Le Bitcoin pourrait-il détrôner les banques traditionnelles ?

 |   |  839  mots
Pour Éric Larchevêque, le défi de cette monnaie virtuelle est de donner accès à un système de transaction simple là où les services bancaires traditionnels sont peu développés.
Pour Éric Larchevêque, "le défi de cette monnaie virtuelle est de donner accès à un système de transaction simple là où les services bancaires traditionnels sont peu développés". (Crédits : Reuters)
Du Bitcoin au Compte-Nickel, les alternatives aux services bancaires traditionnels sont de plus en plus nombreuses. Selon certains experts, elles seraient même en passe de mettre fin au monopole des banques. Démonstration en cinq points.

À l'heure où le cours du Bitcoin s'effondre pour approcher les 200 dollars, ses défenseurs ne s'avouent pas vaincus. Pour Éric Larchevêque, fondateur de la Maison du Bitcoin, et Philippe Herlin, économiste, le système de transaction en Bitcoin a tout le potentiel pour concurrencer les services bancaires classiques.

Et ce n'est pas tout. Invités par le Café numérique à la conférence sur Le Bitcoin : une solution à la crise, les deux experts ont insisté sur le développement croissant de nouveaux systèmes de paiement, simples, accessibles et compétitifs. Une offre qui marche toujours plus sur les plates-bandes des banques classiques.

Rattraper le retard d'implantation des banques dans les pays émergents

En 2011, 50% des adultes dans le monde ne possédaient pas de compte bancaire, selon les derniers chiffres de la Banque Mondiale. En Afrique subsaharienne, ce sont 80% des personnes majeures qui sont concernées, révèle l'enquête McKinsey Counting the world's unbanked, publiée en 2010.

"On ne peut pas se contenter d'attendre que les banques traditionnelles rattrapent leur retard d'implantation", s'exclame Philippe Herlin. Surtout quand la difficulté d'accès aux services bancaires représente "un énorme frein au développement économique et à la croissance", ajoute l'économiste, imaginant un patron régler des factures en liquide.

Ouvrir un compte de dépôt à moindre frais

C'est alors que le Bitcoin trouve une utilité. Virement, paiement, échange de devises... "Le défi de cette monnaie est de donner accès à un système de transaction simple là où les services bancaires traditionnels sont peu développés", explique Éric Larchevêque.

Ainsi, "il suffit de disposer d'une connexion Internet pour accéder à un système de paiement complet, à un prix très compétitif".

Cependant, "le Bitcoin n'est pas le seul système conçu pour ouvrir un compte sans passer par une banque", rappelle Philippe Herlin. Fin 2014, le distributeur américain Wallmart s'est associé à GoBank pour fournir des cartes de crédit aux individus exclus du système bancaire. Dans l'Hexagone, les "Compte-Nickel" s'ouvrent, depuis février dernier, sur simple présentation de papiers d'identité chez certains buralistes et sont associés à une carte bancaire. Coût annuel moyen de gestion du compte : 50 euros.

Effectuer des virements gratuitement et instantanément

Pour s'affranchir des frais bancaires trop élevés lors d'un transfert d'argent, plusieurs systèmes alternatifs au virement bancaire classique ont également été développés. Depuis 2008, Orange Money propose par exemple un service de transfert d'un ordinateur vers un mobile pour cinq euros, quel que soit le montant transféré.

Cette offre d'Orange n'existe cependant que dans quatorze pays d'Afrique et du Moyen-Orient. Avec le Bitcoin, les utilisateurs peuvent effectuer des virements dans le monde entier. Si ces opérations sont irréversibles, elles sont gratuites et instantanées.

S'affranchir des commissions interbancaires

Plus que les consommateurs, ce sont surtout les commerçants qui peuvent largement tirer profit du paiement en Bitcoin. Alors que "les commissions exigées par les banques pour les paiements par carte représentent entre 3% et 5% du chiffre d'affaires annuel des petits commerçants", selon Philippe Herlin, les transactions en Bitcoin ne sont pas taxées.

"Un journal pourrait ainsi vendre la lecture d'un article sur Internet pour quelques centimes d'euros. Aujourd'hui, c'est inimaginable du fait du montant des commissions interbancaires", explique-t-il.

L'adoption du Bitcoin repose donc en partie sur son utilisation par les commerçants, notamment dans les pays où les services bancaires sont encore plébiscités par une grande majorité d'habitants.

"Le réseau d'utilisateurs pourrait ainsi s'élargir, comme c'est le cas à Berlin où le Bitcoin séduit à la fois par sa facilité d'usage et son existence en dehors de tout système de contrôle", observe l'économiste.

Diminuer le risque de faillite bancaire

Mais, c'est bien l'absence de contrôle du Bitcoin et sa volatilité qui suscitent la méfiance. Avec la faillite de la plate-forme japonaise MtGox en février 2014 et le "flash crash" du mois d'août, les cours de la monnaie ont chuté de 56% sur l'année, selon Bloomberg. En janvier 2015, le piratage de la place de marché Bitstamp a encore contribué à la perte de valeur du Bitcoin.

Mais pour Eric Larchevêque, "ces plate-formes ont été confiées à des individus incapables de les gérer. Ces faillites relèvent surtout de l'humain". Selon lui, il faut donc voir d'un bon œil l'ouverture de places d'échanges régulées comme Coinbase ou Gemini, qui permettent à des investisseurs institutionnels de spéculer en Bitcoin. Grâce à ces nouvelles plates-formes, "de gros capitaux devraient affluer en 2015", assure le fondateur de la Maison du Bitcoin.

Une preuve de plus que le Bitcoin et les nouveaux systèmes de paiement sont une menace au système bancaire ? Pour Philippe Herlin, il faut surtout se féliciter de la pluralité des systèmes monétaires et des acteurs.

"En cas de crise, c'est cette diversité qui permet au système économique et financier mondial d'être plus résilient et plus flexible", conclut-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2015 à 18:24 :
"l'ouverture de places d'échanges régulées comme Coinbase ou Gemini, qui permettent à des investisseurs institutionnels de spéculer en Bitcoin", tout est dit n'est-ce pas ! Un nouveau casino où le petit va se faire plumer :-)
a écrit le 02/02/2015 à 17:46 :
... Et aprés la marchande, si on jouait au docteur ? Cela ferait faire des économies à la sécu, et puis c'est bien, hun...
a écrit le 02/02/2015 à 17:42 :
@Gui t'inquiète pas, 99.99% des ventes d'armes se font et se feront toujours en dollars.
a écrit le 02/02/2015 à 17:26 :
On reflechit 30 sec: Bitcoin: tout est annonyme, non securise, repert de trafiquants d armes et de drogues, d evasions fiscal, d extorsion, de manipulation des cours, depot non garanti a la solde des hackers, miners a la solde des trafiquants, possibilite de contourner les embargosm transactions non surveillees,.

Par ailleurs, si des personnes non meme pas de compte en banque, comment auraient ils la possibilite d avoir acces a un ordinateur securise, internet pour faire leurs transactions/

Ces experts feraient bien de faire leur devoir avant de dire tout et n importe quoi
Réponse de le 02/02/2015 à 23:22 :
Outre soigner un peu votre conjugaison et grammaire, peut-etre pourriez-vous vous renseigner afin de ne pas sortir multiples points falacieux. Tout d'abord notez que l'outil n'est pas un problème mais l'utilisation d'un outil peut en etre un (ex: armes, internet). Aussi le fonctionnement meme du Bitcoin est open-source ainsi vos annonces de "non sécurisé", "miners a la solde des trafiquants", "depots non garanti" sont entierement faux. De meme il n'est pas nécessaire d'avoir une connexion sécurisée pour emettre une transaction Bitcoin (seule une signature est emise, pas les clés comme cela est le cas pour les CB). Seul le PC/téléphone doit etre non compromis. Vous soulevez toutefois 2 points importants qui sont la régularisation ainsi que le fait qu'avec le bitcoin chacun est maitre de son "argent", et donc de savoir adopter les mesures pour ne pas etre "hacké".
Réponse de le 19/02/2015 à 9:10 :
@Alphajet

Pour accéder à Internet, cela se fait avec un smartphone et une connexion 3G.
Renseignez vous sur les taux de pénétration des smartphone et réseaux 3G en Asie du sud est notamment.

Vous serez étonné !
a écrit le 02/02/2015 à 16:23 :
Et aussi les lentilles, les cacaouétes, les bonbons comme monnaie, comme quand on jouait à la marchande et à l'épicerie quand on était petit.
Réponse de le 03/02/2015 à 12:30 :
@pomme: euh, les bonbons pour rendre la monnaie, j'ai connu cela en Libye :-)
a écrit le 02/02/2015 à 16:09 :
Je pointerai juste le reportage de Zone interdite diffusé le 1.02.2015 sur M6 sur le trafic des armes qui mentionne l'utilisation massive de Bitcoin sur le darknet...pour moi tout est dit.
Réponse de le 03/02/2015 à 23:06 :
Z'avez raison, surtout de pas réfléchir par sois même, ça pourrait être dangereux.
Réponse de le 20/02/2015 à 15:45 :
Je pointerai juste le reportage de Zone interdite diffusé le 1.02.1993 sur M6 sur le trafic des armes qui mentionne l'utilisation de dollars sur le marché noir...pour moi tout est dit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :