Altice veut lever les inquiétudes sur sa dette et sa stratégie

La maison-mère de SFR s’est fendue d’une mise au point la nuit dernière. Dans un communiqué, le groupe du milliardaire Patrick Drahi, qui a suscité la défiance des marchés, assure qu’il ne prépare aucune levée de fonds. Il précise aussi sa stratégie de désendettement.
Pierre Manière

4 mn

Patrick Drahi, le fondateur et chef de file d'Altice, maison-mère de SFR.
Patrick Drahi, le fondateur et chef de file d'Altice, maison-mère de SFR. (Crédits : Reuters)

Dans l'œil du cyclone après deux semaines de dégringolade boursière, Altice s'est fendu d'une nouvelle mise au point la nuit dernière. Dans un communiqué, le géant des télécoms et des médias a voulu rassurer les marchés sur différents sujets. En premier lieu, balayant certaines rumeurs, le groupe assure qu'il ne prépare aucune levée de fonds. Il n'a « aucune intention de le faire, y compris aux Etats-Unis ». De quoi apaiser, a priori, ceux qui redoutaient une dilution.

Le groupe du milliardaire Patrick Drahi, maison-mère de SFR, affirme une nouvelle fois que dorénavant, il donne la priorité au désendettement. Sachant que, pour rappel, la dette totale du groupe dépasse les 50 milliards d'euros, et inquiète nombre d'investisseurs. « Altice confirme son intention d'atteindre un niveau d'endettement conforme ou inférieur aux objectifs fixés », lit-on dans le communiqué. Le groupe réaffirme aussi qu'il fait une pause côté fusions et acquisitions.

Vente de pylônes

Dans le même temps, Altice précise comment il compte se désendetter. Pour y arriver, le groupe va vendre certains « actifs non-stratégiques », et en particulier ses milliers de pylônes de téléphonie mobile. « Altice a initié des processus de cessions, qui débuteront dans le courant du premier semestre 2018 », affirme le groupe. Interrogé par La Tribune, Altice ne souhaite pas, pour l'heure, communiquer sur l'ampleur et le montant de ces ventes. Il n'est pas le premier groupe de télécoms à choisir cette option pour faire rentrer de l'argent dans les caisses. Outre Telefonica en Espagne, ou Deutsche Telekom en Allemagne, Bouygues Telecom a vendu un grand nombre de ses pylônes ces dernières années. En janvier dernier, l'opérateur de Martin Bouygues a conclu un accord avec le groupe espagnol Cellnex concernant l'exploitation et la vente de 3.000 sites d'antennes de téléphonie mobile. Cette opération lui a permis de récupérer environ 500 millions d'euros.

L'autre levier sur lequel Altice mise pour honorer sur le moyen et le long terme ses échéances de remboursement, c'est bien sûr « le redressement opérationnel en France ». Sur ce front, il s'agit de relancer SFR. L'opérateur est confronté, depuis 2014 et son rachat par Altice, à des fuites massives de clients déçus à la concurrence. C'est la raison pour laquelle vendredi dernier, Patrick Drahi s'est fendu d'une lettre aux salariés de l'opérateur au carré rouge pour leur demander de tout faire pour « mieux servir » les abonnés.

Inquiétude sur la situation des holdings

Une autre inquiétude concerne la situation financière des holdings à travers lesquels Patrick Drahi contrôle Altice. « Si, à ce niveau, Patrick Drahi a fait beaucoup de dette, et s'il existe des contreparties liées au cours d'Altice - comme des processus de remboursement anticipé, de renégociation des conditions des crédits, ou encore de cession immédiate de titres -, le groupe pourrait être en danger, explique un analyste financier sous couvert d'anonymat. Dans ce cas de figure, Patrick Drahi pourrait être contraint par ses créanciers de faire remonter du cash d'Altice à ses holdings. »

Patrick Drahi a déjà été confronté à cette situation. En novembre 2015, il a cédé 7,5% d'Altice suite à une restructuration de la dette de Next, son principal holding personnel. A l'époque, l'opération avait entraîné une chute du titre de près de 10%. Lors de l'introduction d'Altice en Bourse, l'année précédente, Patrick Drahi avait, à travers Next, racheté des actions du groupe. Pour ce faire, il avait souscrit un crédit, appelé « margin loan », en offrant en garantie des titres Altice. Mais suite à une baisse du cours, les créanciers ont demandé des compensations, qui ont au final été soldées par une cession de titres. Aujourd'hui, Altice affirme que la situation est sous contrôle malgré sa lourde chute en Bourse. Dans son communiqué, le groupe l'assure : « Altice confirme que son actionnaire majoritaire, Next, ne dispose d'aucun 'margin loan' lié à Altice. »

Ces mises au point ont visiblement permis à Altice de relever un peu la tête. A la clôture de la Bourse d'Amsterdam ce lundi, le titre progressait de 5,2% à 8,52 euros. Mais il en faudra plus pour remonter la pente. La capitalisation boursière du groupe a presque fondu de moitié en un peu plus de deux semaines, à 11,5 milliards d'euros.

Pierre Manière

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 21/11/2017 à 16:43
Signaler
Si Fritz Lang vivait aujourd'hui il aurait pu tourner un "P. Le Maudit" : ce monsieur va finir lynché !

à écrit le 21/11/2017 à 12:26
Signaler
Comme les français sont parmi les peuples les moins endettés au monde et les plus épargnants d'Europe quand ils le peuvent,cette stratégie d'emprunter à tout va ,est absolument contraire à leur mentalité surtout à ce niveau d'endettement.On ne parle ...

le 21/11/2017 à 14:39
Signaler
C'est la méthode israélienne...

le 22/11/2017 à 9:50
Signaler
Vos questions n'ont qu'une reponse satisfaisante. En cas de crash, ce seront les contribuables francais qui seront mis a contribution. Simple et efficace, le cas est prevu de longue date a Bercy. D'autres questions ?

le 22/11/2017 à 10:46
Signaler
C'était choquant d'entendre Bruno Le Maire annoncer qu'il serait vigilant pour l'emploi, comme s'il confirmait l'adage selon lequel on privatise les profits et on mutualise les dettes. Il serait avisé de se montrer un peu plus prudent alors que le pl...

à écrit le 21/11/2017 à 11:05
Signaler
Mon post d'hier 21h10 n'est pas passé. Pourquoi ?

à écrit le 21/11/2017 à 9:34
Signaler
Je ne suis ni banquier, ni boursicoteur, ni polytechnicien, ni homme d'affaires. Je suis juste un citoyen honnête qui a cotisé 146 trimestres,s'est levé avant le jour pendant plus de 40 ans, qui a payé impots et taxes, qui n'a bénéficié en tant que c...

le 21/11/2017 à 11:49
Signaler
Le monde des affaires a sa logique qui n'est pas la notre ....quant à votre solution elle a déjà été éprouvée , malheureusement pour vous le collectivisme n'a pas fait la preuve de sa pertinence !!! .

à écrit le 21/11/2017 à 0:13
Signaler
On ne peut plus attendre, SFR est au plus mal avec un niveau d' endettement hors du commun, on risque d' être coupé du jour au lendemain ! Nous devons réagir, vendre, nous enfuir, partir ...?

à écrit le 20/11/2017 à 21:10
Signaler
Si j'en juge par mon expérience d'aujourd'hui, le contact avec le service client, toujours aussi borné et incapable de répondre au besoin du client, ne peut que donner envie de fuir au plus vite cette entreprise hyper mal gérée. Apparemment SFR n'a p...

à écrit le 20/11/2017 à 19:58
Signaler
Jusqu'à présent Drahi s'en est toujours sorti. Il a su faire face à tous les revers. A chaque fois il revenait avec un nouveau projet, une nouvelle idée, et des banquiers ravis de lui confirmer leur confiance par l'octroi de milliards supplémentaires...

le 21/11/2017 à 0:54
Signaler
Cela me rappelle le cheat code de sim city, avec argent illimité, quand les banquiers t'offrent un max d'argent à rembourser "plus tard" tu peux acheter et construire plein de trucs; mais les échéances arrivent. Qui paye finalement, les employés, vir...

le 28/11/2017 à 17:53
Signaler
je n'ai jamais lu dans la presse spécialisé une analyse aussi fournis,structuré et précise,je pense que Drahigirl devrait faire des audits pour Goldman sach

à écrit le 20/11/2017 à 18:56
Signaler
C'est mort d'avance ! Plus personne ne veut aller chez SFR !

le 21/11/2017 à 17:16
Signaler
Depuis 6 mois j'ai une antenne à 500m. 30 Go en 4G chez RED que je consomme car j'ai laissé tomber le fixe. J'espère que ça fait perdre un peu à Drahi dont je ne supporte pas même de voir la photo...

à écrit le 20/11/2017 à 18:38
Signaler
il vas vendre des pylones achetes a credit ,il emprunte sur des fonds gages ...ect ect en fait c est tout du vent que des dettes gagées ...les paris sont ouverts ...sur son plongeon ...!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.