Olympus fait le ménage, l'action rebondit

 |   |  466  mots
Copyright Reuters - Le président démissionnaire d'Olympus, Shuichi Takayama
Copyright Reuters - Le président démissionnaire d'Olympus, Shuichi Takayama (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'entreprise japonaise d'appareils photos a approuvé ce vendredi la nomination d'un nouveau conseil d'administration, après la démission quelques heures plus tôt du précédent conseil. Le groupe espère ainsi tourner la page d'un scandale financier qui aura coûté la tête de ses dirigeants. Et fait plonger le titre en Bourse.

Ce pourrait être un nouveau départ pour Olympus. L'assemblée générale des actionnaires de l'entreprise nippone d'appareils photos enferrée dans un scandale financier, a approuvé ce vendredi la nomination d'un nouveau conseil d'administration de onze membres, dont le président et directeur général. Quelques heures auparavant, les membres du précédent conseil d'administration avaient posé leur démission. Un vote a eu lieu lors d'une assemblée générale extraordinaire pour permettre aux détenteurs d'actions de se prononcer sur les propositions d'un comité de réforme. En conséquence, Hiroyuki Sasa doit accéder au poste de patron exécutif du groupe, et Yasuyuki Kimoto, un ancien directeur général de la banque Sumitomo Mitsui, présider le conseil d'administration.

Oublier le scandale

Ce cénacle avait été mandaté par la direction démissionnaire pour modifier les instances dirigeantes afin de mettre fin aux collusions qui ont conduit au camouflage de pertes financières pendant des années. "La proposition initiale (de composition du conseil d'administration) a été approuvée", a déclaré le PDG démissionnaire, Shuichi Takayama, après trois heures d'assemblée où les critiques ont volé. L'approbation des onze nouveaux membres, dont six venant de l'extérieur du groupe, était incertaine compte tenu de l'opposition d'investisseurs institutionnels à la nomination de plusieurs des personnes pressenties, jugées à la botte des banques.

Toutefois, lesdites banques et autres gros actionnaires japonais se sont au contraire exprimés pour les choix suggérés, le candidat au poste de président étant issu du milieu bancaire, de même qu'un des administrateurs. L'ex-PDG britannique congédié en octobre, Michael Woodford, qui n'a plus aucune fonction chez Olympus mais en reste actionnaire, avait précisé qu'il voterait contre 4 des 11 personnes candidates aux diverses fonctions au sein du conseil.

L'action bondit à la Bourse de Tokyo

Un millier de porteurs d'actions, un record pour la firme, a assisté à cette réunion extraordinaire qui clôt un long épisode de l'affaire et est censée donner un nouveau départ pour redorer l'image du groupe, même si les enquêtes sur les malversations au Japon, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne ne sont pas encore terminées.

L'action du groupe japonais d'appareils photo a aussitôt bondi de 6,36% à la Bourse de Tokyo, les investisseurs saluant l'approbation d'un nouveau conseil d'administration. A la fermeture du marché tokyoïte, le titre affichait une progression de 77 yens pour terminer à 1.286 yens.Malgré le net rebond de l'action du groupe, qui était tombée à moins de 500 yens en novembre, elle est encore loin d'avoir recouvré le niveau de 2.482 yens franchi la veille de l'éclatement du scandale débuté avec le renvoi manu militari et sous un faux prétexte du PDG britannique Michael Woodford.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :