« Dans la fibre, Orange est en train de balayer tout le monde »

 |  | 664 mots
Lecture 4 min.
Maxime Lombardini, le DG d'Iliad, maison-mère de Free, l'opérateur de Xavier Niel.
Maxime Lombardini, le DG d'Iliad, maison-mère de Free, l'opérateur de Xavier Niel. (Crédits : Reuters)
Lors d’une audition mardi auprès de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, Maxime Lombardini, le DG d’Iliad (Free) a fusillé le cadre réglementaire concernant le déploiement de la fibre en France. Celui-ci serait « trop favorable » à l’opérateur historique. D'après lui, sans « rééquilibrage », Orange risque de recréer un monopole dans l'Internet fixe.

C'est la réponse du berger à la bergère. Dans une interview dans nos colonnes le mois dernier, Stéphane Richard, le PDG d'Orange, avait souligné que le très haut débit et le déploiement de la fibre étaient sa grande priorité. Pour poursuivre sa marche en avant, le patron du numéro un français des télécoms a vigoureusement insisté pour que les règles du jeu liées au Plan France Très haut débit, qui encadrent les investissements des opérateurs, demeurent stables.

Mais pour Free, comme pour SFR et Bouygues Telecom, le cadre réglementaire est beaucoup trop favorable à Orange. Tous militent auprès de l'Arcep, le régulateur des télécoms, pour que celui-ci soit revisité, sous peine de recréer un monopole dans l'Internet fixe. Lors d'une audition par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale ce mardi, Maxime Lombardini, le DG d'Iliad (Free), a, c'est peu dire, enfoncé le clou.

« Sur l'internet fixe, la fibre [et le Plan France Très haut débit, Ndlr], c'est un magnifique projet, c'est clair, mais il faut être vigilant. [...] L'opérateur historique ne doit pas profiter de la fibre pour re-monopoliser [le secteur]. Or aujourd'hui, c'est ce qui se passe. Orange fait plus de 70% de part de marché sur la fibre. Et ce n'est pas seulement grâce à son talent. »

« Orange s'est réservé les fourreaux »

Dans la foulée, Maxime Lombardini passe l'effort de l'opérateur historique dans la fibre à la sulfateuse :

« Les investissements d'Orange dans la fibre ne sont pas extraordinaires. 550 à 600 millions d'euros dans la fibre en 2016 pour 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires, c'est à comparer aux 350 millions d'euros qu'y investit Iliad pour 4,4 milliards de chiffre d'affaires », dézingue-t-il.

Surtout, le bras droit de Xavier Niel chez Free dénonce les avantages dont bénéficierait Orange vis-à-vis de ses concurrents :

« Le succès actuel de l'opérateur historique, il est aussi lié à des avantages structurels. Jusqu'en 2009, Orange s'est réservé l'usage des fourreaux - ces 350.000 kilomètres de tuyaux qui sont sur les routes de France et permettent de déployer la fibre - pendant que les opérateurs alternatifs devaient creuser des tranchées ou passer par les égouts. Cela a permis à l'opérateur historique de couvrir toute la zone dense quand les autres ne pouvaient pas y accéder. S'y est ajouté le fait que le point de mutualisation a été mis dans l'immeuble, ce qui est une barrière à l'entrée énorme dans les zones denses. Rien que Paris, c'est 65.000 immeubles dans lesquels il faut rentrer, et c'est quelque chose sur lequel on a de vrais problèmes. Et puis il y a la zone de co-investissement [dans les territoires moyennement denses, où les opérateurs déploient ensemble leurs infrastructures pour des questions de rentabilité, Ndlr]. Orange y a une position ultra-dominante et nous parait se comporter en matière contractuelle et tarifaire de manière non-satisfaisante : il surfacture les prises et refuse des conditions contractuelles acceptables. »

« On demande des adaptations »

Interrompant sa démonstration, Frédérique Massat, la présidente de la commission (PS), demande à Maxime Lombardini « de parler de [Free] » et non des autres opérateurs. Agacé, le DG d'Iliad ne désarme pas, et appelle vivement à revoir les règles du jeu :

« Mais madame la présidente, notre stratégie, c'est de déployer la fibre ! Si le cadre ne nous permet pas de le faire et si on ne peut pas vous le dire, on a un problème... Aujourd'hui, voici la réalité : on a un opérateur historique qui est en train de balayer tout le monde sur la fibre parce que le cadre lui est trop favorable. On investit massivement, mais on demande des adaptations du cadre. »

A n'en point douter, Sébastien Soriano, le patron de l'Arcep, aura bien reçu le message.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2016 à 22:13 :
Les opérateurs Free, SFR et Bouygues sont de mauvaises foi dans cette affaire et pour deux raisons:
- ce sont eux qui ont poussé pour que le point de mutualisation soit dans l'immeuble et pour pouvoir utiliser les fourreaux FT/Orange pour baisser leurs couts
- le CA à comparer à celui d'Orange est celui de leur maison mère, Bouygues, Illiad... et non celui d la branche telecom car ils bénéficient de cette puissance de frappe
en résumé Orange à le meilleur réseau et est l'opérateur qui investi le plus quand les autre se contentent d'engranger les bénéfices
a écrit le 15/07/2016 à 12:49 :
"Jusqu'en 2009, Orange s'est réservé l'usage des fourreaux - ces 350.000 kilomètres de tuyaux qui sont sur les routes de France et permettent de déployer la fibre - pendant que les opérateurs alternatifs devaient creuser des tranchées ou passer par les égouts".

LOL on est en 2016 donc ca fait 6 7 ans que c'est finit. . La fibre , Orange ne la déploie en mode accéléré que depuis le plan THD, Orange fait son boulot, Free n'a qu'a faire sa part comme SFR et Bouygues qui on signés le plan THD.
a écrit le 15/07/2016 à 10:23 :
Quelle mauvaise foi, que de faux arguments, Free joue les coucous, ne veut pas investir , ne veut pas supporter les couts des infrastructures et PPROFITER du fruits des efforts pour enrichir encore et encore le multimilliardaires Xavier Niel le faux chevalier blanc !!!

Il faut SAVOIR que :

Depuis le 1er janvier 1997, la loi impose aux collectivités de garantir, à tous les opérateurs de télécommunications qui en font la demande, l'accès aux infrastructures de télécommunications qu'elles ont déployées sur leur territoire dans des conditions non discriminatoires, à des tarifs déterminés de manière objective et transparente et assis sur les coûts liés à la mise en œuvre de ces ouvrages.

Y COMPRIS pour ORANGE.
a écrit le 14/07/2016 à 14:22 :
avec un monopole du réseau (comme feu les PTT), TOUT le monde avait le téléphone...

je suis pour un monopole des réseaux, plutôt que de passer trois coûteuses fibres dans la même rue, passons les dans les rues qui n'en sont pas desservie.

et après que les meilleurs (prix/service) gagnent les client finaux !
a écrit le 14/07/2016 à 9:45 :
Il faut séparer la connectivité et le transport, du service (comme dans l'informatique qui d'ailleurs convergera avec les télécoms, il faut séparer le IaaS, du SaaS ou du PaaS). La connectivité et le transport sont localement plutôt monopolistiques et leur commercialisation libre supposerait une dépéréquation géographique. Cette couche doit être nécessairement très réglementée. La vraie question qui doit
être posée est celle de la séparation fonctionnelle. Faut-il continuer à autoriser un même opérateur à fournir à la fois le service et la connectivité ? De plus autant la connectivité est "pays" autant le service est "OTT" et ne sera jamais réglementé par pays (Les GAFA peuvent fournir le service).
a écrit le 14/07/2016 à 9:45 :
Incroyable ces commentaires ! Ils se félicitent tous du retour du monopole de Orange France Télécom ! Soit ce sont des clients/usagers qui aiment payer très cher 50 euros minimum pour un abonnement sans aucun service, ils doivent regretter la belle époque des PTT, soit ce sont des salariés de l'entreprise...
Réponse de le 14/07/2016 à 17:08 :
Votre commentaire démontre une méconnaissance totale des tarifs d'Orange. Dommage ... Vous avez une grande marge de progression dans le domaine de l'objectivité minimale...
Réponse de le 15/07/2016 à 18:53 :
A mon avis ce n'est pas des salariés Orange vu que ce qui ce sont pas suicidé on etait viré , pour le reste se sont des sous traitants qui sont très mal payer, leurs prestation a subi une baisse de 40% en 2015 avec une pression exécrable et des objectifs inatteignable afin de toujours baissé leurs prestations a chaque renouvellement de contrat . Pour info Orange finance sa fibre en ne payant pas ou très mal les sous traitant qui entretienne le réseaux cuivre ....
Réponse de le 15/07/2016 à 22:18 :
Vos remarques sont dépassées et fausses ... voyez toutes les études qui montrent que FT/Orange est le seul opérateur à tenir ses engagement en terme de couverture et d'investissement réseau, les autres préfèrent bloquer les débits que d'investir!
et cela ne va pas s’arranger sur les réseaux mobiles ... vu que l'Arcep commence à montrer les dents! et à limiter les accords de roaming qui permettait à certains de se développer sans investir!
a écrit le 14/07/2016 à 9:21 :
Encore et toujours le même et unique problème que personne ne veut traiter. On a soi-disant organisé une concurrence télécom en France, mais en transférant et valorisant tous les actifs historiques vers France Télécom - Orange, en infraction caractérisée à la constitution. Tout ce qui était permis historiquement à l'opérateur d'Etat (notamment passer des fourreaux partout, y compris dans les lieux interdit d'accès maintenant) n'a pas été mis en concurrence, mais cédé de manière exclusive a un seul des prétendus concurrents.
La seule et unique solution aurait consisté (et peut toujours l'être) en une création de structure mutualisée entre tous les opérateurs (49%) et les collectivités locales (51%), et même au niveau régional, possédant et gérant les infrastructures qui ne peuvent être que mutualisées... sinon, on continuera le bordel actuel indéfiniment
a écrit le 14/07/2016 à 7:16 :
J'ai pu comparer la qualité de service entre Orange, SFR et Free. J'ai souffert d'un service médiocre chez les non historiques et d'un service digne chez Orange. Free notamment est complètement en dessous de tout. Dans les années 2000, Free avait 2 techniciens capables d'intervenir à Paris. Deux.
Réponse de le 14/07/2016 à 9:41 :
J'ai pu comparer les prix entre Orange, SFR et Free, J'ai souffert d'un service coûteux chez le historique et d'un service digne chez Free. Free notamment est complètement au dessus de tout. Dans les années 2000, Free avait 2 euros pour son forfait. 2 !
Réponse de le 15/07/2016 à 22:22 :
@ Michel : Free a pu proposer ces tarifs car dans le mobile il utilisait le réseau Orange (et investissait très peu dans le réseau)... l'Arcep commence à limiter ces pratiques et la qualité de service se dégrade très vite chez Free en ce moment
a écrit le 14/07/2016 à 6:06 :
De la part de FREE, qui a bénéficié de l'avantage colossal de l'itinérance du réseau ORANGE pour l'ouverture de son réseau mobile, imposée par l'ARCEP, pour casser les prix et mettre en danger l'emploi chez les concurrents, c'est délirant...
Il n'a qu'à augmenter ses abonnements à 0 ou 2€ pour retrouver des marges!
Réponse de le 15/07/2016 à 22:24 :
C'est tout à fait exact, les prix Free et la qualité Orange .. le pied ! mais ça se termine ... et la qualité se dégrade à grande vitesse !
a écrit le 13/07/2016 à 19:05 :
Free Iliad est culotté! j'attends depuis plus de 2 ans les 6 mètres de câblage entre l'armoire de mon palier et mon appartement, ils font la sourde oreille et ont déjà perdu 2 clients dans mon immeuble!
a écrit le 13/07/2016 à 16:53 :
bonjour
situé en zone rurale, un lieu-dit, la fibre arrive bien au bourg proche de la mairie mais ces fameux acteurs de la fibre laissent les communes payer le raccordement du bourg à chaque utilisateur intéressé... je suis comme tant d autres à 7 KM du point de raccordement et pas d égouts ni tubes quelconques donc personne ici n est raccordé.
Mais il peuvent se targuer que nous soyons une zone couverte
AH! métropolisation quand tu nous tiens, nous ne servons plus que de faire valoir d'une publicité mensongère... aussi je préférerais une seule compagnie d état qui fasse son job a fond et me permette de faire le mien au milieu de la campagne pour revivifier et créer des zones d activités en milieu rural à ce moment déserté.
a écrit le 13/07/2016 à 16:42 :
Le nouveau Président de l'ARCEP Sébastien Soriano, depuis 2015, vient du cabinet de " Moi Président Je " donc l'opérateur abusif " France Telecom Orange " est tranquille, d'autant que le pouvoir détient le quart du capital. Les concurrents n'ont rien à attendre du P.S. C'est devant le Commissaire Européen à la Concurrence, qu'ils doivent tous les trois aller plaider.
a écrit le 13/07/2016 à 16:11 :
ah, j'oubliais
pour deployer tt ca facilement, il suffit de faire une augmentation de capital geante qui diluera copieux les actionnaires historiques, avec un bilan equilibre!
comme chez tt le monde, quoi!
bon, evidemment, convaincre des actionnaires de (re)mettre au pot pour proposer un forfait fibre a 2 euros tout compris, forcement, ca risque de ne pas interesser grand monde
l'atterrissage est douloureux
quand les marges vont au tas, le reste suit, gemir, ca sert a rien
a écrit le 13/07/2016 à 16:06 :
on croit rever!
des gars qui pretendent avoir des marges colossales sur le mobile car ils utilisent les tuyaux des autres se rendent compte de ce que c'est que des couts fixes!!!!!
( infrastructures, personnel, magasins, etc...)
forcement, ca change du business en marge sur cout variable, hein! le seuil de rentabilite n'est plus au meme endroit!!!
on apprend ca en premiere annee de controle de gestion! bravo !
on va reprocher a numericable d'avoir deja du cable et etre aussi dispense de creuser vu qu'ils ont deja fait ca avant?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :