Pour le patron de Google et Arianna Huffington, la technologie profite à l'emploi

 |   |  357  mots
L'objectif ultime de Google est de rendre les gens plus intelligents, assure Eric Schmidt, président exécutif du moteur de recherche.
"L'objectif ultime de Google est de rendre les gens plus intelligents", assure Eric Schmidt, président exécutif du moteur de recherche. (Crédits : Reuters)
La patronne du Huffington Post a réuni en fin de semaine à Londres des patrons, des personnalités politiques, des chercheurs et des intellectuels pour évoquer l'avenir du travail dans le monde technologique de demain

Les nouvelles technologies profitent au marché du travail et à l'emploi, ont estimé à Londres Arianna Huffington, patronne du Huffington Post, et Eric Schmidt, président exécutif de Google, alors que des chercheurs craignent qu'un poste sur deux soit menacé par ces innovations. "S'il y a beaucoup d'inquiétudes, en termes d'emplois, sur le remplacement des humains par les robots, en fait nous voyons aussi que la technologie permet l'émergence d'un nombre considérable de nouveaux emplois", a déclaré à l'AFP Mme Huffington.

La patronne du Huffington Post avait réuni jeudi et vendredi à Londres, avec le Berggruen Institute et The World Post, patrons, personnalités politiques, chercheurs et intellectuels pour évoquer l'avenir du travail dans le monde technologique de demain. Au rang des optimistes figure également Eric Schmidt, qui a jugé que si certains "accusaient la technologie" d'être responsable des malheurs du monde, en réalité elle était "dans bien des cas la solution" aux problèmes. Il a expliqué comment plusieurs projets développés ou soutenus par Google avaient permis d'améliorer l'éducation en Afrique ou la santé des diabétiques. "L'objectif ultime de Google est de rendre les gens plus intelligents", a-t-il affirmé.

Carl Benedikt Frey et Michael Osborne, de l'université d'Oxford, ont cependant évoqué l'idée forte d'une de leurs études sur le marché du travail: environ 47% des emplois actuels aux Etats-Unis sont menacés par l'automisation des emplois. Philip J. Jennings, secrétaire général de Uni Global Union, un syndicat qui affirme représenter 20 millions de travailleurs du secteur des services, s'est inquiété des "75 millions de jeunes sans emploi dans le monde". Il a jugé indispensable de mettre en place "un nouveau filet de sécurité sociale" partout dans le monde.

Plusieurs intervenants ont aussi insisté sur une nécessaire réforme en profondeur de la formation professionnelle pour relever ce défi de destruction massive d'emplois. La secrétaire d'Etat française chargée du numérique, Axelle Lemaire, oratrice de l'une des tables rondes, a quant à elle appelé "les grands groupes français à faire de l'innovation un impératif et un facteur de survie".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2015 à 13:55 :
ESSAI
a écrit le 10/03/2015 à 12:59 :
"L'objectif ultime de Google est de rendre les gens plus intelligents" : non, ça c'est l'objectif officiel. Le véritable objectif est rendre les gens plus dépendants et de récupérer le maximum de données à leur dépens !
a écrit le 07/03/2015 à 15:33 :
C'est sûr qu'on ne va pas nous annoncer la fin du travail !!
Nos riches tiennent trop à ce qu'on continue à trimer pour eux et ne veulent surtout pas d'un nouvel ordre social !!!!
En vérité plein d'emplois vont disparaître et le nombre de chômeurs est et sera toujours structurellement à la hausse.
a écrit le 07/03/2015 à 14:18 :
La IT fait perdre 15 emplois pour une embauche. C'est un fait. Pour comparaison globale il faut penser que les hypermarchés ont fait perdre 5 emplois pour une embauche. Aussi avons nous beaucoup plus de chômeurs. La question n'est donc pas d'être contre mais de savoir comment faire. Le premier point est d'éviter les abus en appliquant à ce secteur la loi commune. Inutile que nos hommes politique prétendent que la IT crée des emplois comme ce fut le cas pour les hypermarchés. Nous savons que c'est faux. La solution doit être innovante. La première base est la gradation du salaire smic. je suis défavorable à la problématique du smic qui tue des emplois mais il est là. Il faut alors le graduer en offrant un salaire de départ plus bas de 20 % aux jeunes entrant dans la vie active. Il faut ensuite créer un smic+ allant librement (hausse mais aussi baisse) de 5 à 15 %. Il faut permettre que chacun puisse quitter l'entreprise quand bon lui semble pour prendre des congés à sa guise. Il sera remplacé provisoirement. Pour ce faire chaque français recevra un salaire d'attente -le salaire pour tous- -ou la fin du chômage- égal au salaire de départ moins les primes. Chacun sera ainsi disponible immédiatement et obligatoirement pour un emploi dont il aura pu préparer la formation. les anciens fonctionnaires, par procuration, seront devenus des formateurs du privé. L'ensemble forme une grande souplesse du marché. L'état peu aider les entreprises de certains secteurs à certaines époques directement et discrètement. Le principe de la disparition de la TVA doit également venir soutenir les entreprises que cela pénalise. L'opération pourra se faire sur 15 ans. le contrôle de l'immigration devra être stricte pour permettre une bonne gestion de cet équilibre. Il est évident que ces mesures qui semblent rock and roll seront appliquées car ce sont les seules permettant d'offrir une réponse sérieuse. Nous verrons.
a écrit le 07/03/2015 à 12:31 :
Et elle profite à Google aussi :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :