"

Dans une économie dégradée, l'avenir s'annonce difficile pour les centaines d'ingénieurs qui vont être licenciés. Les perspectives de trouver un emploi dans la région d'Oulu, notamment, sont faibles. La zone est en effet déjà sinistrée par les précédents plans de licenciements de Nokia, qui comptait à l'époque quelque 2.000 employés.

Dans ce contexte, "il est temps pour Microsoft de faire preuve de responsabilité sociale", a insisté le ministre du Travail Lauri Ihalainen, cité dans un communiqué. Les négociations portant sur les conditions de licenciement devraient démarrer la semaine prochaine et durer environ six semaines.

>> Lire Le paradoxe finlandais, symbole de l'impasse européenne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2014 à 20:18 :
Nokia a surtout été trompé par un management totalement incompétent qui n'a pas écouté ses experts de la base ... Son cas est d'ailleurs étudié actuellement à harvard . Quant au ministre , il pensait quoi avec une division perdant des centaines de millions par trimestre ... que microsoft était philanthrope.
a écrit le 26/07/2014 à 10:28 :
il était évident qu'en rachetant Nokia il y aurait de la casse sociale , mais si Nokia avait fait faillite sans être repris cela aurait été cent fois pire , en plus il faut remettre sur les rails Nokia sur le plan économique et donc des marchés ( l'offre et la demande ) quand on demande des smartphones c'est plus des telephones vieux en concept de dix ans , qu'un ministre ose dire ces inepties c'est fort et dire leur inaptitude notoire dans le domaine économique .. lamentable de voir ce niveau là ..
a écrit le 20/07/2014 à 23:49 :
Tiens je croyais que c'était à cause de la CGT que les usines fermaient !?
a écrit le 20/07/2014 à 22:04 :
la finlande avec stora enso va fermer son usine de corbehem sans pitié pour les salariés.
C'est un juste retour de baton
a écrit le 20/07/2014 à 19:57 :
1100 postes supprimés ce n'est rien, pas de quoi s'exciter la dessus et de toute facon on n'a pas a payer des gens qui ne rapportent rien à leur actionnaire.
a écrit le 20/07/2014 à 19:53 :
La morale c'est que les technologies modernes et autres robotiques tuent l'emploi et que rien n'y changera.
Au lieu de chercher par une croissance éternelle aux conséquences à Long terme désastreuse à compenser les pertes d'emplois dues à ces technologies on ferait mieux de réfléchir à un autre rapport à la production et donc au travail centre structurant jusqu'à aujourd'hui des vies de chacun.
Il ne s'agit pas d'arrêter le progrès ou autre mais de voir les choses avec réalisme.
Le progrès tue l'emploi et aucune politique n'y changera quoi que se soit. Sauf à faire payer des charges sociales aux robots :-)
Réponse de le 21/07/2014 à 7:12 :
Ca fait au moins trois siècles que la science tue des emplois, rien de grave donc..
a écrit le 20/07/2014 à 18:37 :
Bell'ss la "mondialisation" avec évaporation des bénéfices, SANS COHÉRENCE MONDIALE RÉELLE (pour éviter surproductions, pollutions et chômage) alors que la planète attend la réintroduction des jeunes en reforestation massive en terrasses retenues par des talus arborés genre rizière afin de faire évaporation végétale durable !§!
a écrit le 19/07/2014 à 18:15 :
Il fallait se tourner vers l'Europe et adopter android avec pourquoi pas une surcouche Nokia. C'est bien fait pour eux ils se sont embourgeoisés.
a écrit le 19/07/2014 à 18:00 :
Et dire que tous les européens attendaient une coopération android-Nokia. Nokia serait encore numéro 1. Malheureusement, les dirigeants ont répondu à l'appel d'une sirène : dollars américain. Les consommateurs n'en voulaient pas de Winphone en n'en veulent toujours pas. Résultat, Nokia coule et la Finlande paiera les pots cassés.
Réponse de le 21/07/2014 à 7:13 :
On gagne de l'argent avec androide ? Rien n'est moins sur...
a écrit le 19/07/2014 à 16:49 :
Oui mais que pouvait faire Microsoft? Peut-être tout simplement ne pas acheter Nokia... en tout cas si j'avais été ingénieur chez Nokia, il y a longtemps que j'aurais quitté - dès que les orientations smartphone avaient été loupées... - à s'attacher trop longtemps à leur firme, les gens oublient l'essentiel: il n'y a pas de fondement affectif dans la structure d' une société commerciale; l'histoire d'adhésion à une norme d'entreprise est une astuce des directions des "ressources humaines" - quelle expression affreuse ! - pour retenir les gens à des moments choisis de la vie d'une entreprise, ni plus ni moins... maintenant que les politiques se lamentent de soit-dites promesses non tenues est un rattrapage électoral, de nouveau ni plus ni moins.
Réponse de le 26/07/2014 à 10:30 :
ce sont les produits qu'en font les utilisateurs qui font la marque et non l'inverse .. mais certains n'ont rien compris encore .. dommage mais cela a toujours été ainsi et on confond le produit et la marque mais c'est deux choses différentes ..
a écrit le 19/07/2014 à 16:20 :
18 000 emplois supprimés... alors que Microsoft a engrangé des bénéfices de plus de 15 milliards de $ sur l'année 2013.

Une nouvelle illustration du capitalisme cynique, froid, inhumain.
Réponse de le 20/07/2014 à 22:26 :
Et alors!
Depuis quand les entreprises distribuent des salaires qui ne rapportent rien.
a écrit le 19/07/2014 à 14:03 :
Naïveté, quand tu nous tiens ! Une entreprise par définition ne voit que ses intérêts propres. Quand elle est américaine en plus, cette caractéristique est à élever au carré ou au cube, tout ce qui est européen ne comptant que pour zéro, sauf quand il s'agit de vendre. La seule entreprise US sur laquelle on peut avoir un doute, du fait de son histoire, est General Electric. On verra bien ce que va donner son rachat d'Alsthom.
Réponse de le 19/07/2014 à 15:05 :
Naïveté en effet! C'est presque du grand Chamberlain : "Hitler n'est décidément pas un gentleman" !!!
a écrit le 19/07/2014 à 12:33 :
Franchement, y avait-il quelqu'un de sensé pour croire que M$ avait acheté Nikia pour les beaux yeux de la Finlande ? C'était un trublion qui faisait de l'ombre aux investisseurs US. Donc achat, digestion, recrachât du noyau, et hop... M$ a toujours détruit et digéré tout ce qu'il a acheté...Nokia a (très) bêtement été vendu par ses propriétaires devenus séniles et incompétents. C'est bien fait pour leur gueule, et c'est très moche pour l'Europe en général, tellement cela montre a quel point le $ rend fou...
a écrit le 19/07/2014 à 11:34 :
"La Finlande a été trompée", ah oui ça fait bizarre de subir ce que d'autre pays subissent toutes les semaines. C'est bête.
a écrit le 19/07/2014 à 9:54 :
on va bientôt faire le traité transatlantique avec les américains !
a écrit le 19/07/2014 à 4:45 :
Mais la Finlande était pourtant un des meilleurs élèves des gourous de Davos... lol. Trois années de récession de suite (série en cours), ça craint pour un N°2 mondial (cf Davos index).
a écrit le 18/07/2014 à 22:40 :
Qu'ils continuent à suivre la grande Allemagne, bien fait pour eux,ils n'ont pas encore compris......
a écrit le 18/07/2014 à 21:42 :
Et dire que le père de Linux est un finlandais émigré aux U.S. ...
a écrit le 18/07/2014 à 17:54 :
faire appel au sens de la responsabilité sociale d'une multinationale? Ils sont naïfs ces finlandais.
La seule chose que wallstreet comprend c'est un gros gros coup de gourdin financier, et encore. A moins que la Finlande dispose d'un arsenal législatif lui permettant de frapper MS d'une amende de plusieurs dizaines de milliards de dollars, c'est peine perdue.

Ceci dit le gouvernement pourrait géner MS en bannissant tous les produits microsoft des écoles et des administrations en les remplaçant par des produits open source.
a écrit le 18/07/2014 à 16:20 :
après Apple qui a été accusée d'avoir fait du tort à l'économie finlandaise il y a quelques jours

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :