La bataille des tablettes s'annonce féroce

 |   |  626  mots
DR
DR
Quasiment tous les fabricants de téléphones ont présenté à Barcelone un concurrent de l'iPad. Ce marché naissant, promis à un bel essor, est déjà encombré.

Qui aura la plus belle tablette ? La plus puissante ? La plus innovante ? Et qui n'a pas sa tablette ? Pas une journée au dernier Mobile World Congress de Barcelone sans l'annonce d'un nouveau modèle dans cette catégorie qui s'impose comme l'avenir de l'informatique nomade depuis le lancement réussi de l'iPad d'Apple il y a moins d'un an. Si l'an dernier tout acteur se devait d'avoir au moins un modèle de smartphone dans son portefeuille de produits, rares sont ceux qui n'ont pas une, voire plusieurs tablettes à montrer cette année. Il faut dire que ce marché naissant est promis à des taux de croissance exponentiels. Morgan Stanley table sur 55 millions d'exemplaires vendus cette année, contre 16 millions en 2010, dans une étude parue lundi.

Des dix premiers fabricants mondiaux de téléphones, les seuls à ne pas être de la partie sont Nokia, en pleine réorganisation, et Sony Ericsson, qui devrait laisser sa maison-mère Sony investir ce créneau, où ses rivaux de l'électronique et surtout du monde de PC sont déjà engagés (Lenovo, Dell, Asus, Acer, etc). Samsung a présenté dimanche le successeur du Galaxy Tab, l'autre coréen, LG, a dévoilé la première tablette 3D, l'Optimus Pad. Le canadien RIM, le fabricant du BlackBerry, exposait pour la première fois en Europe sa PlayBook et l'américain Motorola sa Xoom. Mardi, le taïwanais HTC a montré sa Flyer. Les Chinois ne sont pas en reste, Huawei avec sa Ideos, ZTE avec la Light.

RIM, HP et Apple se distinguent

Problème : même si plusieurs formats existent (7, 9 ou 10 pouces soit 17,8, 22,9 ou 25,4 cm), « elles se ressemblent toutes » observe, blasé, un opérateur. Il est vrai que sur ces dizaines de tablettes, la quasi-totalité d'entre elles fonctionnent avec le système d'exploitation Android de Google et proposent donc les mêmes applications.

Seuls RIM, HP et Apple ont leur système propriétaire et du coup se distinguent nettement du lot. « Il n'y aura pas de place pour tout le monde », prédit cet exécutif d'un opérateur. Pas de place pour ces dizaines de tablettes dans les boutiques opérateurs et les linéaires des magasins spécialisés, ni d'espace économique non plus pour tous les acteurs.

Les boutiques des opérateurs n'ont pas vocation à proposer que des tablettes. « Nous n'avons besoin en magasin que de l'iPad, d'une bonne tablette sous Android comme la Galaxy Tab et peut-être de celle de RIM pour le marché entreprises », confie un acheteur chez un opérateur. Aujourd'hui, ce sont les smartphones qui rapportent en étant vendus avec des abonnements assez coûteux. Les opérateurs vont préférer concentrer leurs efforts commerciaux sur un ou deux modèles de tablettes. D'autant qu'ils s'orientent vers des ventes couplées tablettes + smartphones avec des forfaits complémentaires pour le surf sur tablette qui soient moins chers que les abonnements actuels (30 euros en moyenne).

Or sans subvention des opérateurs, les tablettes sont encore très chères. Celle de LG, dotée d'une caméra 3D, sera vendue « nue », sans abonnement, à 999 euros en Allemagne ! « Du suicide pour une marque qui n'est pas assez forte et un produit trop gadget », stigmatise un analyste du secteur. Le premier Galaxy Tab est encore vendu 600 euros sur le site de la Fnac. La Xoom devrait être commercialisée aux États-Unis autour de 800 dollars. On semble encore loin de la baisse des prix prédite par certains professionnels. Toutefois, pour exister au milieu de cette déferlante de tablettes sous Android, la seule option restant aux marques les moins bien installées sera de se battre sur les prix. Un mauvais présage pour les marges encore fragiles du secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2011 à 6:02 :
L'homme à toujours eu beaucoup de talent à créer les liens qui l'emprisonnent un peu plus chaque jour et dans sa tête c'est un progrès.
a écrit le 21/02/2011 à 14:10 :
Smartphone = Téléphone intelligent.
Quant à savoir à quoi peut bien servir une tablette, imaginez une tablette?intelligente et oubliez votre vieux PC. Certaines grandes entreprises (Nestlé?) semblent avoir déjà compris. Bon courage pour l'avenir.
a écrit le 20/02/2011 à 20:47 :
Proud of your iPad ?
http://www.youtube.com/watch?v=B1CMlARIfUk
a écrit le 20/02/2011 à 19:04 :
Sympathique comme course à la technologie, mais à quoi sert une tablette au fait? Un smartphone permet de téléphoner, mais une tablette? Je suis pas mal branché technologie, mais j'ai beau me creuser la cervelle, je ne vois aucune utilité à ce produit...

Réponse de le 20/02/2011 à 20:49 :
Ca sert à frimer quand on prend le TGV ou dans la salle d'attente de l'aeroport, à se donner une contenance que la personne n'a pas, tout dans le paraitre, rien dans l'efficacité.
Réponse de le 20/02/2011 à 21:31 :
excellente réponse, comme ceux qui ont un téléphone avec un logo en forme de pomme, dans un avion que j'ai pris recemment j'ai observé une personne qui a mis 5 minutes a chercher dans les menus l'icône du lecteur video,c'est juste le plaisir d'utiliser l'ecran tactile avec les doigts et montrer que l'on possède le dernier produit branché et que l'on se croit faire partie de la haute société...
a écrit le 20/02/2011 à 8:01 :
A ces prix-là, je ne sais pas si les moutons seront si nombreux...
a écrit le 19/02/2011 à 20:41 :
Les Tablettes ne sont que la nouvelle tentative de vendre un nouveau gadget entre le PC et le téléphone... On a eu les netbooks (Mini PC) et maintenant les téléphones géants. En fin de compte, on a juste encore une fois une nouvelle impression de frustration extrême avec une machine très limitée... Mais tant qu'il y a des moutons pour se faire tondre, allons-y :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :