Amazon, Microsoft et Google font mieux que prévu

 |   |  651  mots
Google a été porté par ses revenus publicitaires, quand Amazon et Microsoft ont bénéficié d'une forte demande pour les services de cloud.
Google a été porté par ses revenus publicitaires, quand Amazon et Microsoft ont bénéficié d'une forte demande pour les services de cloud. (Crédits : Statista)
Les géants de la tech ont réalisé un troisième trimestre en hausse - et meilleur que prévu. Google a été porté par ses revenus publicitaires, quand Amazon et Microsoft ont bénéficié d'une forte demande pour les services de cloud.

Les géants américains de la technologie affichent une forme olympique pour le troisième trimestre 2017. Google, Amazon et Microsoft ont présenté jeudi leur résultat, avec une croissance à deux chiffres. Conséquence : leur capitalisation cumulée atteint actuellement les 1.754 milliards de dollars.

■ Google cartonne grâce à ses recettes publicitaires

Alphabet, la maison-mère de Google, a publié des résultats en nette hausse, au-dessus des attentes de Wall Street. Son chiffre d'affaires s'établit à 27,77 milliards dollars (+24%), supérieur aux attentes des analystes qui prévoyaient 27,2 milliards. Google affiche ainsi une croissance à deux chiffres pour le 15e trimestre consécutif. Le bénéfice net s'est inscrit en hausse de 32,4% à 6,73 milliards de dollars. Le titre du géant américain de l'Internet - en hausse de 25% depuis le début de l'année - s'adjugeait près de 3% à 1.020 dollars dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street en réaction à ces résultats.

Google a été porté par ses recettes publicitaires, avec 24 milliards de dollars de chiffre d'affaires (+21%) sur le trimestre. Selon la firme de recherche eMarketer, le moteur de recherche Google devrait générer pour 72,42 milliards de dollars de revenus publicitaires cette année (+15,7%). Toutefois, les dépenses du groupe ont aussi fortement augmenté, notamment les revenus reversés aux partenaires ("TAC"), qui sont passés de 4,2 à 5,5 milliards de dollars. Les TAC correspondent, entre autres, aux sommes que la firme de Mountain View reverse à d'autres entreprises pour que celles-ci l'aident à attirer des clics, en établissant par défaut Google en tant que moteur de recherche par exemple.

■ Amazon et Microsoft, portés par le cloud

Comme Google, Amazon a présenté des résultats au-dessus des attentes. L'entreprise de Jeff Bezos a réalisé un chiffre d'affaires de 43,7 milliards de dollars (+34%) - contre 32,71 milliards de dollars pour le même trimestre en 2016. C'est une première pour une période hors fêtes de fin d'année, souligne le Wall Street Journal. L'activité de distribution du groupe américain a toutefois largement profité du Prime Day, journée de remises organisée par le groupe en juillet dernier. Le chiffre d'affaires de la distribution en ligne a augmenté de 22% à 26,4 milliards de dollars - sa plus forte croissance depuis plus d'un an.

Amazon bénéficie aussi d'une demande forte pour son service d'informatique dématérialisée ("cloud"), particulièrement auprès des entreprises. Sa division Amazon Web Services totalise ainsi un chiffre d'affaires de 4,58 milliards de dollars (+41,9%). Dans une moindre mesure, la société de commerce en ligne a tiré profit du rachat de l'enseigne américaine de supermarchés bio, Whole Foods, en août dernier. Achetée pour 13,7 milliards de dollars, l'enseigne a généré un chiffre d'affaires de 1,3 milliard de dollars.

> Lire aussi : Avec Whole Foods, Amazon promet une guerre des prix à la grande distribution

A l'instar d'Amazon, Microsoft a aussi profité d'une forte demande pour ses services cloud. Son chiffre d'affaires en la matière s'élève à 6,92 milliards de dollars (+14%), pour un chiffre d'affaires total s'établissant à 24,5 milliards de dollars (+12%). Sa seule plate-forme Azure a enregistré une croissance de 90% de ses ventes, inférieure cependant au bond de 97% du trimestre précédent.

"Le cloud reste le cheval de Troie pour la croissance de Microsoft dans les prochaines années mais l'amélioration progressive de l'environnement des PC constitue aussi un élément favorable", estime Daniel Ives, analyste à la firme de recherche GBH Insights.

Microsoft a réussi a stabiliser les ventes de sa division de PC, qui reste la plus importante par le chiffre d'affaires. Elle comprend le système d'exploitation Windows, la console de jeu Xbox, les publicités en ligne et les tablettes et ordinateurs portables Surface. Ses ventes ont reculé de 0,2% à 9,38 milliards de dollars, mais en dépassant sensiblement le consensus qui les donnait à 8,81 milliards.

*Crédits photo : un statistique de notre partenaire Statista

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2017 à 16:15 :
C'est à la fois une très belle histoire et une belle création de valeur mais aussi la démonstration parfaite des ratées de l'union europeenne : la Chine a su préserver son marché et créer des géants de la tech, il n'exite rien en Europe de comparable au GAFA.
Nous avons ouverts notre marché et nous voila dépouillés
En plus de ne pas avoir créer de champions européens, les GAFA ne paient pas les impots qu'ils devraient payer en Europe.
Bref deux fois ratés.
A quand une loi plus realpolitik a l'américaine avec amendes en dizaine de milliards pour les GAFA ? (méthode monopolistique, benefice non declaré, dumping...) pas trop dure de trouver qqch (les US ont bien trouvé chez Technip, Alstom, BNP et maintenant Airbus - la goutte de trop peut etre)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :