Objets connectés : les médecins partagés entre intérêt et méfiance

Si les professionnels jugent ces appareils utiles, notamment pour la prévention, ils redoutent leur effet sur le secret médical, selon un sondage.

2 mn

Environ la moitié des médecins pensent que ces objets constituent une menace pour le secret médical.
Environ la moitié des médecins pensent que ces objets constituent une menace pour le secret médical. (Crédits : Reuters)

Bracelets pour contrôler l'activité physique ou lentilles permettant de monitorer le diabète : les objets connectés pour la santé, qu'ils soient destinés au grand public ou aux malades, sont perçus positivement par les médecins, selon un sondage* publié lundi 19 janvier et réalisé par l'institut Odoxa pour la branche santé d'Orange (qui mise sur les objets connectés) et l'assureur MNH.

Améliorer la prévention

Plus de quatre médecins sur cinq (81%) estiment ainsi que "la santé connectée est une opportunité pour la qualité de soins" et 91% jugent qu'elle est "une opportunité pour améliorer la prévention" des maladies chez les patients. Ils sont même 94% à penser que ces objets contribuent à "l'éducation thérapeutique" de leurs patients pour leur permettre de mieux vivre avec leur maladie et à 93% qu'ils contribuent à la prévention des risques de santé comme l'obésité, le diabète ou l'hypertension.

Les médecins considèrent que ces objets sont avant tout utiles pour ceux qui souffrent de maladies chroniques ou d'affections de longue durée (à 70%) et dans une moindre mesure pour les plus jeunes (37% de réponses positives), pour les personnes âgées fragiles (31%) et pour les "séniors actifs" (22%).

Risque pour le secret médical

Toutefois, environ la moitié des médecins pensent que ces objets constituent une menace pour le secret médical et un tiers jugent que ces objets menacent le libre choix des patients.

De fait, les entreprises ne communiquent que rarement sur l'utilisation faite des données récoltés par leurs objets connectés. Il arrive souvent qu'elles soient revendues afin d'améliorer le ciblage de la publicité en ligne. Le stockage des données pose également le problème de la sécurisation, un domaine dans lequel les objets connectés sont loin d'exceller.

*Enquête d'opinion réalisée du 2 au 12 décembre par téléphone sur un échantillon de 399 médecins généralistes et spécialistes.

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.